Avec la fin du charbon, Le Havre se rêve en laboratoire de la transition

 |   |  415  mots
Le plan devrait permettre la création d’un millier d’emplois, soit presque sept fois plus que l’effectif actuel de la centrale.
Le plan devrait permettre la création d’un millier d’emplois, soit presque sept fois plus que l’effectif actuel de la centrale. (Crédits : EDF)
La centrale thermique du Havre sera la première des quatre centrales à charbon françaises à fermer dans un an et demi, avant celle de Gardanne, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.

Les 200 millions d'euros investis par EDF en 2015 pour traiter les fumées qui s'en échappent l'auront été en pure perte : les deux immenses cheminées qui barrent l'horizon de l'estuaire de la Seine depuis la fin des années 1960 ne seront bientôt plus qu'un souvenir.

Après avoir longtemps cru pouvoir lui obtenir un sursis, l'électricien a été contraint d'accepter, la mort dans l'âme, de débrancher la dernière tranche de sa centrale thermique du Havre. Même le plan alternatif Ecocombust dégainé comme une tentative de la dernière chance n'a pas suffi à tordre le bras du gouvernement - la ville du Premier ministre se devait de montrer l'exemple.

À compter d'avril 2021, l'installation, grosse émettrice de gaz à effet de serre, sera donc coupée du réseau puis démantelée en même temps que le terminal charbonnier auquel elle est reliée. « Le chemin économique sera demain un chemin écologique », a tranché la secrétaire d'État à la Transition écologique, qui s'est rendue sur place la semaine dernière.

Emmanuelle Wargon y a signé le premier des quatre pactes pour la transition écologique et industrielle promis aux localités abritant des centrales. Objectif : faire du Havre « un territoire...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :