Merkel réélue chancelière de l'Allemagne pour la quatrième fois

Le Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, a désigné mrecredi par 364 voix contre 315 Angela Merkel comme chancelière.

2 mn

J'accepte le vote, a déclaré une Angela Merkel après avoir été reconduite comme chancelière par 364 voix contre 315 et neuf abstentions par les députés du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Un début plutôt modeste puisque la coalition CDU-CSU/SPD dispose de 399 sièges.
"J'accepte le vote", a déclaré une Angela Merkel après avoir été reconduite comme chancelière par 364 voix contre 315 et neuf abstentions par les députés du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Un début plutôt modeste puisque la coalition CDU-CSU/SPD dispose de 399 sièges. (Crédits : Reuters)

La chancelière chrétienne-démocrate (CDU) Angela Merkel a été réélue mercredi pour un quatrième et sans doute dernier mandat à la tête du gouvernement allemand, à la tête d'une "grande coalition" (la GroKo) fragilisée par sa perte de popularité. Difficilement construite avec ses alliés de l'Union chrétienne-sociale bavaroise (CSU) et avec le Parti social-démocrate (SPD), cette coalition gauche-droite a déjà été éprouvée dès le premier mandat d'Angela Merkel, de 2005 à 2009, puis de 2013 jusqu'aux élections législatives de septembre dernier lors desquelles et la CDU-CSU et le SPD ont perdu du terrain au profit de l'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) qui a fait son entrée au Bundestag.

Angela Merkel a été reconduite comme chancelière par 364 voix contre 315 et neuf abstentions par les députés du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Un début plutôt modeste puisque la coalition CDU-CSU/SPD dispose de 399 sièges.

"J'accepte le vote", a déclaré une Angela Merkel tout sourire devant le Bundestag.

Des semaines de tractations pour constituer la coalition

Bien qu'arrivée en tête aux élections législatives, la CDU a enregistré son plus mauvais score électoral au niveau national depuis 1949. Après des semaines de tractations infructueuses avec les libéraux du FDP et les Verts, les chrétiens démocrates se sont tournés vers le SPD.

Angela Merkel, qui est depuis plus de dix ans au pouvoir, est affaiblie depuis sa décision de 2015 d'ouvrir les portes de l'Allemagne face à l'afflux des migrants en Europe. L'Allemagne a accueilli cette année-là plus d'un million d'étrangers, en provenance de divers pays en guerre.

La CSU, plus conservatrice que la CDU, a négocié un plafond de migrants dans l'accord de coalition.

Un avenir pavé de contradictions à gérer

La chancelière va devoir maintenant jongler avec les demandes contradictoires de ses alliés conservateurs CDU/CSU et progressistes du SPD.

"C'est un bon début pour l'Allemagne d'avoir un gouvernement stable.(...) Après de si nombreux mois, il y a maintenant une grande motivation pour se mettre au travail avec énergie", a déclaré la ministre de la Défense Ursula von der Leyen.

Angela Merkel doit rencontrer le président de la République, Frank-Walter Steinmeier, dans la journée avant de retourner au Bundestag pour prêter serment.

Les ministres de son gouvernement seront ensuite à leur tour investis, près de six mois après les élections législatives

(Avec Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 17/03/2018 à 12:24
Signaler
Autre époque, autre méthode, l'Allemagne fera sombrer à nouveau l'Europe vers des jours sombres ! Uber alles

à écrit le 15/03/2018 à 8:51
Signaler
L'Europe en marche vers son enterrement, d'un autre côté il serait temps. Vite un frexit !

à écrit le 14/03/2018 à 15:45
Signaler
En tout cas, il lui manquait 35 voix de sa coalition et cela augure des difficultés à venir, car elle s'est fait des ennemis dans son propre camp, outre chez les socialistes. D'un autre côté, les débats seront peut-être plus démocratiques puisque des...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.