TTIP : "Il faut qu'il y ait un vrai débat dans la société sur ce traité" (Valls)

 |   |  243  mots
Quand il y a ce sentiment-là (d'opacité, ndlr), il nourrit tous les fantasmes, a déclaré le Premier ministre
"Quand il y a ce sentiment-là (d'opacité, ndlr), il nourrit tous les fantasmes", a déclaré le Premier ministre (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Interrogé sur le partenariat transatlantique en négociations entre Bruxelles et Washington, le Premier ministre s'est dit inquiet de voir l'opinion croire à une "négociation cachée" qui "nourrit tous les fantasmes".

Manuel Valls a déclaré vouloir un "vrai débat" dans la société concernant le traité "Tafta" (Trans-Atlantic Free Trade Agreement) aussi appelé "TTIP" lors d'un débat mardi 3 novembre avec des étudiants de Sciences Po à Paris.

Cet accord en négociations entre Bruxelles et Washington vise à éliminer les barrières commerciales entre les deux continents et à réduire les obstacles aux échanges de biens et de services entre l'UE et les Etats-Unis.

"Il faut qu'il y ait un vrai débat dans la société sur ce traité", a déclaré le chef du gouvernement. Le traité est dans le viseur notamment de l'extrême-gauche et de l'extrême-droite qui s'inquiètent des effets de l'ouverture des marchés et d'une perte de souveraineté.

Une impression d'opacité

Le chef du gouvernement a jugé "insupportable" l'impression d'une "négociation cachée" au sujet de ce traité commercial, dont les négociations sont régulièrement critiquées par ses opposants pour leur manque de transparence.

"Quand il y a ce sentiment-là, il nourrit tous les fantasmes", a déclaré le Premier ministre, qui a également réclamé "la plus grande transparence, les conditions pour une véritable réciprocité entre l'Europe et les Etats-Unis, et la protection de nos valeurs et de nos biens".

"C'est un débat loin d'être terminé", a-t-il ajouté. "Nous voulons favoriser un débat public sur cette question-là", a encore affirmé le Premier ministre.

 (avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2015 à 8:39 :
En fait, cela ne pose aucun problème.

Qui sera le dernier responsable de cet accord ?

En tout premier lieu,souvenons-nous d'un argument de défense présenté par les banques US en 2007 : c'est la faute des autorités de contrôle qui ne nous ont pas suffisamment contrôlées. (Sous entendu : elles n'avaient qu'à résister à nos offres de corruption). Véridique !

Alors qui sera responsable du TTIP ?

Les négociateurs, la Commission et les lobbies ? Non.Ils sont bien trop malins. Ils diront (à juste titre) qu'il ne fallait pas l'accepter s'il n'était pas acceptable.

Les Chefs d'Etat qui vont l'approuver en premier ? Non. Il se défendront en disant que les négociateurs le leur avaient présenté ou un jour très optimiste. Ils ajouteront que de toute façon, et qu'il savaient qu'une autre instance pouvait le refuser s'il apparaissait, à l'examen approfondi, qu'il contenait de graves inconvénients.

Les Chefs d'Etats qui, sous la pression de la Commission vont décider son application immédiate , sans attendre le vote du Parlement Européen de façon à le rendre quasiment irréversible ? Non. Ils répondront que, juridiquement, il n'était pas irréversible.

Alors qui ? Les députés européens. Ils vont être soumis à des pressions folles, mais, in fine, ils doivent savoir que ce sont eux qui approuveront en dernier ce texte dont tous les chapitres sont contraignants, contrôlables, et sanctionnables, SAUF, le chapitre concernant le sociétal et l'environnement qui, lui, reste facultatif. Ce sont donc eux qui vont consacrer encore un peu plus la suprématie du droit du commerce sur tous les autres droits dans la mondialisation, comme le dénonçait Sarkozy à Davos en Janvier 2010.

Les Etats Unis refusent de signer la norme de l'Organisation Internationale du travail interdisant le travail forcé. La Commission s'en fiche complètement .

La solution : que les chefs d'Etats exigent l'application de la résolution du Parlement Européen du 8 juillet 2015, qui répond à tous ces problèmes, et que la Commission piétine allègrement. On trouve cette résolution sur le site du Parlement Européen ou encore sur le site du Comité Pauvreté et Politique. Rappelons que, contrairement à la Commission, chaque Parlementaire européen est porteur de la souveraineté des 500 millions de citoyens européens.
a écrit le 04/11/2015 à 17:08 :
Cela semble évident et ce serait scandaleux que les citoyens n'aient pas leur mot à dire. ce qui serait également démocratique c'est que les citoyens puissent voter encore faut-il que ce vote ne soit pas confisqué par les élus comme en 2005! par contre il ne faut pas oublier que dans sa grande pratique démocratique l'Europe n'aime pas que le peuple s'exprime sur ces sujets qui doivent être réservés aux seules élites capables de comprendre les enjeux!
a écrit le 04/11/2015 à 13:51 :
https://mrmondialisation.org/tafta-88-des-negociations-avec-le-lobby-industriel/
a écrit le 04/11/2015 à 13:10 :
Le secret permet tout les lobbies, les dessous de tables, les manipulations et chantages, les irresponsabilités et, les conseilleurs appeler "négociateurs" ne seront pas les signataires, et nos enfants seront les payeurs!
a écrit le 04/11/2015 à 12:32 :
L'impression d'une "négociation cachée" ? Il ne s'agit pas d'une impression. Nous ne savons pas clairement quels sont les secteurs qui sont négociés. L'une des premières étapes d'une telle négotiation consiste à définir en interne les sujets sur lesquels nous sommes prêts à négocier et ceux qui ne sont absolument pas négociables. Les négociateurs européens n'ont pas communiqués là-dessus; je suppose qu'ils voualeint s'en servir comme argument lors des négos avec les USA. Résultats, ça les a desservis puisque le peuple européen ne leur fait plus confiance. En même tos, peut-être qu'ils n'écoutent que les lobbys et pas le peuple....Mais gare...
a écrit le 04/11/2015 à 11:57 :
Valls a peur. le gouvernement français a donné tout pouvoir à la commission européenne pour négocier ce traité avec les USA , sans obligation de communication sur les engagements acceptés par l'union européenne , dont beaucoup pourraient être défavorables à l'économie française peu armée ( en particulier dans le secteur agricole et celui des PME industrielles ) pour soutenir une compétition internationale sans protections douanières , normatives , et juridiques .
Valls piégé par l'engagement de Hollande sait qu'il sera tenu pour coresponsable des effets négatifs du traité pour notre pays , rendant très vulnérable son avenir politique .
en fait , son intervention est un appel au secours auprès des citoyens .
a écrit le 04/11/2015 à 11:44 :
ce personnage tente de nous endormir
qu'il commence par publier les textes dit secrets
et a la suite nous verons pour avoir une idee
ceci est comme le régions un acte illégale en démocratie
un changement majeur sans la consultations des citoyens
a écrit le 04/11/2015 à 11:31 :
"négociation cachée" oui, pour soi disant le "secret" du pas encore décidé, ... Mais j'ai lu que ça venait d'une personne, un "commissaire", sais plus qui voulait que ce soit comme ça mais son successeur serait pour plus de communication, sinon c'est anxiogène.
"Un vrai débat" sur quoi ? Le principe général (mais les négociations sont en cours donc c'est parler pour parler), les accords qui se feront peut-être (parait que ça coince pas mal) une fois arrivés à un compromis ? Les Gvt doivent ensuite signer donc leur décision devra être éclairée (Angela est pour à 100%, FH aussi je crois, sans doute dans le "principe", raboter les barrières et obstacles, dont le seuil de pollution VW ? :-) ).
J'avais lu quelque part que si les accords, ceux qui aboutiront, sont trop défavorables aux USA, les sénateurs US, sais pas quoi, ne valideront pas le TIPP (échanges déséquilibrés, c'est mieux pour eux).
a écrit le 04/11/2015 à 11:05 :
Il ne veut pas être viré comme un malpropre par la caste au pouvoir européen, il a intérêt a juste faire semblant pour calmer la colère populaire!
a écrit le 04/11/2015 à 11:04 :
Il semblerait qu'on soit au courant de ces négociations grace à une fuite 😊
a écrit le 04/11/2015 à 10:23 :
Un débat ET un vote populaire. Pas une magouille Bruxelloise. Et pour moi, c'est NON, pas de TAFTA .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :