La GroKo de Merkel approuvée par les adhérents du SPD

 |   |  337  mots
Les adhérents du Parti social-démocrate ont voté à 66% en faveur de l'accord de coalition avec la CDU, ouvrant la voie à un quatrième mandat d'Angela Merkel comme chancelière.
Les adhérents du Parti social-démocrate ont voté à 66% en faveur de l'accord de coalition avec la CDU, ouvrant la voie à un quatrième mandat d'Angela Merkel comme chancelière. (Crédits : Fabrizio Bensch)
Les membres du parti social-démocrate allemand ont approuvé à 66% la nouvelle "grande coalition" avec les conservateurs menés par Angela Merkel.

Les adhérents du Parti social-démocrate (SPD) ont approuvé à une large majorité l'accord de coalition avec le bloc conservateur d'Angela Merkel (CDU-CSU). Le SPD a annoncé dimanche lors d'une conférence de presse que le "oui" l'avait emporté à plus de 66% et que 78,4% des 463.000 membres du parti avaient participé au vote.

"Une grande majorité des membres du SPD ont suivi les consignes du parti", a déclaré le chef par intérim du parti, Olaf Scholz. "Nous avons maintenant une certitude: le SPD va rejoindre le prochain gouvernement allemand", a-t-il ajouté.

Plus de de cinq mois après les élections fédérales du 24 septembre, cet accord ouvre la voie à une nouvelle "große Koalition" ("GroKo" ou grande coalition), formule déjà éprouvée entre 2005 et 2009 puis de 2013 à 2017. Il devrait permettre à Angela Merkel d'entamer un quatrième mandat à la tête du gouvernement : elle devrait être formellement élue chancelière par les députés mi-mars.

Merkel "se réjouit"

La chancelière s'est réjouie des résultats, selon un tweet du compte officiel de la CDU.

"Je félicite le SPD pour ce résultat clair et je me réjouis de continuer à travailler ensemble pour le bien du pays", écrit l'Union chrétienne-démocrate (CDU) sur Twitter, qui cite Angela Merkel.

Le vice-président de la CDU, Volker Bouffier, a également salué le résultat du scrutin dans un communiqué .

"Je suis content du résultat (du vote) des adhérents du SPD (...) C'est un grand jour pour le peuple de notre pays et positif pour le future de l'Allemagne", a-t-il déclaré.

Le SPD avait voulu à l'origine rester dans l'opposition. Mais une première série de discussions entre Merkel, le Parti libéral-démocrate (FDP) et les Verts ayant échoué en novembre, il avait fini par accepter de négocier avec les conservateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2018 à 11:28 :
Les partis d'extrême droite, qui ont de plus en plus de succès au sein d'une europe décadente, font leur beurre en grande partie sur la compromission des autres partis, alors qu'eux aussi bien compromis mais en plus fous furieux, et que font les autres partis ? Ben ils exposent cette compromission aux yeux de tous

L'europe en déclin s'est choisie le fascisme pour perdurer.

Vite un frexit.
Réponse de le 04/03/2018 à 13:20 :
Ah ah ah ! Votre Brexit qui part en vrille, Macron chez nous, grande coalition en Allemagne, extrême droite marginalisé aux Pays Basque, taux de chômage au plus bas et croissance au plus haut en Europe, ouai ouai l Europe et entrain de crever hahaha. Allez regarder l Italie pour continuer de voir tout en noir le blasé ahahahahah
Réponse de le 04/03/2018 à 18:36 :
" extrême droite marginalisé aux Pays Basque"

"Autriche, Pologne, Hongrie… que faire face à la « banalisation » de l’extrême droite en Europe ?" http://www.lemonde.fr/international/article/2017/12/19/il-y-a-une-sorte-d-acceptation-des-principaux-pays-europeens-face-a-la-montee-de-l-extreme-droite_5231973_3210.html

Non l'europe est déjà morte, sinon de quoi parlez vous là ? L'extrême droite se répand partout en europe elle n'est pas marginalisée au pays basque hein, pour le reste vous ne dites rien comme d'habitude.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :