En France aussi, le confinement a un impact positif sur la pollution de l'air

 |   |  525  mots
En Ile-de-France, où le trafic routier est estimé en baisse de 80-90%, les conditions météorologiques des premiers jours de confinement, conjuguées à un maintien ou à une augmentation de certaines activités, ont en revanche limité la diminution  des concentrations en oxyde d'azote (NOx) à 30%.
En Ile-de-France, où le trafic routier est estimé en baisse de 80-90%, "les conditions météorologiques des premiers jours de confinement, conjuguées à un maintien ou à une augmentation de certaines activités", ont en revanche limité la diminution des concentrations en oxyde d'azote (NOx) à 30%. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Au bout d'une semaine de confinement, des baisses notables des concentrations de dioxyde d'azote ont été constatées dans quasiment toutes les régions de France. L'effet sur les particules fines est en revanche plus difficile à évaluer.

Un effet positif des mesures de confinement sur la qualité de l'air extérieur a d'abord été constaté en Chine, puis en Italie, par le programme européen de surveillance atmosphérique Copernicus comme par la Nasa. Un tel impact est désormais aussi avéré dans l'Hexagone, révèle le tout dernier bilan de la fédération Atmo France, qui réunit les Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA), présentes dans chaque région du pays.

Moins de pollution tout au long des axes routiers

Au bout d'une première semaine de confinement, quasiment toutes les AASQA constatent en effet une baisse notable des concentrations de dioxyde d'azote (NO2, notamment à proximité des axes routiers principaux, et ce malgré le maintien d'autres sources démissions comme le chauffage résidentiel. Une réduction que confirment d'ailleurs des images prises par Copernicus entre le 15 et le 25 mars.

En Guadeloupe, "du fait de la restriction des déplacements et de la diminution de l'activité anthropique en lien avec les mesures prises par les autorités", la baisse de NO2 peut atteindre jusqu'à 88%, relève l'AASQUA locale, Gwad'Air. En Ile-de-France, où le trafic routier est estimé en baisse de 80-90%, "les conditions météorologiques des premiers jours de confinement, conjuguées à un maintien ou à une augmentation de certaines activités", ont en revanche limité la diminution  des concentrations en oxyde d'azote (NOx) à 30%.  Le confinement y a toutefois aussi eu un effet positif:

"Ces niveaux auraient été beaucoup plus élevés, avec un probable épisode de pollution, si les conditions de trafic avaient été celles d'un trafic normal", note Airparif.

La météorologie complice de la formation de particules fines

Plus compliqué s'avère en revanche évaluer l'impact du confinement sur les particules fines, notamment PM10 et PM2.5. Globalement, les associations régionales rapportent une baisse moindre, voire une hausse des concentrations. Mais la météorologie semble y avoir contribué, en favorisant des "réactions chimiques dans l'atmosphère", explique Atmo France.

Le vent faible et l'augmentation des températures notamment favorisent "la formation de particules à partir de gaz, d'oxydes d'azote (même si le trafic est très restreint) et du chauffage (selon des analyses de particules, le chauffage au bois augmente dans certaines régions, surtout le soir)", note la fédération.

A cela s'ajoute, dans certaines régions, "une augmentation du nitrate d'ammonium et d'ammoniac liée aux activités agricoles, et notamment aux épandages", explique Atmo.

"Dans le cas des particules, l'augmentation des niveaux lors de la première semaine rappelle que toutes les activités ne sont pas suspendues et que même en période de confinement, un épisode de pollution pourrait survenir si toutes les conditions météo étaient réunies", résume l'association de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2020 à 20:48 :
Tiens ! On explique donc que la circulation routière n'est pas responsable de l'émission des particules fines ? Donc cela ne sert à rien ou presque de chercher à empêcher de circuler les véhicules diesel les plus "anciens" avec des Zones de Faible Emission ? Voilà un article intéressant de par ce qu'il ne dit pas mais sous-entend...
a écrit le 28/03/2020 à 12:33 :
MDR ... Bien sur a chaque maux un bien...
Moins de polution du àu voiture... Moins de consommation electrique ...
Plus de violence conjugale... Moins d'électricité verte ( éolienne ) .
Moins de production industriel ... Plus de circuit locale ...
Plus de drive ... Moins de travail pour les malheureuse caissière.
Plus de décès dans les personnes agréé ... Moins de depence dè la caisse de retaites... Plus de defficite budgétaire... Moins de contrôle sur l'argent publique ... Plus de détournement....
Plus de travail dàns les hôpitaux... Plus d'heure supplémentaire...
Bon , soyons honnêtes, je constate que les marchandises viennent de toute l'Europe en camion ... Et que notre pays est chaque jours moins industrialisés et que nous somme dépendant de se qui vient de l'étranger...
Voila pourquoi , îls y a peux de travail et 5 milions dè gents sans emploi én françe .
Donc tous vas bien ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :