Royaume-Uni : Theresa May peut-elle perdre l'imperdable ?

Alors que la leader des conservateurs compte sur les élections anticipées pour amplifier sa majorité, pour la première fois de la campagne, un sondage réalisé par YouGov prédit une perte de sièges pour son parti à Westminster. En dépit de la remontée aussi inattendue que spectaculaire des travaillistes dans les intentions de vote, Theresa May a tout de même de quoi se rassurer (ou pas) avant le scrutin du 8 juin.
Sasha Mitchell

7 mn

Theresa May dans le quartier d'affaires de Canary Wharf, le 17 mai dernier.
Theresa May dans le quartier d'affaires de Canary Wharf, le 17 mai dernier. (Crédits : REUTERS/Stefan Wermuth)

Des sondages à sens unique, une opposition travailliste aux abois et une campagne ultra-courte de six semaines. Au moment de la convocation officielle des élections anticipées, mi-avril, tous les ingrédients semblaient réunis pour une victoire écrasante des Conservateurs, le 8 juin. En brandissant comme prétexte la nécessité d'une majorité renforcée pour négocier avec l'Union européenne l'exit du Royaume-Uni, Theresa May prenait même le soin de verrouiller le débat. De transformer le scrutin en un deuxième référendum: pour un leadership "fort et stable", son mantra répété depuis un mois, ou une coalition bancale Labour-Lib Dem-SNP, emmenée par un Jeremy Corbyn contesté par ses propres députés et sans réel programme pour le Brexit.

Seulement voilà. A sept jours du scrutin et après cinq semaines de campagne, la Première ministre se retrouve en difficulté. Forcée de revoir un point phare de sa réforme de la protection sociale seulement quatre jours après la présentation du programme des conservateurs, Theresa May a vu sa crédibilité s'effriter. Sa stature de femme d'Etat, principal argument auprès des électeurs, remise en question. "C'est le signe d'un leadership faible et instable, ironisait alors le coordinateur de la campagne travailliste Andrew Gwynne. Si les conservateurs ne sont pas capables d'être cohérents sur leur programme, comment vont-ils gérer le Brexit?" Exemple cruel des dégâts causés par cet épisode, les rires moqueurs du public au moment où Theresa May détaillait le financement de son programme sur Sky News et Channel 4, lundi 29 mai.

Lire aussi : Législatives britanniques : "Le programme des conservateurs débouchera sur des pertes d'emplois et de l'inflation"

Une campagne ratée

Et ses apparitions télévisées, ou plutôt son manque d'apparitions, n'ont pas arrangé l'image de la leader conservatrice. En annonçant dès le début de la campagne son intention de ne participer à aucun débat, Theresa May a pris le risque de paraître trop sûre d'elle. Voire même, de considérer l'élection comme déjà gagnée. Résultat, mercredi soir, les autres leaders de partis réunis par la BBC ont passé une bonne partie de la soirée à critiquer son absence. Alors que des journalistes l'interrogeaient sur les motifs de son refus, mercredi après-midi, May a balayé d'un revers de main toute peur d'affronter Jeremy Corbyn: "Je m'intéresse plutôt aux négociations sur le Brexit, pour que nous obtenions le meilleur deal possible", a-t-elle justifiée. Un signal contradictoire: comme si les élections, dont elle est pourtant à l'origine, l'empêchaient désormais de se concentrer sur le Brexit.

Dans les récents sondages, les limites de sa stratégie consistant à axer la campagne sur la sortie du pays de l'UE se font clairement sentir. La présentation d'un programme de justice social par les travaillistes, dont une bonne partie des mesures est soutenue par les Britanniques, a contribué à une réduction drastique de l'écart entre le Labour et les conservateurs. De 20 points au début du mois, l'avance des Tories est tombée à 3 points, selon le dernier sondage YouGov. Concrètement, les conservateurs sont crédités de 42% des intentions de vote, contre 39% pour les travaillistes, soit leur meilleur score depuis 2014. Pire pour la Première ministre, le même institut prévoit des pertes de sièges à la Chambre des communes pour son parti. Alors que les conservateurs comptent actuellement 330 sièges à Westminster (la majorité est à 326), 20 députés pourraient ne pas revenir, le 8 juin au soir, ce qui conduirait à un parlement minoritaire (Hung Parliament). En cas de très mauvaise performance, les Tories pourraient même tomber en-deçà de 280 sièges, alerte YouGov.

Lire aussi : Royaume-Uni : face au "hard Brexit" de May, le Labour s'ancre (très) à gauche

L'enjeu de la participation des jeunes et des seniors

En dépit de ses signaux quelque peu alarmants, tout n'est pas noir, pour la Première ministre. Cette dernière enquête de YouGov, tout d'abord, se base sur une méthodologie "circonscription-par-circonscription" jamais utilisée dans un sondage officiel auparavant. Si l'institut assure que la démarche a été testée avant le référendum sur le Brexit, et que les résultats officieux donnaient le Leave en tête, difficile d'en évaluer la crédibilité. La marge d'erreur reste d'ailleurs importante, puisque le même sondage estime que, dans la meilleure hypothèse, les conservateurs pourraient amplifier leur majorité de 15 sièges.

Ensuite, le résultat des travaillistes, et a fortiori de l'élection, dépendra en bonne partie de la participation des jeunes. Alors qu'ils plébiscitent Corbyn dans les intentions de vote (69%), les 18-24 ans sont habituellement la tranche d'âge qui vote le moins. A l'autre bout de la pyramide, une grande majorité des plus de 60 ans, et ce malgré l'épisode de la "taxe sur la démence", compte glisser un bulletin conservateur dans l'urne. Contrairement aux plus jeunes les retraités, eux, se déplacent généralement en masse. Il semblerait que les estimations de YouGov soient donc basées en partie sur le pari d'une forte participation des jeunes. D'autres sondages, réalisés par Kantar TNS notamment et dont la méthodologie plus traditionnelle prend en compte les habitudes de vote des élections précédentes, continuent en parallèle d'accorder une avance de 10 à 14 points aux conservateurs.

"Yougov donnait le Labour et les Tories au coude à coude en 2015", rappelle un journaliste sur Twitter. A l'époque, l'échantillon de l'institut comprenait trop de jeunes.

May reste la plus "premier ministrable"

Dans cette jungle d'enquêtes d'opinion contradictoires, d'autres facteurs peuvent également rassurer Theresa May. Parmi eux, le fait que les Britanniques continuent de la considérer comme la plus "premier ministrable" (43%) face à Jeremy Corbyn (30%). Même dans un régime parlementaire, cette donnée a son importance au Royaume-Uni, avant chaque élection générale. Enfin, 67% des personnes interrogées par YouGov s'attendent à une majorité conservatrice, contre 7% seulement pour les travaillistes.

En dépit d'une campagne médiocre de Theresa May et d'un resserrement des intentions de vote relevé avec des degrés d'amplitudes divers par tous les instituts de sondages, de nombreux indicateurs continuent donc de pointer vers une amplification, ou au minimum une confirmation de la majorité des Tories. Un échec, cependant, ne peut désormais plus être considéré comme inconcevable. Le dernier scrutin convoqué par un conservateur et qualifié comme "imperdable" était d'ailleurs un référendum. Celui du 23 juin 2016.

Sasha Mitchell

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 02/06/2017 à 10:46
Signaler
Ce qui devient probable c'est un parlement suspendu avec une majorité relative conservatrice. UKIP n'y aura probablement pas assez d'élus pour faire l'appoint, et on voit mal les Lib Dem soutenir un gouvernement conservateur engagé sur le Brexit. Il ...

à écrit le 02/06/2017 à 8:16
Signaler
Refuser un debat televise c'est refuser de s'expliquer dans la contradiction. Mme May est caracterisee par ses voltes face, consternantes et repetees. La jeunesse anglaise est loin de la description de cet article, et puis les sondages..... Il ne se...

à écrit le 01/06/2017 à 22:30
Signaler
Un affaiblissement de Theresa May est devenu possible. Cela rendrait encore davantage plausible un "No-Brexit". Petit article intéressant à lire à ce sujet et je conseille vivement: https://www.europa-blog.eu/brexit-deviendra-t-il-effectif/

le 02/06/2017 à 7:30
Signaler
@Isabelle 01/06/2017 22:30 Merci pour cet article intéressant qui semble indiquer que ce n'est pas très simple de modifier une part importante de la législation existante. Pour un éventuel "remain" (que je souhaite vivement) il faut que les 27 aut...

le 02/06/2017 à 15:36
Signaler
@Isabelle: rien n'est impossible. Toutefois, il faudra un autre référendum pour renverser le premier, car le Royaume-Uni n'est pas la France et le vote est important et respecté. D'autre part, si Corbyn prend le pouvoir, je garantis un joyeux bordel....

le 04/06/2017 à 11:18
Signaler
@Patrickb : les référendums n'ayant au Royaume-Uni pas valeur contraignante, il n'y a pas besoin de référendum pour annuler le Brexit; un vote parlementaire suffit (tout comme il a fallu un vote parlementaire pour l'engager, le référendum ne le perme...

à écrit le 01/06/2017 à 22:25
Signaler
Peu importe le parti qui sera vainqueur, il se fera bouffer par Merkel et Macron (qui a l'air tout mignon, comme ça, mais qui a tellement besoin de Merkel qu'il boucherait le tunnel sous la manche si elle lui demandait). Comme Tsipras en Grèce, q...

à écrit le 01/06/2017 à 16:47
Signaler
Ce serait marrant que Theresa May perde les élections et que nos amis Britanniques se paient un Podemos ou un Tsipras... Cordialement

à écrit le 01/06/2017 à 16:31
Signaler
"Contrairement aux plus jeunes les retraités, eux, se déplacent généralement en masse. " Le mal de notre siècle et de notre union européenne qui fait que ce sont les vieux déconnectés du monde du travail qui décident actuellement de l'avenir des ...

le 01/06/2017 à 17:38
Signaler
En fait les jeunes ne se déplacent plus pour aller voter , du moins certains d'entre eux complétement déconnectés de la vraie vie , les retraités ont plus de temps pour se concentrer sur le factuel , ils observent , analysent , réfléchissent et agiss...

le 01/06/2017 à 18:40
Signaler
limiter le droit de vote ou bout de 5 ou maximum 10 ans de vie déconnectée de la réalité du travail ... On va retirer du droit de vote un certain quota ...10 millions de personnes en moins . Au niveau économique ça change rien mais si ça vous fait ...

le 01/06/2017 à 18:44
Signaler
Commentaire partisan donc avec peu d'intérêt mais bon je sais faire avec même très peu. Les jeunes ne se sentent pas représentés par les élections et plus globalement par un parti politique, je ne suis pas jeune et je suis comme eux j'ai toujours...

le 02/06/2017 à 8:54
Signaler
@ le paysan: Je suis contre les élections, ce commentaire est volontairement outrancier et provocateur, surtout dans un pays qui compte 15 millions de retraités, afin de mettre cette hérésie en perspective et de faire comprendre à ceux-ci qu'ils ...

à écrit le 01/06/2017 à 16:19
Signaler
Encore des européistes qui parlent de leur souhait pour ridiculiser ce qui va être leur défaite!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.