L'Europe devrait connaître une récession sévère en 2020

La croissance de l'Union européenne devrait reculer de 7,4% en 2020 avant de rebondir à 6,1% en 2021, selon les dernières prévisions de la Commission européenne. Les répercussions de la crise sur les pays du Sud de l'Europe, coincés entre la pression économique et les impératifs de sécurité sanitaire, s'annoncent terribles.
Grégoire Normand

5 mn

(Crédits : Vincent Kessler)

La pandémie provoque des dégâts colossaux sur l'économie européenne. Selon les dernières prévisions macroéconomiques de la Commission bruxelloise, la croissance du PIB devrait reculer de 7,4% cette année avant de rebondir à 6,1% en 2021. La propagation du virus sur l'ensemble du Vieux continent a mis à genoux de nombreuses économies en seulement quelques semaines. Si certains pays ont déjà entamé un processus de déconfinement, les autorités redoutent une nouvelle vague de contamination. Ce qui provoquerait un choc terrible pour l'Europe qui affiche pour l'instant le bilan humain le plus lourd sur la planète.

"La pandémie du coronavirus représente un choc majeur pour les économies de l'Union européenne avec des conséquences économiques et sociales sévères. En dépit d'une réponse rapide et adaptée à la fois au niveau de l'Union européenne et au niveau national, l'économie européenne devrait connaître une récession dans des proportions historiques cette année" note la Commission.

Une récession catastrophique pour l'Europe du Sud

Les conséquences de cette maladie infectieuse dans le Sud de l'Europe sont faramineuses. La direction statistique de la Commission européenne (Eurostat) prévoit un repli du PIB grec de 9,7% cette année contre une hausse de 7,9% l'année prochaine. Athènes qui a déjà connu des années de croissance atone et d'austérité après la crise de 2008 pourrait avoir de réelles difficultés à redémarrer si le tourisme reste paralysé pendant encore des mois.

Plus à l'Ouest, l'Italie affiche également des résultats dans le rouge. Les économistes de l'institution bruxelloise tablent sur un recul de la croissance de 9,5% en 2020 avant un rebond de 6,5% l'année prochaine. La péninsule qui a été frappée très tôt par le coronavirus pourrait également connaître de graves difficultés pour repartir. Son poumon économique au coeur de l'épidémie est resté sous cloche pendant plusieurs semaines. L'économie italienne était déjà marquée par un chômage important, une productivité au ralenti et une croissance médiocre depuis des années.

En outre, le gouvernement a amorcé un début de déconfinement il y a quelques jours mais la population reste meurtrie par des milliers de victimes et d'hospitalisations.

Du côté de l'Esapgne, les projections sont loin d'être réjouissantes. Les statisticiens anticipent une récession de 9,4% en 2020 avant une hausse de 7% en 2021. L'économie espagnole a déjà bien souffert depuis le début de la crise même si elle n'a pas été touchée en premier. Le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez a autorisé de nouveau les Espagnols à sortir mais là encore, les conséquences pourraient être dramatiques sur le plan économique et social. L'Espagne connaissait déjà un chômage relativement élevé avant la crise du coronavirus.

Pour la France, la Commission européenne envisage une croissance en recul de 8,2% en 2020 avant un rebond de 7,4%. L'économie tricolore qui est confinée depuis la mi-mars a connu une paralysie très importante dans de nombreux secteurs. La perspective du déconfinement le 11 mai prochain devrait permettre à beaucoup d'entreprises de redémarrer. Il reste que les inquiétudes et les angoisses se multiplient chez les dirigeants et les salariés. Les règles pour faire respecter les mesures de sécurité sanitaire à l'intérieur des entreprises s'avèrent très complexes à mettre en oeuvre. En outre, les mesures de distanciation physique dans les transports en commun pourraient compliquer la vie et les horaires de milliers d'entreprises et de salariés dans les semaines  à venir.

Une récession moins brutale dans le Nord de l'Europe

Le tableau des prévisions macroéconomiques pour les pays de l'Europe du Nord sont relativement moins sombres. En Allemagne, l'ampleur de la récession devrait être moins brutale (-6,5% en 2020) que pour de nombreux pays méditerranéens. La première économie de la zone euro devrait rebondir à 5,9% l'année prochaine. L'Etat fédéral enregistre un bilan humain et sanitaire moins douloureux que dans d'autres Etats.

Malgré de meilleurs résultats, son industrie, très dépendante de la Chine et des échanges extérieurs, pourrait encore souffrir cette année. En effet, l'économie chinoise, même si elle a levé de nombreuses barrières, est loin d'avoir retrouvé son niveau d'avant crise et le commerce mondial, avec la fermeture de multiples ports de commerce et de frontières est en berne. L'économie des Pays-Bas devrait également moins reculer avec un PIB à 5,4% avant une hausse de 5,7% l'année prochaine. Le PIB autrichien devrait s'infléchir de 5,5% en 2020 avant d'accélérer à 5% en 2021.

Un risque encore accru de fracture

Ces différents résultats montrent qu'il existe un risque encore plus fort de fracture au sein de l'Europe, déjà bien fragilisée par la crise de 2008 et la crise des dettes souveraines au début des années 2010. Pour l'instant, les ministres des finances de la zone euro ont obtenu un certain nombre d'accords sur des mesures de soutien en faveur des entreprises et des ménages. En outre, la Banque centrale européenne a amplement assoupli sa politique monétaire pour permettre aux entreprises et aux ménages d'obtenir des conditions de financement favorables. Il reste que beaucoup d'incertitudes demeurent sur la solidité financière de la zone euro. Plusieurs Etats, notamment les Pays-Bas, depuis le début de la crise ont déjà exprimé leurs réticences à être solidaires avec les Etats du Sud sur le sujet de la dette par exemple. Si ces positions se durcissent lors des prochaines réunions, les dégâts de la crise pourraient être majeurs sur le Vieux continent, remettant en question la construction de l'Union européenne. Les prochaines semaines devraient être déterminantes pour bâtir un plan de relance à la hauteur des pertes entraînées par cette pandémie.

> Lire aussi : Plan de relance : un parcours semé d'embûches pour l'Europe

Grégoire Normand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 08/05/2020 à 11:27
Signaler
Il est à noter que la baisse de la production est une décision gouvernementale; c'est sans doute une première qu'une épidémie incite des gouvernements à stopper toute activité sauf services essentiels. J'espère que ce sera une dernière; après tout, l...

à écrit le 07/05/2020 à 14:58
Signaler
L'Union européenne est une récession en soi.

à écrit le 07/05/2020 à 12:33
Signaler
Récession qui sera de courte durée, après le bourrage de crane des mandarins et chaînes infos en continue , on va pouvoir passer à autre chose, et j'espère, cesser cette psychose collective qui commence à friser le ridicule. Exemple , les médecins...

à écrit le 07/05/2020 à 12:01
Signaler
Avec un traitement et la disparition du virus, l'économie va redémarrer très fortement et les habitudes de consommer , voitures, avions etc.... va reprendre. Les cassandres qui imaginent une ville verte , le télé travail , les cadres dans la chaumiè...

à écrit le 07/05/2020 à 9:44
Signaler
Les allemands vont pouvoir acheter du salarié encore moins chère et sur place, génial !

à écrit le 07/05/2020 à 9:20
Signaler
La croissance va baisser de 7%! C’est absolument insignifiant! Si nous avions eu une décroissance de 7% ou comme certains journalistes disent une croissance négative de 7%, alors la, on pourrait parler de catastrophe!

à écrit le 07/05/2020 à 8:50
Signaler
Je propose de regarder ce qui s'est fait dans l'histoire en pareille circonstances : les deux choix les plus efficaces sont le New Deal de Roosevelt ou la réindustrialisation allemande à partir de 1934. Certes, nous n'étions pas sous dictature libéra...

à écrit le 06/05/2020 à 22:26
Signaler
Vivement qu’on sorte de ce bazar qui nous coûte un pognon de dingue ! On aura sacrifié deux générations à cette connerie !!

à écrit le 06/05/2020 à 18:05
Signaler
Le confinement est une aberration. Une solution extrémiste qui a conduit au suicide de l'économie.

à écrit le 06/05/2020 à 14:47
Signaler
On s'est complètement trompé de stratégie, ce n'était pas les actifs et les jeunes qu'il fallait confiner, mais les seniors.

à écrit le 06/05/2020 à 13:34
Signaler
Si l EU chute de moins 7.7, la France sera alors à moins 10. Si l EU est incapable de faire front ensemble, alors l'idée même de union européenne sera clairement posée. Les européens n'oublieront pas cette fois l'incapacité de nos Merkel, Reutte, Con...

le 06/05/2020 à 16:22
Signaler
Ils ont au moins eu le mérite de protéger leur population en fermant les frontières. Ce que l'ultra liberal Jupiter se refuse encore à faire aujourd'hui, en plein déconfinement avec le retours des étrangers.

à écrit le 06/05/2020 à 13:28
Signaler
Le deconfinement est une urgence aussi vitale que la protection sanitaire des populations. Les risques qu'une récession économique d'ampleur dure va générer des problèmes qui se traduiront par une agitation sociale telle que l'épisode gilets jaunes ...

à écrit le 06/05/2020 à 11:35
Signaler
Merci : 1/Au gouvernement Chinois qui a menti sur les dates de 1er cas, leur dangerosité a trainé 2 mois avant de donner l' alerte (16/11-19/01) 2/aux décideurs politiques Frnçais qui ont supprimé 100 000 lits de l' hôpital entre 1995-2017 ( chiff...

le 06/05/2020 à 22:29
Signaler
Et qui n' a pas reconstitué les stocks et qui était seul à cogner les personnels de santé et à réduire à petit feu l' hôpital public qui réclamait des moyens ..? Macron, seulement lui..

le 06/05/2020 à 22:45
Signaler
L'ambassadeur de France à Pékin aurait alerté Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, le ministère des Affaires étrangères, en décembre 2019, qu'un dangereux virus avait été signalé à Wuhan. LePoint. Il a bougé quand Micron ?

le 07/05/2020 à 8:57
Signaler
Réponse à Lormitet : en monarchie de droit divin, le monarque sait tout, voit tout et décide de tout. La cour n'est là que pour plaire au roi et le distraire en échange de charges et de privilèges. Les seules différences avec les siècles précédents,...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.