L'Allemagne démarre l'année 2021 en vert

 |  | 638 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Wolfgang Rattay)
L'Allemagne lance avec la nouvelle année deux projets phare de sa transition énergétique: la facturation de chaque tonne de CO2 émise par les transports et les habitations et la sortie, très progressive, du charbon avec la fermeture d'une première unité de centrale thermique. Dans les deux cas, ces mesures sont le fruit de longues négociations politiques de la coalition d'Angela Merkel, sous la pression des défenseurs du climat qui jugent que les décisions ne sont pas assez ambitieuses.

Dès vendredi 1er janvier, le prix de la tonne de CO2 va coûter 25 euros, avant de passer à 30 euros en 2022, puis d'augmenter jusqu'à 55 euros en 2025. Les entreprises recourant aux combustibles fossiles - essence, diesel, fuel et chauffage au gaz - vont acheter des droits d'émission sous forme de certificats à prix fixe. Sur les quatre années à venir, le gouvernement table sur 56,2 milliards d'euros de recettes, a indiqué un porte-parole du ministère allemand de l'Environnement à l'AFP.

Côté charbon, c'est avec la mise hors service d'un premier bloc de 300 mégawatts de la centrale de lignite de Niederaußem (ouest), lancée en 1968, que la première économie européenne va inaugurer son ambitieux projet d'abandonner ce combustible polluant à l'horizon 2038.

Parallèlement, 4,7 gigawatts de capacité seront débranchés au 1er janvier sur plusieurs centrales à houille du pays. Approuvée au Parlement en juillet, la loi sur la fin du charbon indique que l'échéance de 2038 pourrait être avancée de trois ans en fonction de bilans d'étape.

Les exceptions

Pour l'ONG environnementale allemande "Alliance pour le climat", le prix du carbone fixé dans la loi "n'apporte pas la contribution nécessaire" à la réalisation des objectifs climatique, déclare sa directrice Christiane Averbeck. L'Allemagne a prévu dans le cadre de son paquet climat une baisse de 55% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, par rapport au niveau de 1990, et une production d'électricité couverte à 65% par des renouvelables.

Or l'outil de la taxe carbone est affaibli "par des exceptions de grande portée pour des branches entières de l'industrie", décidées afin de ne pas entraver leur compétitivité, déplore Mme Averbeck. Pour éviter que des entreprises ne délocalisent leur production dans des contrées aux normes moins exigeantes, mieux aurait valu "soutenir les investissements respectueux du climat", souligne une étude du think tank écologique FÖS.

Le chauffage plus cher

Dans l'immédiat, les consommateurs allemands vont subir la répercussion du prix du carbone sur les factures à la pompe et pour le chauffage. Le litre de diesel devrait se renchérir de huit centimes d'euro et de sept centimes pour le super E10 dès la première année, a calculé le club d'automobilistes ADAC.

Pour soulager les contribuables, Berlin a prévu une légère baisse de la taxe "EEG" de soutien aux énergies renouvelables, financée grâce aux recettes des certificats carbone. Et l'allocation logement va être revue à la hausse de 10% en 2021 pour plus d'un million de bénéficiaires, selon le ministère de l'Intérieur.

Parallèlement, Berlin subventionne le recours aux produits plus respectueux du climat Cela a conduit en 2020 à l'envolée des achats de voitures électriques ou hybrides consécutive au doublement de la prime à l'achat entré en vigueur en juillet.

"Le nombre de systèmes de chauffage et de pompes à chaleur sans CO2 a également augmenté de manière significative", a déclaré à l'AFP Oliver Krischer, député du parti des Verts.

Au troisième trimestres 2020, la première économie européenne a encore tiré un peu plus de la moitié de son électricité d'énergies fossiles, avec une part de 26% pour la houille et le lignite.

L'abandon du charbon, énergie bon marché à l'origine du développement industriel de l'Allemagne, est compliqué par le chantier de sortie du nucléaire à l'horizon 2022. Si l'exploitation de plusieurs mines de lignite à ciel s'arrêtera également, celle de Garzweiler, près de Cologne, une des plus grandes d'Europe, continuera de s'étendre, au grand dam des écologistes, en condamnant à la disparition plusieurs villages du bassin rhénan.

Des indemnités de plusieurs milliards d'euros sont prévues pour les exploitants afin de compenser l'arrêt des centrales et 40 milliards d'euros iront aux régions minières pour les aider à rebondir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2021 à 19:58 :
Voilà les mesures courageuses en matière du climat. Les pays développés devraient suivre cet exemple, plutôt que d'être plus théorique il est temps de passer au pragmatisme
a écrit le 03/01/2021 à 9:06 :
2038, c'est beaucoup trop tard, en fait, on fait coïncider la raréfaction des énergies fossiles, avec la baisse de leur utilisation. On veut faire passer une décroissance forcée, pour une décroissance voulue ...
a écrit le 03/01/2021 à 1:24 :
Pour la première fois depuis le debut de la revolution industrielle, l'Allemagne a réussi à produire son électricité (en valeur nette) majoritairement à partir de renouvelables. Donc même si la formulation "un peu plus de la moitié de son électricité d'énergies fossiles" est factuelement correcte, le texte oublie de préciser que le nucléaire (qui reprensente encore environ 12%) est inclus dans les énergies fossiles. Il serait plus pertinent de parler de la part des énergies decarbonées, qui représentent en 2020 presque les deux tiers de la production d'électricité nette allemande (sources: energy charts/Fraunhofer)
a écrit le 02/01/2021 à 8:39 :
Ce qui me chagrine la dedans, c'est que l'allemagne va tourner au charbon jusqu'en 2038 mini et a coté de ça on demande des efforts sur tout et n'importe quoi aux français qui ont une économie largement décarbonée. L'art français de s'autoemmerder.
a écrit le 01/01/2021 à 13:33 :
La France aussi, mais dans le vert des choux ! Le vert c'est toujours mieux que le Vert de Gris.
a écrit le 01/01/2021 à 10:20 :
Toute les couleurs qui pourraient faire sortir l'Allemagne, enfin, du brun, sont les bienvenues !
a écrit le 31/12/2020 à 20:20 :
2038...? Les allemands sont à peu près aussi rapide pour sortir du charbon que la France pour vacciner contre le Covid, c'est dire...
Réponse de le 01/01/2021 à 12:00 :
A je vous trouve moqueur, alors que dès lundi on va accélérer en passant de 50 vieux vaccinés par jour a 25 vieux + 25 vieux soignants... Bon OK faudra toujours plus de 900 ans pour faire la première injection a tous les français mais bon...
Mais bon on a toujours une France à deux vitesses, regardez le nombre de personnes verbalisées cette nuit pour leur faites illégales alors que notre président et ces 11 connivent rien pourtant ils étaient pas que 12 si on compte les cuisiniers, serveurs, chauffeurs, gardes du corps... ils devaient sûrement être plus proche des 500 personnes que les 6 qu'ils préconisaient. Mais eux pas d’amende ni procès pour mise en dangers d’autrui...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :