Macron joue son va-tout sur la présidence de la Commission

 |   |  779  mots
Emmanuel Macron refuse pour l'heure l'automaticité de la nomination de la Commission européenne, procédure qui laisse de fait aux grandes familles politiques européennes le choix des différents candidats. Dès septembre, le président français avait prévenu qu'il ne laisserait pas le monopole du débat sur l'Europe et les élections européennes aux grands partis politiques.
Emmanuel Macron refuse pour l'heure l'automaticité de la nomination de la Commission européenne, procédure qui laisse de fait aux grandes familles politiques européennes le choix des différents candidats. Dès septembre, le président français avait prévenu qu'il ne laisserait pas le monopole du débat sur l'Europe et les élections européennes aux grands partis politiques. (Crédits : POOL New)
Si la mise en œuvre des listes transnationales pour les élections européennes de 2019 semble mal embarquée, le président français compte reprendre la main sur la nomination du président de la Commission européenne. Dans le collimateur, la procédure du « spitzenkandidat » qui permet de désigner "automatiquement" le président et réduit la marge de manœuvre des États-membres. Un article de notre partenaire Euractiv.

Les modalités d'organisation des prochaines élections européennes de 2019 vont occuper les 27 chefs d'État et de gouvernement lors du sommet européen informel de ce jeudi 23 février 2018.

Au menu, la taille de la future Commission européenne, la création d'une liste transnationale, la procédure du « spitzenkandidat »  et les consultations citoyennes, « ces questions ont un seul et même objectif, revitaliser le débat européen », affirme une source à l'Élysée.

Les élections européennes, un moment clé pour Macron

Emmanuel Macron, qui a fait de ce rendez-vous électoral un moment clé de son ambition de refonte du projet européen, va devoir défendre ses positions sur deux fronts distincts : celui des listes transnationales et du choix du futur président de la Commission européenne.

Depuis les dernières élections européennes en 2014, le choix du futur président de la Commission européenne s'est opéré selon la procédure du « spitzenkandidat », qui sous-entend que le chef de file de la famille politique majoritaire dans les urnes obtienne automatiquement le poste de président de la Commission.

États et députés s'opposent sur la procédure de désignation automatique

Une procédure qui a réduit la marge de manœuvre des États membres, et propulsé le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la tête de l'exécutif européen en dépit de l'opposition de la chancelière allemande, Angela Merkel.

Sans affiliation politique européenne, Emmanuel Macron refuse pour l'heure l'automaticité de cette nomination, qui laisse de fait aux grandes familles politiques européennes le choix des différents candidats. Dès septembre, le président français avait prévenu qu'il ne laisserait pas le monopole du débat sur l'Europe et les élections européennes aux grands partis politiques.

Des déclarations qui lui ont valu l'hostilité des parlementaires européens de tous bords, très attachés à la procédure du « spitzenkandidat », garant selon eux d'un renforcement démocratique européen.

« Mais la machine européenne n'est pas immuable », fait valoir l'Élysée, qui compte obtenir le soutien des autres chefs d'État et de gouvernement pour s'opposer à l'automaticité du choix du candidat du parti majoritaire. « Il existe des partis européens qui ont des procédures, c'est leur droit et leur souhait. Mais il faut distinguer ce qui en est fait après les élections européennes », rappelle-t-on à Paris.

Macron confiant sur les ralliements à sa cause

Le débat sur la succession de la prochaine Commission européenne « devra se faire dans le prochain Parlement, pas dans celui-là », affirme la source à l'Élysée. Sur ce dossier, Emmanuel Macron compte rallier les autres membres du Conseil lors de la réunion de Bruxelles. Un sujet sur lequel le chef de l'État peut être confiant.

« Il n'y a pas de consensus au Conseil pour renoncer à son droit d'échange avec le Parlement », affirme-t-on à Paris.

Si les pairs européens d'Emmanuel Macron devaient être sensibles à l'argument du choix du futur président de l'exécutif européen, l'équilibre des forces apparaît peu favorable au président français sur la question des listes transnationales.

« Sur les listes transnationales, il y a un peu de soutien au Parlement européen et parmi les États du sud de l'Europe » concède-t-on à l'Élysée  « Mais c'est une idée nouvelle dans le débat politique, c'est bon signe. »

Le Parlement européen a en effet rejeté l'idée de liste paneuropéenne lors d'un vote début février, laissant ainsi peu d'espoir au projet porté par Emmanuel Macron d'aboutir.

En porte-à-faux avec les positions du Parlement européen

La mise en œuvre effective de ces listes pour l'échéance de 2019 semble hors de portée, de l'aveu même d'une source à l'Élysée qui anticipe un « large soutien à cette idée de liste transnationale pour les élections suivantes », c'est-à-dire en 2025.

En porte-à-faux avec les positions du Parlement européen, le président français viendra défendre ses prises de position lors d'une première visite à Strasbourg à l'occasion de la session plénière d'avril au Parlement européen.

À cette occasion, le chef de l'État français devra probablement faire face aux critiques des parlementaires. Car si la création d'une liste transnationale bénéficie du soutien d'une partie non négligeable, bien que minoritaire, de l'hémicycle, l'abandon de la procédure de « spitzenkandidat » fait l'unanimité contre elle.

___

Par Cécile Barbière, Euractiv

(Article publié le mardi 21 février 2018)

___

Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2018 à 9:06 :
Avant de tout chambouler il faut déjà avoir une idée claire de ce que l'on veut, ou peut construire.
Il y a parfois loin de la théorie à la pratique, vu ce à quoi on a abouti en France : des réformettes à la place de réformes structurelles, une surenchère de lois liberticides, des recettes de grand mère pour relancer l’économie par exonération des heures supplémentaires, etc... J'ai l'impression que l'on va de plus en plus au plus simple, ce qui devrait par nature défavoriser les plus faibles.
Or l'Europe est par nature complexe, multiculturelle et elle présente l'avantage de privilégier le pouvoir des parlementaires, représentants directs de la démocratie.
a écrit le 24/02/2018 à 3:57 :
J ai votez macron j ai cru je Me suis trompe la politique économique de macron c est pour les riches je suis retraites le vais payer la csg en plus ? Un president et pour tout les français pas macron l erreur fatale ?
Réponse de le 24/02/2018 à 11:13 :
La CSG est née des cotisations que vous n'avez pas payés quand vous travailliez donc arrêtez de vous plaindre svp. N'hésitez pas à demander un budget à l'équilibre voir bénéficaire si vous souhaitez qu'un jour la CSG disparaisse.
a écrit le 23/02/2018 à 19:30 :
Une vote, dont aucun parti pas plus que l’exécutif se sont bien gardés de parler et commenter, le vote récent au parlement de Bruxelles d’un nouvel élargissement direct ou pour préférence commerciale des Balkans dont la très controversée Albanie. Une nouvelle fois le delta économique et social de ces pays par rapport à l’Union actuelle et encore hors pays de l’est, va faire basculer les aides agricoles et autres vers ses nouveaux entrants aux détriments de nos agriculteurs mais également une poussée des travailleurs détachés dont la renégociation par l’exécutif n’est que com et pas une réalité économique, une possibilité d’une nouvelle poussée de délocalisations. Sans oublier la corruption dont l’UE est incapable de juguler comme dans les ex pays sous domination soviétique. Je suis pardon j’étais un pro européen mais cette fois ci STOP je voterai pour une liste anti Union. Dommage que nos politiques bien loin des citoyens ont fait de l’Union un fiasco économique, social . Dans le contexte international actuel avec une Chine très ambitieuse une Amérique First une Inde en embuscade faire rentrer des pays qui ne peuvent qu’affaiblir l’Europe est une aberration un désastre économique. Je refuse de continuer à voter pour un parlement, un Conseil de chefs de gouvernement et présidents qui se moquent des électeurs car il avait été dit que toute nouvelle entrée serait assujettie à un référendum et pas « revisité » selon le bon vouloir de l’exécutif et des élus le doigt sur la couture du pantalon dont les UMP/LR, rappel à M. Wauquiez lui qui parle beaucoup mais avec amnésie. Pour me faire changer d’avis il faudra autre chose que la frénésie de la com de M. Macron.
Réponse de le 24/02/2018 à 5:44 :
Il est vrai que l'on a déjà fait cette erreur en élargissant trop vite et trop tôt, continuer serait un désastre pour les peuples à l'origine de cette brillante etoile qu'est l'Europe. Posons-nous, organisons en mettant sur pieds une structure reelle complète nécessaire, suffisante et démocratique. Ensuite on pourra poursuivre le voyage...de l'atlantique à l'Oural,pourquoi pas?
a écrit le 23/02/2018 à 18:46 :
Macron vient de devenir le disrupteur disrupté par les concervateurs européens! Pour faire faire de l'austérité aux français, là il a du soutient. Mais le risque c'est de voir de nouveaux partis remplacer les concervateurs... Donc on vérouille et on conserve!

Quel blague cette europe, que ce soit l'ancien système ou le nouveau...
Réponse de le 24/02/2018 à 11:16 :
L'austérité serait d'arrêter de dépenser plus qu'on ne gagne. Quand on voit les budgets votés nous en sommes encore loin. L'austérité il vaudrait mieux la décider nous même avant qu'on nous l'impose comme aux Grecs.
a écrit le 23/02/2018 à 17:14 :
J'ai bien peur que la prochaine question qui se posera sera plutôt: "que fait t'on quand il y a à Bruxelles une majorité de parlementaires européens europhobes, nationalistes, racistes voire négationistes ?"
Et la question n'est pas absurde, cette fraction représente 1/3 du parlement actuel et si les brexiters sont sortis, il y a depuis une explosion de l'extrême droite en Europe de l'Est.

Peut ton encore cohabiter dans une structure européenne avec des états négationistes, racistes et foulant aux pieds les principes de base de la démocratie? Que faite si ceux ci font une alliance politique et économique avec la Russie aux dépends de nos intérêts?

Si oui, que resterait t'il des valeurs que l'Europe était supposée défendre?
Si non, Comment exclure des pays qui sont solidement ancrés dans la zone Euro depuis des années?
Réponse de le 24/02/2018 à 11:20 :
De toute façon, nous avons une très grande majorité de partis chauvins à l'assemblée européenne, puisque seule une minorité des députés élus appartiennent à des partis transnationnaux. Les députés ne font donc que ce pour quoi les peuples les élisent : défendre leurs intérêts personnels égoïstes.
a écrit le 23/02/2018 à 15:24 :
le % des mécontents a pris une courbe descendante !
a écrit le 23/02/2018 à 14:48 :
avant de donner des leçons qu'il applique les directives actuelles

moins de 3 % DE DEFICIT (LE VRAI celui qui ne doit pas etre compense par de la dette hors cette année ce n'est pas le cas
autre regle le deficit ne doit pas depasser 60% DU PIB nous sommes a 99
Réponse de le 23/02/2018 à 16:48 :
Il faut donc falloir vous mettre au boulot ! Ce n’est pas seulement une indifférence de l’État mais l' incapacité à Macron à réfuter les GOPE qui est la cause originelle des problèmes.
Vous savez bien que l’UE et l’euro imposent l’austérité permanente, en plus de la mise en concurrence des services publics et donc de leur disparition en zones rurales pour répondre aux crises ouvertes du moment sur l' agriculture et l' hôpital. Il faut cibler les vraies causes sinon cela ne sert à rien..
Quant à Macron, là où ailleurs, il ne sert pas à grand chose ..

https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
Réponse de le 24/02/2018 à 11:22 :
3% de déficit autorisé, ce n'est pas l'austérité. La saisie de vos revenus sur votre compte bancaire pour rembourser vos dettes, ça c'est l'austérité.
a écrit le 23/02/2018 à 13:57 :
Son objetive c'est que la mutualisme des dettes francaises vers les pays du nord d'UE. Parce qu'il a peur de faire des vrais reformes. Voire les aides promis aux agricultures. C'est mieux que cet gouvernement, et les francaises memes, jamais parlent plus du concurrence deloyale, ou de dumping, des autres pays d'UE.
a écrit le 23/02/2018 à 12:32 :
Qu'en pense notre teutone préférée ? 😎
a écrit le 23/02/2018 à 12:29 :
Ce gosse va passer à la casserole tellement il est politiquement fini !!!
Réponse de le 23/02/2018 à 12:58 :
Il est fini parce qu' il s' est fait élire sur des bobards rapportés par une presse paresseuse, subventionnée par l' UE et complice ...
https://www.contrepoints.org/2017/08/31/297780-bruno-roger-petit-presse-subventionnee-jusqua-lecoeurement
a écrit le 23/02/2018 à 11:59 :
La scrutin européen a longtemps été le recasage des ratés et des insignifiants. Les ambitions du Jupiter-Pinocchio élyséen pourrait changer la donne et mettre un peu de bazar dans le buller-ensemble du parlement européen. Au fond, une perspective amusante qui pourrait secouer le panier de crabes, toutefois, force est de reconnaitre que le profil actuel des députés "En marche" ne plaide pas pour une hausse des neurones dans une telle perspective..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :