Plan de relance de l'UE : 4ème round ce lundi après une nuit sous tension

 |   |  840  mots
Le président Emmanuel Macron quitte, ce lundi matin, le bâtiment du Conseil européen lors du sommet entre les 27 membres de l'Union européenne.
Le président Emmanuel Macron quitte, ce lundi matin, le bâtiment du Conseil européen lors du sommet entre les 27 membres de l'Union européenne. (Crédits : Reuters)
Les discussions autour du plan de relance post-coronavirus doivent reprendre ce lundi après-midi, après trois jours d'âpres négociations. De sources concordantes, le président du Conseil européen et médiateur du sommet, Charles Michel, devrait proposer de revoir à la baisse la part de subventions, et ainsi tendre un peu plus la main en direction des pays dits frugaux qui bloquent tout accord depuis le début du sommet vendredi. Une attitude qui agace fortement le couple franco-allemand.

Les dirigeants européens vont poursuivre leurs discussions ce lundi après-midi dans l'espoir de trouver un accord sur un plan de relance post-coronavirus, au quatrième jour d'un sommet laborieux, marqué par une grande tension et de profondes dissensions.

Lire aussi : Plan de relance: cinq chiffres pour comprendre les enjeux du sommet européen

Après une journée complète de discussions dimanche, puis une longue nuit d'échanges, la session entre les 27 dirigeants de l'UE a été suspendue à 06H00 (04H00 GMT). Elle doit reprendre à 16H00 (14H00 GMT).

Le président du Conseil européen, Charles Michel, médiateur du sommet, doit d'ici là présenter un nouveau projet de compromis aux capitales.

De sources concordantes, il devrait proposer de revoir à la baisse la part de subventions dans le plan de relance à 750 milliards d'euros: 390 milliards, contre 500 milliards dans la proposition initiale. Le reste serait constitué de prêts.

Il s'agit d'un nouveau pas en direction des pays dits "frugaux" (Pays-Bas, Suède, Danemark, Autriche) et de la Finlande, qui bloquent tout accord depuis le début du sommet vendredi.

"Des négociations difficiles viennent de s'achever et nous pouvons être très satisfaits du résultat d'aujourd'hui", a twitté le chancelier autrichien Sebastian Kurz à la levée de la séance.

"Il y a désormais une piste d'accord", a affirmé une source diplomatique.

Selon une source française, "le couple franco-allemand a tout fait pour amener les plus réticents autour de 400 milliards" d'euros de subventions, qui constituaient jusqu'alors leur ligne rouge.

Les frugaux n'étaient, à l'inverse, pas disposés à aller au-delà de 350 milliards de subventions, selon une source européenne.

"Passe très dure"

La journée de dimanche a été marquée par la prise de parole, au dîner, du président français Emmanuel Macron, qui est sorti de ses gonds pour dénoncer la mauvaise volonté et les "incohérences" des frugaux, selon des sources concordantes.

Il a fustigé le comportement de Sebastian Kurz, lorsque ce dernier a subitement quitté la table pour prendre un appel téléphonique. Selon une source européenne, l'Autrichien s'est senti "offensé" par la remarque.

Le Français a aussi comparé le Néerlandais Mark Rutte à l'ex-Premier ministre britannique David Cameron, adepte lui aussi d'une ligne dure lors des sommets européens, soulignant que "ce genre de positionnement finissait mal". Le conservateur avait fini par perdre le référendum sur le Brexit.

M. Macron a aussi rappelé aux 27 que c'était la France et l'Allemagne qui allaient "payer ce plan", dans "l'intérêt de l'Europe, quand les frugaux ne font aucune concession", a rapporté une source proche des discussions.

"Il y a eu une passe très dure. Le Président suivi par la chancelière [allemande Angela Merkel] a tapé du poing sur la table", a-t-on indiqué de source française.

Au moment où une récession historique frappe l'Europe, les réticences des frugaux menacent de faire capoter un plan massif de soutien à l'économie, qui profiterait avant tout aux pays du Sud comme l'Italie et l'Espagne, les plus touchés par l'épidémie.

"Europe faible"

Sur la table des négociations, un fonds constitué par une capacité d'emprunt de 750 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne, adossé au budget à long terme de l'UE (2021-2027) de 1.074 milliards d'euros.

L'unanimité nécessaire des 27 États membres rend un accord particulièrement difficile.

Lors du dîner, Charles Michel a exhorté les 27 à s'entendre pour ne pas présenter le "visage d'une Europe faible, minée par la défiance".

Il a multiplié tout au long du sommet les gages en faveur des frugaux, par exemple en tentant de répondre à la demande de Mark Rutte de valider à l'unanimité des 27 les plans de relance nationaux présentés par chaque pays en contrepartie des aides.

Une telle configuration, qui équivaudrait de facto à un droit de veto pour chaque capitale, inquiète Rome et Madrid, qui craignent d'être soumis à un programme de réformes (marché du travail, retraites...) imposé.

Le Belge a présenté un mécanisme plus nuancé, permettant à un pays qui aurait des réserves sur le plan d'un autre Etat d'ouvrir un débat à 27.

Parmi les autres points de discorde, le lien entre le versement des aides et le respect de l'État de droit, une mesure soutenue par La Haye, mais qui hérisse Budapest et Varsovie, actuellement dans le collimateur de l'UE.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'y est vivement opposé dimanche, accusant même son homologue néerlandais de vouloir le "punir financièrement" et de le "détester" lui et la Hongrie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2020 à 7:24 :
Mouais mouais mouais, sur les 390 Mds de subventions a emprunter, si c'est sur la clef de repartition habituelle, on en aura un peu plus de 20% a notre charge, pour en toucher 35 a 40 Mds. En plus, on va financer les rabais des frugaux...
Mon dieu, faites qu'il y ai un detraqué sur son chemin, ou un accident,une maladie foudroyante ou n'importe quoi mais faites quelque chose, c'est plus possible là.
a écrit le 20/07/2020 à 15:25 :
cela fait du bien que ceux qui savent gérer un budget donne une fessée à ceux qui n'en sont pas capable. Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil et plein de Bisounours.
a écrit le 20/07/2020 à 15:03 :
Où est le problème,la masse monétaire américaine est 5 fois supérieure à celle de l'Euro parce que l'on veut être plus dogmatique la pape néolibéral de la politique de l'école de Chicago(Friedman et sa clique qui veut à mettre à sang les Etats)Fils d'ouvrier mineur j'ai fait des crédits toute ma vie pour financer une habitation .J'ai fait carrière dans une banque comme directeur et j'ai pu remarquer que quasi tous mes indépendants achetaient des immeubles et possédaient de l'épargne mais ils se plignaient des impôts qu'ils payaient à peine car les experts fiscaux et le noir baissaient l'assiette des impôts éludés alors que je payais sans me plaindre 55% d'impôts comme salarié.Où est le problème,au Luxembourg ou des milliards étaient cachés(j'ai participé pour rendre service à des clients).Pourquoi ne pas se poser les bonnes questions car la France est un pays dans lequel on vit mieux qu'ailleurs(voir la dette américaine dans les mains des Chinois ces mécréants où on délocalisé pour satisfaire le capital).Aux USA quand ton patron te vire tu n'as plus de sécurité sociale donc plus de soins et vous voulez parler de la dette française.Au Japon elle est de 250 % plus du double de la dette française après le corona.Débarrassez-vous des idées préconçues et répétées ad nauseam par les tenants du néoloibéralisme et de l'austérité luthérienne.
a écrit le 20/07/2020 à 14:39 :
Alors là je ne comprends vraiment plus rien.
a écrit le 20/07/2020 à 13:50 :
Si vous n'etez pas d'accord avec les conditions des donneurs c.q. preteurs, cherchez l'argent d'ailleurs. Chez le fonds du EMS par exemple.
a écrit le 20/07/2020 à 12:08 :
Reuters et ses photos particulièrement expressives, je refais encore un commentaire d'encouragement, quand une photo est bien faite elle se passerait bien volontiers de mots.

Comme je l'ai lu ailleurs en commentaire nous ne pouvons que souhaiter que cette aide échoue finalement afin que l'UE explose enfin, que le déclin touche enfin à sa fin.

La solidarité entre pays membres de l'UE de toutes façons depuis Maastricht a été définitivement enterrée.
a écrit le 20/07/2020 à 11:56 :
Je n'ai pas de conseils à donner. Mais surtout ne pas taper du poing sur la table. Il faut la jouer cool, autrement dit faire plier les frugaux en utilisant leur force. Tout un art. Pas facile il faut le reconnaître. Un accord est indispensable.
a écrit le 20/07/2020 à 11:44 :
Vous trouvez pas qu'il a le regard de quelqu'un vraiment pas net. Tu croises ça la nuit en forêt, ça doit foutre les chocottes
Réponse de le 20/07/2020 à 12:35 :
On peut aussi retrouver sur le net la vidéo ou il hurle comme un dément lors de son meeting pendant la présidentielle.
a écrit le 20/07/2020 à 11:37 :
Petit micron fait la manche. Pour un banquier quelle decheance. Il n'aura que des miettes et du coup perdra encore le peu de credibilite qu'il lui reste.
Réponse de le 20/07/2020 à 12:12 :
Voyons "faire la manche" c'est désuet. Aujourd'hui on dit faire du "crowd funding". Il n'y a plus de mendiants, ce sont tous des crowd funder. C'est plus classe.
a écrit le 20/07/2020 à 11:31 :
Les Pays-Bas, paradis européen de l'exil fiscal, pour les grands groupes, entreprises, grands patrons...
a écrit le 20/07/2020 à 11:10 :
Je ne comprends pas la réaction des "frugaux".J'ai cru comprendre que la France était contributeur net pour l'Europe et pour ces 750 milliards.
Réponse de le 20/07/2020 à 13:30 :
contributeur net ?
avec quel argent ?
De l'argent levé sur les marchés financiers ...
Le budget de la France est déficitaire, l'état français n'est pas en faillite uniquement parce que la BCE assure des taux bas et par la dette; et que l'état français peut rouler sa dette; c'est à dire que l'on fait un emprunt pour rembouser un emprunt.

Pour un particulier, c'est un délit financier, cela s'appelle de la cavalerie financière.

Le taux de financement de la France qui provoquerait la est estimé autour de 1,5%. L'Italie s'en sort avec des taux plus haut car son budget est à l'équilibre contrairement à la France.

Pays-bas en 2019: +1,4 % d'excédent budgétaire, ratio dette publique/PIB à 48,6%
France en 2019: -4% de déficit, ratio dette publique/PIB à 98%

Et vous dites que nous sommes contributeur net ?

Et évidemment, avec le COVID l'écart va se creuser car la dérive de la France est bien dû en grosse partie à de gros problèmes de calibrage de l'Etat, j'y ai travaillé 15 ans et connait beaucoup de fonctionnaires: on a tous vu les même choses. La cour des comptes en voit d'autres qui sont assez terribles également.
Réponse de le 20/07/2020 à 16:21 :
@septic

"Pays-bas en 2019: +1,4 % d'excédent budgétaire, ratio dette publique/PIB à 48,6% "

Selon le réseau international Taxe Justice et l'ONG OxfamNovib, les Pays-Bas se situeraient à la 4ème place du classement mondial des paradis fiscaux, derrières les îles Vierges, les Bermudes et les îles Caïman mais devant la Suisse, le Luxembourg et l'Irlande.
a écrit le 20/07/2020 à 10:26 :
Ce que j'aimerais que les journalistes Français disent et écrivent: la France est number one des prélèvements obligatoires dans le monde occidental et donc en U.E. AVANT la pandémie COVID-19, donc après ...
Les soit disant Frugaux n'ont pas l'intention pour plaire aux pays du Sud, dont la France super endettée, d'en faire autant pour leur population qui, pour la plupart d'entre eux, ne représentent qu'autour de 10 millions d'habitants, donc un petit budget, un petit PIB ce qui va de paire avec peu d'endettement. Il faut donc comparer ce qui est comparable et s'il devait avoir solidarité au plan Européen elle ne pourrait être qu'à géométrie variable, L'Allemagne, 80 millions d'habitants, la France 67 et L'Espagne et l'Italie entre 40 et 50 millions doivent collaborer sur un pied d'égalité ou presque, pas les Pays du Nord ni les Etats de l'Est: Autriche 9 millions, Hongrie 7 millions, Pologne etc... rien à voir avec les Grands.
Réponse de le 20/07/2020 à 12:05 :
Les contributions se font pour schématiser proportionnellement au PIB. Et l'endettement se mesure par rapport au PIB...
Réponse de le 20/07/2020 à 12:12 :
nos journalistes pour la plupart sont manipulés et en perte de crédibilité
Réponse de le 20/07/2020 à 12:21 :
L'endettement n'est pas un problème en soi. Il devient un problème quand ce n'est pas pour investir mais pour les dépenses courantes. Un investissement rentable rembourse sa dette par ses recettes. Le problème Français est que notre déficit ne sert qu'à conserver coûte que coûte notre niveau de vie en renvoyant la charge financière aux générations futures.
Réponse de le 20/07/2020 à 15:30 :
Allemagne: 83 millions d ' habitants / contributeur net / déficit sous 3%/ balance commerciale positive / G 7

France : 67 millions d'habitants / contributeur net / déficit au dessus des 3% / balance commerciale déficitaire / G7

Italie: 60 millions d'habitants /contributeur net / déficit sous 3% / balance commerciale positive / deuxième industrie de l'UE / G7

En utilisant toujours le vote à la majorité qualifié (pays /population) les petits pays s'aligneront sur les décisions des trois grands pays et les décisions seront plus facile à prendre vers plus de solidarité avec nos valeurs démocratiques et des droits de l'homme ...

(Espagne: 47 millions d'habitants - Pologne 38 millions )
a écrit le 20/07/2020 à 10:11 :
La genèse de cette crise vient de la création de l'Euro.Sur le papier c'était séduisant, mais certains pays dont la France se sont servis de l'euro pour vivre au dessus de leurs moyens. Les critères définis par les traités ont explosé , Mr Sarkozy avec le creusement de 600 milliards a acté une dette perpétuelle, et les allemands sont pris au piège de cette chaine de Ponzi, car ils ne peuvent plus arrêter la locomotive qui part vers le mur.
a écrit le 20/07/2020 à 10:10 :
Tout ces gens payés à parler et gesticuler, bref à rien faire ça donne le tournis quand même hein.

Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans en agonisant.
a écrit le 20/07/2020 à 9:44 :
Merci pour les cadeaux! Mais nous en voulons plus...au nez et à la barbe des contribuables européens! La vertu est du côté de ceux qui ne font pas leurs devoirs, le vice du côté de ceux qui font preuve de prévoyance...
a écrit le 20/07/2020 à 9:41 :
Période de basculement de l'Europe, soit elle s'oriente vers plus de fédéralisme, soit à terme elle disparaîtra. L' Europe des Nations ne peut pas être l'Europe des Nationalismes, elle ne peut pas être en même temps la Pologne, l'Irlande, la Hongrie, les Pays Bas, l'Autriche, la France, l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne, la Grèce. Droit, Santé, Défense, Solidarité, Fiscalité sont des socles qui devraient communs. Ça passe par le fédéralisme. On est pas arrivé!. Pour la France, ça signifie intégrer sa dissuasion nucléaire...
Réponse de le 20/07/2020 à 9:56 :
Les Etats Unis d'Amérique sont une fédération et les systèmes fiscaux diffèrent grandement. Prenez le Delawre...
Réponse de le 20/07/2020 à 12:52 :
Certainement mais comment faire quand en 2005 une majorité de Français a voté contre.
a écrit le 20/07/2020 à 9:37 :
Qui va payer combien et à qui ? Comment sont attribués les prêts, subventions, qui contrôle ? Nécessaire mais très opaque comme système, les Etats fustigent les paradis fiscaux, mais la, on n'est pas loin du clientélisme. Qui va payer la note à la fin, encore les citoyens à qui L’État ponctionne la moitié de ses revenus (les imposables, bien sur) ? Est-il nécessaire de rappeller au passage que la France, la grande France, est le premier pays de l'OCDE en terme de charge fiscale - mais que certains courants de pensée politique croient toujours que la France est riche, sauf qu'elle s'est bien appauvrie. A les futurs retraités, les services publics, nos enfants et petits enfants, et les enfants des petits enfants, etc. vont bien souffrir pour le profit de quelques uns. Rappelons (encore) que oui les ultra riches devraient contribuer au maintien de l'activité économique et donc financer activement le plan de relance.
Réponse de le 20/07/2020 à 10:35 :
Vous oubliez surtout le train de vie grandiloquant de l'Etat Français car si j'étais RUTTE je dirai à MACRON, je suis comme MERKEL je ne vis pas dans un château comme l'Elysée avec 900 collaborateurs et un train de vie à faire pâlir LOUIS XIV.
a écrit le 20/07/2020 à 9:26 :
M. Macron a aussi rappelé aux 27 que c'était la France et l'Allemagne qui allaient "payer ce plan", dans "l'intérêt de l'Europe, quand les frugaux ne font aucune concession", a rapporté une source proche des discussions.
Donc, la France qui a le 4ème taux de chomage plus élevé des 27 et la 3ème plus forte baisse de pib des 27 va payer pour des pays moins touchés et moins en difficulté qu'elle parce elle a encore (pour quelques années encore) la capacité de s'endetter, malgré elle n'a plus une industrie et elle a le déficit commercial plus élevé de l'UE...
Les successeurs de Macron quand la France sera en faillite se poseront bien la question un jour si il faudra continuer de payer.
Réponse de le 20/07/2020 à 10:28 :
Vous oubliez surtout un pays surper endetté malgré qu'il soit PREMIER toutes catégories des Prélèvements Obligatoires (12 points de plus que les Allemands).
a écrit le 20/07/2020 à 9:19 :
Si ces négo échouent, il est à craindre qu'une crise financière centrée sur l'Espagne , l'Italie et le Portugal n'éclate avant la fin du semestre, avec la déconfiture attendue de leur activité touristique, part importante de leur PIB et la fragilisation de leur situation budgétaire déjà passablement entamée avec les mesures de soutien et de relance déjà décidées par leur gouvt.
A coup sûr, une telle crise, venant se rajouter à la pandémie, d'une autre ampleur que celle liée à la Grèce en 2010, signerait le glas de l'UE et l'appauvrissement généralisé de l'Europe avec la fin du MU.
Réponse de le 20/07/2020 à 18:33 :
La France a peu être plus de soucis a se faire que l'Italie
le Tourisme est très important chez nous aussi
mais l'Italie a encore une Industrie elle !!
et une balance commercial qui était n'etait pas deficitaire pas comme nous !!
Réponse de le 20/07/2020 à 18:33 :
La France a peu être plus de soucis a se faire que l'Italie
le Tourisme est très important chez nous aussi
mais l'Italie a encore une Industrie elle !!
et une balance commercial qui était n'etait pas deficitaire pas comme nous !!
a écrit le 20/07/2020 à 9:07 :
A quoi bon relancer finalement? Depuis plus de 40 ans on se serait contenté de vivre au rythme adequat on s'en sortirait actuellement beaucoup mieux. Les 30 glorieuses, c'est fini faudrait penser a faire avec, enfin sans et arrêter de s'endetter. Y a quand même pas que le pib dans la vie.
a écrit le 20/07/2020 à 9:07 :
Excellente opportunité de faire le point sur tous les plans de dépenses publiques, grands emprunts, Programmes d'Avenir etc.. qui avaient été conçus pour rendre à la France sa splendeur d'Antan..On entend toujours parler des plans et de leurs montants lors du déblocage des fonds, mais nous n'avons jamais de retour sur les Grands Succès de ces Grands Tra La La.. Je crois que l'état en minimise l'évaporation...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :