Les dirigeants européens demandent un plafonnement des prix du gaz « réalisable »

Afin de limiter la flambée des prix, les dirigeants européens devraient demander à la Commission de faire une proposition pour plafonner le prix des importations de gaz lors d'un sommet vendredi. Certains s'inquiètent que l'Allemagne puisse faire cavalier seul avec, comme conséquences, « une concurrence déloyale et une fragmentation du marché unique européen ».
Le plafonnement des prix du gaz en Europe fait partie d'une série de mesures qui constituerait une « feuille de route pour les mois à venir ».
Le plafonnement des prix du gaz en Europe fait partie d'une série de mesures qui constituerait une « feuille de route pour les mois à venir ». (Crédits : Reuters)

L'idée de plafonner les prix du gaz en Europe fait son chemin malgré les divisions entre pays membres de l'UE. L'Allemagne, par exemple, se montre réticente tant elle craint que des pays comme la Norvège, devenue depuis le début de la guerre en Ukraine le premier fournisseur de gaz de l'Europe, se tourne vers d'autres marchés si l'on devait lui imposer un prix plafond. Les 200 milliards d'euros d'aides supplémentaires annoncés la semaine dernière par l'Allemagne pour plafonner les prix du gaz et de l'électricité, a, par ailleurs, suscité les critiques de plusieurs dirigeants qui craignent une concurrence déloyale et une fragmentation du marché unique européen dans la mesure où tous les Etats ne disposent pas des marges de manœuvre budgétaires de Berlin.

Lire aussiSobriété énergétique : les premiers ratés en Europe donnent des sueurs froides pour l'hiver

Une déclaration, toujours en cours de négociation avant un sommet des dirigeants des Vingt-Sept vendredi à Prague, devrait donc inviter la Commission européenne à  travailler sur des « propositions réalisables pour réduire les prix via un plafonnement des prix du gaz ». Cette proposition fait partie d'une série de mesures qui constitueraient une « feuille de route pour les mois à venir ». Les ministres européens de l'Énergie avaient déjà trouvé un accord vendredi dernier pour reverser aux consommateurs une partie des « superprofits » des énergéticiens.

« Réfléchir à des instruments mutualisés au niveau européen »

Les commissaires européens à l'Economie et au Marché intérieur, Paolo Gentiloni et Thierry Breton, ont appelé quant à eux, à la solidarité, dans une tribune publiée lundi : « Pour surmonter les lignes de fractures induites par les marges de manœuvre différentes des budgets nationaux, nous devons réfléchir à des instruments mutualisés au niveau européen. Seule une réponse budgétaire européenne nous permettra, en épaulant l'action de la Banque centrale européenne BCE, de répondre efficacement à cette crise et d'apaiser des marchés financiers volatils ».

Concrètement, les deux commissaires proposent de « s'inspirer du mécanisme SURE », un instrument européen doté de 100 milliards d'euros qui a permis pendant la récession liée à la pandémie de soutenir les mesures de chômage partiel dans les Etats membres. Il consistait en des prêts à des conditions favorables octroyés par la Commission européenne qui est en mesure d'emprunter à bon compte sur les marchés financiers.

« Un risque imminent d'arrêts de milliers d'entreprises européennes »

Ils insistent : « Le plan d'aide massif de 200 milliards d'euros (5% du PIB) décidé par l'Allemagne répond à la nécessité - que nous appelons de nos vœux - de soutenir l'économie mais pose aussi question. »

Il est urgent d'agir : selon l'association européenne patronale BusinessEurope, « les prix élevés du gaz et de l'électricité font peser un « risque imminent » de « pertes de production » et « d'arrêts de milliers d'entreprises européennes ». Dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l'organisation réclame notamment un assouplissement du cadre des aides d'Etat aux entreprises en difficulté, un découplage d'urgence des prix de l'électricité de ceux du gaz ainsi que la mobilisation de tous les moyens de production d'électricité disponibles.

Lire aussiÉnergie : Bruxelles adopte des mesures d'urgence mais reste divisée sur un plafonnement des prix du gaz

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/10/2022 à 8:30
Signaler
Ah l'Ue quelle incroyable histoire ! En 1992 on nous disait qu'on était des arriérés si on votait contre ce truc, en 2005 on s'est senti arriérés alors on a voté contre ce truc et pourtant on nous l'a quand même imposé ! Quelle vaste supercherie ce t...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.