Aux Etats-Unis, les énergies renouvelables détrônent le charbon

 |   |  608  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
Pour la première fois depuis plus d'un siècle, outre-Atlantique, les foyers ont consommé plus d'énergies renouvelables que de charbon. En six ans, la consommation de charbon a ainsi été divisée par deux, en raison notamment de la concurrence du gaz. Les émissions de CO2 devraient aussi enregistrer une baisse record cette année.

C'est une première depuis 1885 aux Etats-Unis. L'an passé, les entreprises et les ménages américains ont consommé davantage d'énergies renouvelables que de charbon, selon des données publiées jeudi 28 mai par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA). Une tendance, positive dans la lutte contre le réchauffement climatique, qui devrait encore s'accélérée cette année, en raison notamment de la crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus.

Ce passage de témoin symbolise le déclin rapide du charbon, qui se poursuit malgré les efforts de l'administration Trump pour relancer cette industrie. En 2019, la consommation de charbon aux Etats-Unis a ainsi chuté de 15%. Et elle a été divisée par deux en seulement six...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2020 à 14:03 :
Comme à l'habitude, on mélange dans la confusion l'énergie électrique consommée avec l'énergie totale consommée, la première ne représentant que peut être 10% de la seconde.... Autrement dit, le pétrole reste très très loin devant.
a écrit le 01/06/2020 à 17:09 :
Sans le vouloir Trump fait bcp mieux qu'Obama sur le plan des émisssion de CO2.
Surtout si on ajoute le ralentissement du commerce mondial et donc du flux des cargos ultra-polluants grâce à ses droit de douane.
Jamais aucun président démocrate n'aura fait autant pour l'environnement.
Cela donne l'idée de l'hypocrisie totale des uns et des autres.
Réponse de le 02/06/2020 à 7:13 :
Merci aux gouverneurs des états de continuer les efforts engages sous Obama, Trump n’y est pour rien malheureusement, ce dernier ne sait que tweeter, et les idiolatres le venerer sans réfléchir.
Réponse de le 02/06/2020 à 8:19 :
Comme vous le dites vous-même, c'est totalement involontaire, Trump étant dans le déni le plus complet sur les questions environnementales. De plus, l'extraction du gaz de schiste est néfaste pour l'environnement.
Réponse de le 02/06/2020 à 13:13 :
Trump n'y est strictement pour rien, de telles décisions sont prises au niveau fédéral, pas gouvernemental. Exemple : la Californie qui poursuit les objectifs de la Cop21 malgré le retrait des Etats-Unis signé par Trump.
a écrit le 01/06/2020 à 14:19 :
Malgré l'effort du blondin de relancer la production d'énergie sale par un assouplissement de la réglementation sur la production d'énergie charbonnière dite " propre " attaquée en justice par plusieurs États, ces derniers n'en ont fait qu'à leur tête avec les EnR et les aides promulguées sous l'administration Obama, et c'est tant mieux. L'obscurantisme actuel de l'administration fédérale n'est fort heureusement pas une généralité ds de nbreux Etats. Même le Texas champion tte catégorie des énergies sales (pétrole et gaz de schiste produits avec la même intensité que l'or noir extrait d'Arabie Saoudite), s'est formidablement mis aux ENR, au point d'être le plus gros producteur d'énergie éolienne et pointe un nez prometteur ds le solaire, cpte tenu de son gigantesque potentiel. Ds ce domaine, passons sous silence la puissance installée de la Californie, équivalente à celle de l'Allemagne ou du Japon avec des facteurs de charge de plus de 20% bien supérieurs à ces pays...
En somme, les gesticulations de Trump ne st que du vent destiné à rassurer ses troupes à qui il ment autant que face à ses opposants.
a écrit le 01/06/2020 à 12:47 :
Peut on être détrôné si on n'est pas sur le trône ? A l'inverse de ce que sous-entend le titre, les ENR ne sont pas devenues la première source d'énergie aux USA, c'est juste que la part du charbon baisse au profit du gaz de schiste, la belle affaire ! On peut dormir sur nos deux oreilles, on est rassuré de voir que le climat n'est pas la priorité aux US. Business as usual !
a écrit le 01/06/2020 à 12:34 :
Sauf que les USA ont toujours autant de centrales thermiques.
Soit 745 WG en 2018 contre 768 GW en 2008.

La seule chose qui a changé, c'est que ces centrales utilisent de plus en plus le gaz à la place du charbon.

Sauf que, comme ces centrales sont utilisées de façon intermittente, leurs rendements sont moins élevés que si elles étaient utilisées à pleine puissance et à puissance constante. Car, démarrer une centrale, modifier sa puissance augmentent les émissions de CO2 par kwh.

Donc même si elles produisent moins de kWh, elles émettent plus de CO2 par kWh que si elles étaient utilisées à pleine puissance et à puissance constante.

Au final, c’est qui gagné d’un coté est perdu de l’autre.

Et, bien sur, le gaz ne tombe pas du ciel. Il est obtenu de plus en plus avec la fracturation hydraulique. Ce qui n'est une solution miracle.
Réponse de le 01/06/2020 à 19:18 :
C'est effectivement une des raisons pour lesquelles , malgré plus de 400 milliards d'euros investis en une dizaine d'années, l'Allemagne n'a que très peu diminué ses émissions de CO2. (ajouter au fait que la diminution imposée de la part du nucléaire n'a rien arrangé!)
Quant au bilan économique n'en parlons pas! il est nécessaire d'avoir des centrales pilotables (en tout cas tant qu'il n'existe pas de solutions de stockage de haute capacité viables) pour compenser l'intermittence des renouvelables (éoliens et solaire) et ces centrales ne sont pas utilisées de manière optimale. En plus cela conduit inévitablement à un sur-dimensionnement drastique du parc de production électrique en puissance!
On comprend vite pourquoi l'électricité est deux fois plus chère en Allemagne qu'en France.
Heureusement grâce à la merveilleuse clairvoyance de certains, les français s'apprêtent à suivre le même chemin stupide.
a écrit le 01/06/2020 à 11:47 :
Il est clair que les premiers soutiens aux énergies renouvelables et de l'éolien en particulier (en dehors bien sûr des idéologues forcenés !) sont les producteurs de la filière gaz, bien adaptée pour pallier aux carences des énergies intermittentes du fait de sa très faible inertie de mise en route.
Mais il me semble que si le gaz est bien moins producteur de CO2 que le charbon (environ un facteur 2), son taux d'émission se situe tout de même entre 400 et 500 grammes par kWh produit à comparer avec le nucléaire (de l'ordre de 6g/kWh). Il y a donc bien un gain en termes d'émission de CO2 par kWh produit en remplaçant le charbon mais il convient tout de même de beaucoup relativiser.
a écrit le 01/06/2020 à 10:13 :
"malgré les efforts de l'administration Trump pour relancer cette industrie"

Il faut arrêter avec Trump, depuis qu'il est là jamais l'économie mondiale n'a autant bougé, or vu les momies qui l'ont entre leurs mains c'est un exploit réellement historique. Un président qui pense à son pays, à ses citoyens.

"Que pour être efficace il faut savoir cacher ses intentions !" Nicolas Machiavel

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :