Réfugiés : les Länder allemands dépenseront 17 milliards d'euros en 2016

 |   |  232  mots
Une grande partie des réfugiés attendus en Allemagne ces prochaines années risque de se retrouver au chômage et de n'entrer que très progressivement sur le marché du travail, selon la Banque centrale allemande.
Une grande partie des réfugiés attendus en Allemagne ces prochaines années risque de se retrouver au chômage et de n'entrer que très progressivement sur le marché du travail, selon la Banque centrale allemande. (Crédits : © Alexandros Avramidis / Reuter)
La somme, estimée par le quotidien allemand Die Welt, dépasse le budget du ministère fédéral de l'Education et de la Recherche. D'ici fin 2017, l'immigration nette pourrait atteindre jusqu'à 1,5 million de personnes en Allemagne.

Les Länder allemands se préparent à consacrer quelque 17 milliards d'euros l'année prochaine à l'accueil des migrants et réfugiés, écrit mardi 29 décembre le quotidien Die Welt. Le journal est parvenu à cette estimation en enquêtant auprès des ministères des Finances des exécutifs régionaux.

A titre de comparaison, cette somme est supérieure au budget du ministère fédéral de l'Education et de la Recherche (15,3 milliards d'euros en 2016).

Les coûts réels pourraient même être supérieurs, les exécutifs régionaux ayant calculé leurs estimations sur la base de l'arrivée de 800.00 réfugiés en 2015, dernière prévision communiquée cet automne par le gouvernement fédéral. Mais à la fin novembre, l'Allemagne avait déjà enregistré 965.000 demandeurs d'asile.

Une entrée difficile sur le marché du travail

D'ici fin 2017, l'immigration nette (les entrées corrigées des sorties) de demandeurs d'asile dans le pays pourrait atteindre jusqu'à 1,5 million de personnes, avec pour effet de faire grossir l'offre d'emploi totale de quelque "520.000 personnes", prévoit la Bundesbank dans son rapport économique mensuel de décembre .

Une grande partie des réfugiés attendus en Allemagne ces prochaines années risque de se retrouver au chômage et de n'entrer que très progressivement sur le marché du travail, a estimé lundi la Banque centrale allemande.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2015 à 19:03 :
La lecture de la dernière livraison du Bild und Zeitung indique le souci d'un commissaire européen allemand de voir éclater l'Europe en 2016.

Ils savent très bien que le reste de l'Europe n'acceptera pas des transferts de réfugiés forcés, surtout à l'est.

Au nord le blocage est actuel au Danemark et en Suède ainsi que en Norvège..

La punition financière invoquée par Thomas de Meziere laisse de glace le groupe Visherad ( Pologne, Tchèquie, Slovaquie et Hongrie).

La Pologne a déjà supprimé tout ses drapeaux européens des ses administrations.

2016 sera sans doute un tournant existentiel pour l'Europe surtout si Hollande accepte quelques dizaines de milliers de réfugiés de l'Allemagne .
--------

Sinon oui, vraiment, ces remarques sur l'orthographe des communications sont vraiment déplacées , écrire sans faute sur un iPad est un vrai défi, à cause du clavier hypersensible et du correcteur orthographique un peu autoritaire.
a écrit le 30/12/2015 à 17:18 :
Complètement cinglés
a écrit le 30/12/2015 à 6:54 :
CE QUE FAIS L ALLEMAGNE ET UN INVESTISEMENT POUR SON AVENIR? VUE QUE SA POPULATION ET VIELLISANTE ET QUE CETTE MAIN D OEUVRE SERAS BON MARCHE???
a écrit le 29/12/2015 à 18:46 :
Les Allemands sont à l'Europe ce que les Américains sont au reste du monde.A voir si ils restent populaire encore longtemps.
a écrit le 29/12/2015 à 13:44 :
Danke mama Merekel!
a écrit le 29/12/2015 à 11:15 :
Un commentaire qui m’énerve au plus haut point et ne sert pratiquement à rien , c'est le fait de critiquer l'orthographe , cela ne prouve en rien d'une intelligence supérieure de ne pas en faire c'est même plutôt l'inverse..
a écrit le 29/12/2015 à 10:59 :
On sait déjà que ce n'est pas tant la première génération qui pose des problèmes que les suivantes ...
Réponse de le 29/12/2015 à 14:17 :
Mais non voyons, il ne faut pas prendre le cas de la France pour une généralité. Mais ne vous inquiétez pas... Avec ce genre de discours il ne restera plus grand monde en France et la peut être vous pourriez vivre en toute tranquilité.
Réponse de le 29/12/2015 à 17:23 :
@3e generation: je pense en effet que les données sont totalement différentes. La France a accueilli n'importe qui sous prétexte qu'il s'agissait d'anciennes colonies. Les Allemands font le tri et même si l'intégration reste une gageure, je crois que les immigrés "nouveaux" auront plus à coeur de s'intégrer.
a écrit le 29/12/2015 à 9:17 :
Le principe de réalité qui revient en force avec les couts financiers énorme de l'intégration qui seront à la charge des ménages allemands. Qui nous bassine depuis 40 ans en assénant que l'immigration est une chance culturelle, économique et sociale, on voit les résultats et en plus l’extrême droite fait un retour remarqué dans tout les pays européens !
Réponse de le 29/12/2015 à 10:15 :
En tout cas, on ne peut pas parler d'un retour en force de l'orthographe dans ton commentaire. :)
Réponse de le 29/12/2015 à 15:25 :
Ici n'est mentionné que le coût pour les collecticités territoriales allemandes, qui ne tirent aucun bénéfice immédiat de ces arrivées. En revanche, il n'est pas précisé les bénéfices immédiats et à moyen terme pour l'économie allemande, gravement à court de ressources humaines. Se baser sur ces chiffres pour tirer une conclusion générale, c'est regarder par le mauvais côté de la lorgnette : À ce compte là, l'éducation n'est pas une chance, puisqu'elle coûte très cher à l'Etat et ne lui rapporte à première vue rien !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :