La pollution de l'air coûterait 166 milliards d'euros par an en Europe

Paris arrive en septième place du classement des villes européennes qui payent le prix fort d'une mauvaise gestion de la qualité de l'air, selon le rapport d'une ONG basée à Bruxelles. Pour rappel, en juillet dernier, le Conseil d'Etat a condamné l'Etat français à une astreinte record pour la mauvaise qualité de l'air.
(Crédits : CHARLES PLATIAU)

La pollution de l'air coûte 166 milliards d'euros par an en Europe, selon un rapport publié mercredi examinant les coûts liés aux décès prématurés, aux soins et aux journées de travail perdues dans 432 villes.

Ce rapport, réalisé par le cabinet CE Delft pour l'Alliance européenne pour la santé publique (EPHA), plateforme d'ONG basée à Bruxelles, se penche sur 432 villes réparties dans les 27 pays de l'Union européenne, le Royaume-Uni, la Norvège et la Suisse.

Il met en regard les trois polluants principaux de l'air, les particules (PM), le dioxyde d'azote (NO₂) et l'ozone (O3) et leurs coûts sociaux, c'est-à-dire les coûts directs liés aux soins et indirects comme la réduction de l'espérance de vie ou des maladies comme les bronchites chroniques graves.

Lire aussi : La malbouffe et la pollution, facteurs aggravant de la pandémie de Covid-19

Paris, la mauvaise élève

Londres arrive en tête des villes où ce coût est le plus élevé (11,4 milliards d'euros), devant Bucarest et Berlin. Paris arrive en septième place, selon le rapport.

"Notre étude révèle combien un air toxique est nuisible à la santé mais aussi combien d'importantes inégalités existent entre les différents pays d'Europe", commente le secrétaire général de l'EPHA, Sascha Marschang, cité dans un communiqué de l'association Respire.

"La situation peut être améliorée par des politiques publiques en matière de transports et les villes peuvent réduire les coûts en encourageant les mobilités non polluantes", poursuit-il.

La pollution de l'air en ville est due à plusieurs facteurs: transports, chauffage des habitations, ou encore des activités industrielles ou agricoles. S'il est compliqué d'évaluer précisément la part de chacun de ces secteurs, le rapport s'est penché sur celui des transports et estime qu'une augmentation de 1% du nombre de voitures dans une ville augmente les coûts sociaux de près de 0,5%.

En France, Paris arrive en tête de classement, avec un coût annuel total de 3,5 milliards d'euros et de 1.602 euros par habitant, devant Lyon, Nice, Melun et Douai.

Le Conseil d'Etat a condamné en juillet l'Etat à une astreinte record pour la mauvaise qualité de l'air. Pour y remédier, le gouvernement compte sur la création de "zones à faibles émissions" dans plusieurs agglomérations.

"Il faut faire des efforts pour des transports moins polluants: marche, vélo et les véhicules électriques", demande Olivier Blond, directeur de l'association Respire.

La pollution de l'air est responsable de 48.000 morts prématurées par an en France et 480.000 en Europe, selon l'Agence européenne de l'environnement (AEE), des chiffres qui pourraient être sous-estimés.

Lire aussi : Quitter Paris, ça vous télétravaille ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 21/10/2020 à 18:44
Signaler
Paris dans le Top Ten ??!! Mais que fait donc Hidalgo et ses sbires ecolos-bobos ?

à écrit le 21/10/2020 à 15:00
Signaler
mon commentaire de 12h33 n'est pas passé. Pourquoi ? Je veux une explication du modérateur

à écrit le 21/10/2020 à 13:45
Signaler
La densification urbaine forcenée a aussi sa part de responsabilité : Ca fait des décennies, qu'on entend des discours comme quoi, "il manque des logements". A force de dire qu'il manquait des logements, on a amplifié à n'en plus finir, les problèmes...

à écrit le 21/10/2020 à 13:44
Signaler
N'importe qui annonce des chiffres qui ne reposent sur aucun consensus scientifique et cela devient une vérité. En quoi une "mort prématurée" peut elle "coûter" à la société ? C'est peut-être vrai si l'on décède alors qu'on est encore actif mais si l...

le 21/10/2020 à 14:21
Signaler
"mort prématurée", statistiquement... A voir si c'est après séjour long en hôpital ou décès soudain, les coûts ne sont pas les mêmes. On devrait aussi cibler le tabac ça tue et fait des particules, gaz nocifs, CO, etc. Aux USA l'espérance de vie bai...

à écrit le 21/10/2020 à 11:44
Signaler
Ce sont encore et toujours des calculs théoriques sur des morts et malades supposés mais non prouvés car non identifiés. Ce n'est pas qu'il ne faille pas combattre la pollution, mais il faut aussi arrêter de psychoser la population : on va finir conf...

à écrit le 21/10/2020 à 10:46
Signaler
Alors non seulement ils ne payent pas d'impôts, en plus ils détournent l'argent public, nous font du chantage à la dette et voilà maintenant qu'ils nous coûtent 166 milliards de plus ! Stop n'en jetez plus ! La facture est salée pour notre oligar...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.