L'inflation en zone euro ? La BCE n'est pas inquiète pour l'instant

Malgré une inflation plus élevée qu'attendue, la Banque centrale européenne choisit d'attendre que la reprise économique dans les Etats, qu'elle aide à se refinancer après la crise sanitaire, soit "bien ancrée".

3 mn

La politique monétaire est plus efficace pour relancer la demande lorsqu'elle est soutenue par la politique budgétaire, a affirmé Christine Lagarde.
"La politique monétaire est plus efficace pour relancer la demande lorsqu'elle est soutenue par la politique budgétaire", a affirmé Christine Lagarde. (Crédits : POOL)

L'inflation monte lentement mais sûrement en zone euro. Mais pas de quoi perturber la politique monétaire ultra conciliante de la Banque centrale européenne. Sa présidente Christine Lagarde l'a réaffirmé mercredi lors d'un discours à Paris, l'autorité s'est engagée à maintenir des "conditions de financement favorables" jusqu'à la reprise durable de l'économie. Pourtant, à +2% en mai sur un an, son rythme le plus élevé depuis fin 2018, l'indice de la hausse des prix a pris de court l'anticipation inférieure de la BCE. 

Mais pour l'institution, cette hausse, qu'elle attribue principalement à la hausse des prix de l'énergie, est temporaire. "La BCE, elle, s'est engagée à préserver des conditions de financement favorables pendant toute cette période, au regard évidemment de son objectif d'inflation", a expliqué Christine Lagarde.

Le choix est donc assumé, il s'agit de permettre aux Etats de relancer leur économie après le cataclysme du Covid-19, en maintenant des taux d'intérêt bas sur le marché des obligations. "La politique monétaire est plus efficace pour relancer la demande lorsqu'elle est soutenue par la politique budgétaire", a-t-elle souligné.

Mais si l'inflation devait encore croître, difficile d'imaginer, pour maintenir sa crédibilité, que la BCE n'ajustera pas également avec une hausse de ses taux. Ce qui viendrait alors lourdement compliquer le refinancement des Etats déjà fortement endettés.

Aux Etats-Unis, l'inflation bat déjà des records.  Sur douze mois, la hausse des prix est de 4,2%, au plus haut depuis treize ans. L'effet mimétique sur l'économie européenne est donc plausible.

Lire aussi 4 mnEn Europe, cette inflation qui monte, qui monte...

Attendre que la reprise soit "bien ancrée"

"Le fort soutien apporté par les politiques publiques se poursuivra, nous l'espérons, au-delà de la pandémie. C'est en tout cas le sens des dispositions qui ont été recommandées à la fois par la Commission européenne (...) et par l'Eurogroupe (...), et ce nous l'espérons jusqu'à ce que la reprise soit bien ancrée dans notre paysage économique", a néanmoins rassuré Mme Lagarde, qui recevait le prix d'honneur du Cercle Turgot.

La BCE est donc rivée sur les indicateurs de la croissance et de la demande qui détermineront si elle peut débrancher petit à petit les conditions d'emprunt avantageuses. Selon la Commission européenne, le PIB de la zone euro devrait grimper de 4,3% en 2021 et de 4,4% en 2022 après s'être contracté de 6,6% en 2020. Des prévisions qui restent inférieures à celle de la Chine (6%) ou des Etats-Unis (autour des 7%).

Lire aussi 6 mnQui seront les gagnants et les perdants du retour de l'inflation?

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 04/06/2021 à 7:54
Signaler
Elle ne pousse pas son caddie à lidl la miss lagarde pour sortir des choses pareilles.

à écrit le 03/06/2021 à 20:43
Signaler
Le monde entier adopte le capitalisme rouge à la chinoise (économie administrée, dumping monétaire, ...) Belle victoire posthume de Georges Marchais

à écrit le 03/06/2021 à 20:31
Signaler
Personne n'est inquiet ,la classe moyenne allemande va payer ,la classe moyenne française elle, il n'y a plus que la moelle .

à écrit le 03/06/2021 à 13:13
Signaler
D’autant plus que cette inflation inclue un immobilier pondéré a minima.

le 03/06/2021 à 21:09
Signaler
Le but essentiel étant de faire monter les actifs (pour s'en mettre pleins les fouilles), il est logique de veiller à ce que la bidouille se voit le moins possible ; quand on a aussi la main sur le panier de référence de l'inflation, tout va bien. L...

à écrit le 03/06/2021 à 11:28
Signaler
ELle était pourtant ultra tendue avec la Grèce qu'il fallait punir à tout prix parce que trop endettée ! Quelle vaste supercherie que ce consortium européen financier quand même hein...

à écrit le 03/06/2021 à 11:25
Signaler
A cette bonne dame.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.