Outre la Russie, l'Allemagne tire la sonnette d'alarme sur sa dépendance économique à la Chine

Le ministre allemand des Finances s’est inquiété mercredi de la "forte dépendance" économique de son pays à la Chine, appelant à "diversifier" les partenaires commerciaux de l'Allemagne, dans un contexte de tensions internationales exacerbées par la guerre en Ukraine. Près d'un industriel allemand sur deux qui se dit dépendant des intrants chinois prévoit de réduire ces importations, dans un climat d'incertitude politique exacerbé par la guerre en Ukraine, selon une étude de l'institut Ifo.

4 mn

(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le réveil est difficile pour l'Allemagne. La guerre russe en Ukraine met en lumière la fragilité de son économie. Si la dépendance au charbon, pétrole et gaz russes a maintes fois été évoquée par Berlin pour s'opposer à toute interdiction des importations de gaz en provenance de Russie dans l'Union européenne, une autre dépendance, également liée à son modèle basé sur les exportations, suscite des craintes outre-Rhin : celle à l'égard de la Chine. Ce mercredi, dans une interview accordée au journal Die Zeit, le ministre allemand des Finances, Christian Lindner (également chef de file du parti libéral FDP), s'est en effet inquiété de la "forte dépendance" économique de l'Allemagne à la Chine, appelant à "diversifier" les partenaires commerciaux du pays, dans un contexte de tensions internationales exacerbées par la guerre en Ukraine.

Liens économiques très forts entre la Chine et l'Allemagne

"Nous devons diversifier nos relations internationales, y compris pour nos exportations", a-t-il déclaré. guerre a posé la question des liens commerciaux qu'entretient l'Allemagne, nation exportatrice, avec d'autres pays accusés de bafouer les droits humains, comme la Chine.

Nation exportatrice, l'Allemagne est en effet le principal partenaire économique de la Chine. En 2021, plus de 245 milliards d'euros ont été échangés entre les deux pays , un chiffre en hausse de 15,1% par rapport à l'année précédente, qui fut marquée par le Covid-19. De nombreuses industries allemandes ont délocalisé une partie de leur production en Chine, et importent donc massivement des éléments indispensables à leur activité depuis ce pays.  Par ailleurs, la Chine est l'un des principaux clients du secteur automobile allemand.

"Le moment est peut-être venu de faire des affaires de préférence avec ceux qui ne sont pas seulement des partenaires commerciaux, mais qui veulent aussi être des partenaires du point de vue des valeurs", a commenté Christian Lindner. La guerre en Ukraine a posé la question des liens commerciaux qu'entretient Berlin avec d'autres pays accusés de bafouer les droits humains, comme la Chine.

Les industriels allemands prévoient de réduire leur présence en Chine

Ces propos interviennent alors que, selon une étude réalisée par l'institut économique IFO publiée fin mars, de nombreux industriels envisagent déjà de réduire leur présence en Chine. Selon ces travaux "près d'une entreprise sur deux " qui se dit dépendant des intrants chinois prévoit de réduire ces importations. Dans le secteur manufacturier allemand, "46% des entreprises déclarent s'approvisionner en Chine" pour des éléments entrant dans la production, et parmi ces entreprises "près d'une sur deux prévoit de réduire à l'avenir ces importations", déclare Lisandra Flach, responsable de l'économie internationale à l'IFO et co-auteure de l'étude.

La chute du rideau de fer à la fin des années 1980 avait ouvert à nombre d'entreprises allemandes des opportunités de commerce importantes avec la Chine et la possibilité d'y délocaliser de la production à moindre coût. Mais sur fond de tensions géopolitiques croissantes, l'incertitude politique" est désormais citée par 41% des sondés comme motif pour réduire leurs achats d'intrants chinois.

La guerre en Ukraine et les sanctions infligées à la Russie "jettent un nouvel éclairage sur l'importance géopolitique des interdépendances économiques avec la Chine", selon l'étude de l'IFO réalisée en février auprès de 4.000 entreprises et publiée à la veille d'un sommet virtuel entre dirigeants de l'UE et de la Chine.

Déjà douchés par le Covid-19

Les ardeurs des patrons allemands à s'approvisionner dans l'Empire du Milieu ont déjà été douchées depuis la pandémie de Covid-19, avec les blocages d'usines et de ports en Chine et l'augmentation des délais et coûts de fret qui ont suivi. S'ajoutent les violations des droits humains en Chine, notamment dans la région du Xinjiang, et les effets du capitalisme d'Etat depuis la présidence de Xi Jinping en Chine qui font toujours plus débat.

En témoigne le récent blocage d'importations de Lituanie imposé par Pékin sur fond de tensions diplomatiques avec Taïwan.

De fait, la dépendance vis-à-vis des importations de Chine s'exprime surtout dans les matières premières et moins dans les produits industriels, selon l'étude. Environ 65 % des matières premières entrant dans la fabrication de moteurs électriques viennent de Chine, en particulier les terres rares, indispensables aussi à la construction d'éoliennes.

Le "plus grand défi pour l'Allemagne et l'Europe est la diversification des pays d'où proviennent les matières premières, ce qui est beaucoup plus difficile à faire qu'avec produits finaux", selon l'IFO.

Les auteurs de l'étude prennent leurs distances avec les appels au "découplage" qui "augmentent en Allemagne", en se coupant brusquement de l'économie chinoise, car cela "perturberait des chaînes d'approvisionnement clés spécifiques".

Ils appellent en revanche à conclure des "accords de libre-échange" avec des pays émergents pour aider les entreprises à diversifier leurs chaînes d'approvisionnement, citant le cas des négociations au point mort avec l'Inde ou la Malaisie.

Lire aussi 8 mnL'Allemagne, le maillon faible de l'Europe

 (avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 07/04/2022 à 9:19
Signaler
Tient, l'Allemagne se réveille, mieux vaut tard que jamais... Pour la France nous ne produisons plus rien ou presque comme de la bidoche..(2 millions de bovins en Bretagne et 7 millions de cochons)..

à écrit le 07/04/2022 à 2:29
Signaler
Cela pour cacher que c'est la Chine qui ne veux plus de sociétés européennes chez elle .Des retours en ce sens de sociétés implantées la-bas . J'espère qu'un bras de fer n'ai pas en train de se jouer pour inverser la géo politique mondiale .Car nous...

à écrit le 06/04/2022 à 23:56
Signaler
L Allemagne qui se réveille.. lol comme beaucoup sur d autres pays européens - pays bas Italie France …leurs gouvernements d alors et la commission Barroso : schroder, Merkel, Fillon, Sarko, Monti, etc… vous qui avez tout vendu ou délocaliser pour r...

le 07/04/2022 à 9:22
Signaler
D'ailleurs Barroso est ensuite parti pantoufler dans la grande Banque américaine, j'imagine son bureau avec un épais tapis..

le 07/04/2022 à 10:39
Signaler
@Brehat tant mieux boycottez et foutez nous la paix...vous vous croyez meilleur ou superieur? Perso j'achete toute les marques "madei n rpc"

à écrit le 06/04/2022 à 22:01
Signaler
On dirait que l'occident se réveille d'un long coma de l'interdépendance des états de la mondialisation et découvre que les pays producteurs sont plus fiable que ceux qui sont consommateur. Il faudra retourner aux fondamentaux et sortir de cette soci...

à écrit le 06/04/2022 à 19:36
Signaler
Le niveau de pauvreté en UE du fait de ce maudit social qui aura massacré la valeur travail pendant 50 ans doit commencer à inquiéter notre classe dirigeante ayant peur qu'à force de tirer sur la laisse celle-ci ne casse. Profiter de ce chaos pour in...

à écrit le 06/04/2022 à 19:12
Signaler
L'Allemagne pense à se retirer de Chine au moment où le PCC augmente le prix de ses esclaves... Tout porte à croire que si retrait il y a alors celui-ci ne sera que partiel pour faciliter la transition de la logistique et permettre de peser sur...

à écrit le 06/04/2022 à 15:53
Signaler
Ce sont surtout les régles de l'OMC qui ont aidé la chine et non la chute du mur de berlinRégles bien trop souples en faveur de la chineDumping sur la main-oeuvre,monnaie de singe,sociales inexistantes,non respect des brevets,contrefaçons etc etc

à écrit le 06/04/2022 à 15:44
Signaler
c est bien beau de dire qu on va acheter ailleurs qu en chine. mais dans certains cas, les chinois sont les seuls ! toutes les usines en europe ont fermé, le savoir faire est perdu. et en admettant qu on les reouvre, qui va vouloir y travailler ? car...

à écrit le 06/04/2022 à 15:05
Signaler
Et si l'Europe prenait soudain conscience qu'elle a des intérêts stratégique à défendre ? Et si elle prenait soudain conscience qu'elle forme un ensemble qui mérite des contrôles aux produits, aux humains, aux normes, aux pressions, aux décisions d'a...

à écrit le 06/04/2022 à 14:44
Signaler
on va dire les choses plus simplement.......avec sa strategie 0 covid pour ne pas devoir acheter de vaccins occidentaux, la chine a ouvert les yeux de la planete sur le fait qu'elle tient bcp de choses en main; deja d'autres usines s'ouvrent ailleurs...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.