Qui sont les huit responsables européens sanctionnés par la Russie en représailles aux sanctions de l'UE ?

 |  | 569 mots
Lecture 3 min.
La Russie a annoncé vendredi des sanctions contre huit responsables européens, dont le président du Parlement européen, David Maria Sassoli (photo), en représailles à celles mises en place par l'UE en mars dans un regain de tensions entre Moscou et l'Occident.
La Russie a annoncé vendredi des sanctions contre huit responsables européens, dont le président du Parlement européen, David Maria Sassoli (photo), en représailles à celles mises en place par l'UE en mars dans un regain de tensions entre Moscou et l'Occident. (Crédits : VINCENT KESSLER)
Selon le communiqué russe, il s'agit pour Moscou de riposter au défi lancé par l'UE contre "l'indépendance de la politique intérieure et extérieure russe" notamment par les sanctions imposées par l'UE les 2 et 22 mars à de hauts responsables russes.

[Article publié le 30.04.2021 à 18:27 mis à jour à 19:00 avec les noms au complet des responsables européens sanctionnés par la Russie]

La Russie a annoncé vendredi des sanctions contre huit responsables européens, dont le président du Parlement européen, David Maria Sassoli, en représailles à celles mises en place par l'UE en mars dans un regain de tensions entre Moscou et l'Occident.

"L'Union européenne poursuit sa politique des mesures de restriction unilatérales illégitimes visant des citoyens et des organisations russes", a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué, précisant interdire d'entrée en Russie huit responsables européens, parmi lesquels le président du Parlement européen David Maria Sassoli et le procureur de Berlin Jorg Raupach.

Des sanctions ciblées

Parmi les huit personnalités de l'Union européenne interdites d'entrée sur le territoire russe, figurent notamment le président du Parlement européen David Sassoli, ainsi que Vera Jourova, vice-présidente de la Commission européenne en charge des valeurs et de la transparence, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

Les autres personnes visées sont Jacques Maire, membre de la délégation française à l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe; Ivars Abolins, président du Conseil national des médias électroniques de Lettonie; Maris Baltins, directeur du Centre linguistique d'Etat de Lettonie; Ilmar Tomusk, qui dirige son équivalent en Estonie; Jörg Raupach, procureur de Berlin, et Asa Scott, de l'Agence suédoise de la recherche sur la Défense.

Le laboratoire dirigé par Asa Scott avait confirmé l'empoisonnement d'Alexeï Navalny à l'aide d'un agent neurotoxique en août dernier en Russie. L'opposant est retourné en début d'année dans son pays après avoir été soigné pendant cinq mois en Allemagne. Il a été condamné en février à une peine de prison de deux ans et demi, qu'il purge dans une colonie pénitentiaire.

L'UE a sanctionné la Russie à deux reprises en mars

Selon le communiqué, la Russie riposte ainsi notamment aux sanctions imposées par l'UE le 2 et le 22 mars à de hauts responsables russes, des actes visant aux yeux de Moscou à "lancer un défi ouvert à l'indépendance de la politique intérieure et extérieure russe".

Lire aussi : Macron, Merkel et Poutine ont discuté vaccination, Spoutnik V, mais aussi Navalny, Ukraine, nucléaire iranien, etc., selon l'Élysée

Le 2 mars, l'Union européenne a annoncé sa décision d'imposer des mesures restrictives à l'encontre de quatre Russes responsables de graves violations des droits de l'homme, selon l'UE, notamment des arrestations et des détentions arbitraires, ainsi que de la répression massive et systématique de la liberté de réunion pacifique en Russie.

Ces mesures comprenaient notamment l'interdiction d'entrée sur le territoire de l'UE et le gel des avoirs de ces hauts responsables, parmi lesquels le chef du Comité d'enquête russe Alexandre Bastrykine et le procureur général Igor Krasnov.

Le 22 mars, le Conseil de l'UE a décidé d'introduire des mesures restrictives contre les responsables de violations graves des droits de l'homme dans divers pays du monde, notamment pour la torture et la répression contre les personnes LGBT et les opposants politiques en Tchétchénie, république du Caucase russe.

Lire aussi : La Russie va-t-elle envahir l'Ukraine? Merkel, Macron, Zelensky demandent le retrait des troupes russes à la frontière

 (avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2021 à 10:48 :
Excellente nouvelle et bravo la Russie. ll est temps que la Russie et la Chine sanctionnent les ectoplasmes de l'u.e.

Ce qui est drôle c'est que l'u.e sanctionne et s’étonne des contre sanctions de la Chine et de la Russie!

J’espère que cette ue a la solde des globalistes sionistos nazis disparaîtra dans les poubelles de l'histoire...
Réponse de le 02/05/2021 à 12:34 :
Bravo la Russie ! Ben dis donc , vous ne manquez pas d'air pour soutenir un tel régime qui empoisonne les concurrents du tsar et emprisonnent les journalistes et manifestants qui ne sont pas de votre bord , elle est belle la democrature russcoff
a écrit le 02/05/2021 à 9:06 :
qui dérègle le monde
en 1er sur tous les continents et qui se croit metre du monde
qui impose un opposant au president en place pour masquer leur turpitude.
pour faire oublier a tout quidam que m assange a revele les bassesse de son pays
il impose un extremiste terroriste comme ceux creer avec les pays arabe
et jamais sanctionné
a écrit le 02/05/2021 à 5:07 :
De quoi se mele l'europe ? Se mettre a dos la Russie est une lourde erreur.
Poutine n'oublie rien.
Réponse de le 02/05/2021 à 10:35 :
Il n y a pas de fumée sans feu ... explosif vous oubliez un peu rapidement les ingérences russes dans le Brexit , dans élections locales des pays bailles ., les hackeurs russes - entre autre- derrière les ranconware , l explosion d une usine produisant de s explosifs en Tchéquie ... oui la Russie est grand pays qui mérite le respect mais ses ingérences les élections etc
Empoisonnement en tout genre et mafia russe liée au pouvoir doivent être sanctionnés
Réponse de le 02/05/2021 à 12:32 :
Vous pensez que lui lécher le cul et lui laisser la bride totalement libre va le détourner de son projet de reconstitution de l'Union Soviétique et d'anéantissement de l'UE?

Poutine n'est pas La Russie, il est de moins en moins apprécié de ses compatriotes. Son parti s'est pris quelques revers dans des villes importantes et la contestation s'amplifie. Le contraste entre les conditions de vie qui se dégradent et le palais privé de Poutine ne passe plus.

Vu l''énergie et la brutalité qu'il met à réprimer toute opposition c'est qu'il commence à pétocher Vladimir Vladimirovich
a écrit le 01/05/2021 à 14:04 :
C'est bien connu.

la Russie n'intervient jamais dans les élections en Europe, ni les élections américaines,
La Russie ne finance pas les partis d'extrème droite secessionistes partout en Europe, dont le FN (qui lui doit encore plus de 12 millions € de dette impayée).

La Russie n'est jamais intervenue dans le brexit (elle a seulement financé le mouvement leave EU)

La Russie ne viole jamais l'espace aérien français, ni sa souveraineté maritime.

La Russie n'assassine jamais d'opposants politiques sur le sol de territoires étrangers.

Quand il parle de violer l'indépendance politique, Poutine parle en expert.
Réponse de le 02/05/2021 à 10:48 :
Juste un détail dans votre raisonnement. Pourquoi toutes les banques françaises boycottent le RN alors que le parti de Macron, sans militant dépense 16 Millions d'Euro pour la campagne présidentielle, record absolu. Le LR est en faillite mais pas de souci pour trouver un budget et je ne parle pas du PS qui sait faire remonter l'argent des bonnes associations. Alors, la Russie qui finance, c'est trop d'honneur à lui faire. Pour l'assasinat politique, nous savons faire avec Fillon qui a eu le tort de dire qu'il apréciait Poutine. 127 députés employaient leur femme ou enfants et n'ont pas été inquiété. Mais il fallait que le suppôt des américains soit élu. Assassinat politique pour Fillon. Un peu de retenu dans vos dire et un peu d'objectivité ne fait pas de mal.
Réponse de le 02/05/2021 à 12:14 :
La raison est simple et évidente.

1°) Les dirigeants du FN n'ont aucune crédibilité financière. A titre personnel ils accumulent les contentieux avec le fisc et maintenant avec la justice qui les poursuit pour détournement de fond public. Ce qui veut dire qu'à tout moment MLP peut être traduite en justice, condamnée à de très lourdes amendes et à de l'inéligibilité.

2°) Le parti a des antécédents de non-remboursement de leurs dettes, ce qui les a conduit à des sanctions et dédommagements devant la justice pour de sommes de plusieurs millions d '€uros.

Pourquoi les banques iraient t'elles prêter de l'argent à un parti mal-géré, qui sert de cagnotte personnelle à la famille Lepen, et qui en plus à une très mauvaise réputation?

Que seule une banque russe ait accepté de leur préter en échange d'une vassalisation évidente n'est pas anodin. Au passage les banques françaises ont bien fait de s'abstenir puisque le FN a été incapable de rembourser ce prêt à l'échéance normale.
a écrit le 01/05/2021 à 10:57 :
Le problème majeur de notre consortium européen financier c'est que l'on a toujours envie d'écouter ses ennemis plutôt que lui.
a écrit le 30/04/2021 à 18:55 :
...et la Chine ? ....et la Birmanie , et l'Arabie et .......?...
Réponse de le 01/05/2021 à 15:48 :
... Et la France ?????
Réponse de le 01/05/2021 à 15:49 :
... Et la France ?????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :