Pour stabiliser son voisin le Bélarus, la Pologne demande à l'UE d'injecter 1 milliard d'euros de soutien

 |  | 423 mots
Lecture 2 min.
Manifestation monstre à Minsk, capitale du Bélarus, le 13 septembre, contre le trucage des dernières élections, la réélection frauduleuse du président Loukachenko, et les violences policières.
Manifestation monstre à Minsk, capitale du Bélarus, le 13 septembre, contre le trucage des dernières élections, la réélection frauduleuse du président Loukachenko, et les violences policières. (Crédits : Reuters)
Le contexte des manifestations sans précédent, suite à une élection présidentielle contestée, qui secouent le pays à ses frontières inquiète la Pologne dont la proposition de "nouveau plan Marshall" européen intervient quelques jours après la promesse (1,5 milliard de dollars) de Vladimir Poutine. À coup d'aide militaire et économique, le président de la Russie avance ses pions pour pouvoir "unifier" son pays au Belarus, dont il soutient le chef autoritaire, le très contesté Alexandre Loukachenko.

La Pologne a annoncé jeudi qu'elle demanderait à l'Union européenne de mettre en place un fonds de stabilisation pour le Bélarus d'une valeur d'au moins 1 milliard d'euros, dans le contexte des manifestations sans précédent qui secouent ce pays suite à une élection présidentielle contestée.

La proposition polonaise intervient quelques jours après celle du président russe Vladimir Poutine, le principal allié du chef de l'Etat bélarusse autoritaire Alexandre Loukachenko, lui promettant un prêt de 1,5 milliard de dollars.

Un "nouveau plan Marshall" européen", le FMI invité à participer

Présenté comme un "nouveau plan Marshall" européen "le fonds devrait être significatif... au moins un milliard d'euros à ce stade", a déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue lituanien à Vilnius.

Pour mémoire, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le plan Marshall a permis aux États-Unis d'injecter une aide financière considérable en Europe occidentale pour l'aider à se reconstruire.

"Nous voulons présenter ce plan au Conseil européen", les 24 et 25 septembre, a-t-il ajouté.

D'autres membres de l'UE: la République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie et la Lituanie, qui, comme le Bélarus, avaient vécu longtemps du même côté du rideau de fer, ont approuvé le plan, a souligné le chef du gouvernement polonais.

M. Morawiecki a évoqué l'idée que le Fonds monétaire international puisse participer aussi à ce fonds.

La principale figure de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, revendique la victoire lors du vote présidentiel du 9 août, accusant le gouvernement d'avoir truqué le scrutin en faveur du président Alexandre Loukachenko.

Depuis cette élection, l'ancienne république soviétique connaît des manifestations de masse appelant à la fin du règne de 26 ans du chef de l'Etat autoritaire.

Poutine oeuvre à unifier la Russie et le Bélarus

Ancien directeur d'une ferme collective, M. Loukachenko dirige le Bélarus d'une main de fer et parraine les violentes répressions à l'égard des manifestants.

La semaine dernière, Mme Tikhanovskaïa a averti que l'économie de son pays se trouvait au "bord d'un abîme", alors que des entreprises privées bélarusses, notamment celles de son secteur technologique dynamique, ont commencé à se chercher des opportunités pour délocaliser leurs activités dans des pays voisins.

Le principal allié d'Alexandre Loukachenko, Vladimir Poutine, tient à unifier la Russie et le Bélarus, et a accompagné ses propositions d'aide militaire et économique d'appels à une intégration plus étroite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2020 à 19:51 :
Bien sur , la Pologne pourrai donner , Apres tout ses le voisin...
Pour nous se n'est pas possible , nous n'avons plus les moyen Çar l'on acceuil des migrants ...
a écrit le 19/09/2020 à 11:56 :
Revoir le titre: non pas pour stabiliser etc mais"pour continuer à déstabiliser" etc.
La tentative de révolution de couleur a échoué.
Les péripéties actuelles sont des combats d'arrière garde qui n'ont pas grande influence sur le cours des évènements.
a écrit le 18/09/2020 à 17:01 :
Et quel serait l'apport de la Pologne ? Un appui moral !
a écrit le 18/09/2020 à 14:22 :
Les nationalistes polonais ne manquent pas d'air. L'Europe c'est quand il y a besoin d'argent.
A mon avis, le milliard serait détourné en partie par les polonais .
Ils n'ont qu'à demander à Trump en contrepartie des avions US
a écrit le 17/09/2020 à 20:27 :
La Pologne voudrait qu'on apporte 1 milliard à son voisin : on pourrait commencer par interdire l'acha de matériel militaire étranger y compris US, dès lors qu'il existe une fabrication européenne !!!
Le gouvernement polonais ne comprend que le "donnant-donnant' : exigeons des compensation !
a écrit le 17/09/2020 à 16:56 :
mais evidemment!
il faut donner 100 milliards au bielarusse qui n'est pas en europe et fera un doigt d'honneur encore plus gros une fois le cheque encaisse
c'est ecrit dans le titre, ils sont proches des russes, c'est poutine qui doit mettre la main a la poche ( vu que c'est lui qui de toute facon va recuperer le bebe)
bon, venant des polonais qui passent leur temps a cracher dans la soupe, c'est pas etonnant, cela dit
a écrit le 17/09/2020 à 16:27 :
C'est une très bonne initiative constructive de la part de la Pologne, qui ne veut certainement pas voir la Russie à ces frontières. La Bélarus a un grand potentiel de développement et avec la montée de la classe moyenne, ils vont gagner de plus en plus de liberté et de démocratie, mais il fait laisser le temps.
a écrit le 17/09/2020 à 16:19 :
Autant dire qu'ils en ont rien à faire des déclarations des dirigeants européens qui veulent moins de dictature dans ce pays, et ils ont bien raison il y a plus de chances qu'on leur octroi ce milliard de plus plutôt qu'on les sanctionne pour violation des droits de l'homme.

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :