L'affaire Volkswagen va-t-elle faire capoter le TTIP ?

 |   |  687  mots
Le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, dit TTIP, fait l'objet de discussions entre les Etats-Unis et l'UE depuis 2013, et fait l'objet d'une vive opposition de l'opinion publique dans certains pays.
Le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, dit TTIP, fait l'objet de discussions entre les Etats-Unis et l'UE depuis 2013, et fait l'objet d'une vive opposition de l'opinion publique dans certains pays. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
La commissaire européenne au Commerce Cecilia Malström craint que le scandale des voitures allemandes truquées ne complique les négociations pour la signature d'un partenariat transatlantique entre Bruxelles et Washington.

L'affaire Volkswagen va-t-elle peser sur le potentiel accord de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis? Bruxelles le craint, alors que le 11e cycle de négociations est en passe de démarrer.

Dans un entretien publié ce lundi 5 octobre dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, s'inquiète ainsi:

"Ce scandale touche à beaucoup de domaines et est très fâcheux".

"J'ai passé beaucoup de temps à expliquer aux Américains qu'en Europe nous avions les normes environnementales les plus strictes", raconte-t-elle, "et maintenant il apparaît que nous ne sommes pas parfaits".

Lire: Affaire Volkswagen : "Le manque de contrôles est criant"

Des réticences de certains parlementaires et de l'opinion publique

De quoi réjouir les "anti-TTIP", qui n'ont de cesse de rappeler le danger d'un nivellement des normes vers le bas, selon eux, à grands coups de communication et phrases choc, mettant en garde contre la probable arrivée de bœuf américain aux hormones, de maïs transgénique et de poulets au chlore sur le marché européen. Le tout, en dénonçant des "tentatives d'enfumage" de la part de la classe politique.

Notamment, vis-à-vis des chiffres avancés par la Commission européenne, tendant à démontrer mathématiquement une amélioration matérielle pour tous les ménages de l'Union européenne. Ce que dénonçait d'ailleurs Nicole Bricq à l'époque où elle était en charge du dossier, en tant que Ministre du Commerce extérieur. Et ce que déplore aujourd'hui l'eurodéputé Franck Proust (PPE). "Les prévisions de la Commission européenne n'ont jamais été exactes", argue-t-il. "Alors à quoi bon mettre en avant de tels chiffres? ", s'interroge-t-il.

Surtout, les plus fortes réticences portent notamment sur les mécanismes de protection réciproque des investissements privés. Ce pourquoi Bruxelles a récemment émis une nouvelle proposition. A savoir, la création d'une cour spéciale pour régler les litiges. Mais Cecilia Malmström a déclaré au Süddeutsche Zeitung ne pas penser que les Américains puissent l'accepter "à 100%".

Quoi qu'il en soit, l'affaire Volkswagen tend plutôt à démontrer que l'Union européenne n'a pas les normes les plus strictes par rapport aux Etats-Unis dans tous les domaines...

Fixer les standards internationaux

Pour rappel, le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, dit TTIP ou Tafta en français, fait l'objet de discussions entre les Etats-Unis et l'UE depuis 2013. Mais jusqu'à présent, les pourparlers - parfois houleux- ont "seulement" permis de mettre les parties d'accord sur les bases de travail et les domaines qui entreront dans le cadre des négociations, qui du reste n'avaient pas encore réellement commencé, souligne le parlementaire européen Franck Proust. Rappelons à cet égard le point d'honneur qu'avait mis la France à défendre son "exception culturelle" et à l'exclure du mandat des négociations donné à la Commission européenne par les 28 Etats-membres. Maintenant, "nous allons entrer dans le vif du sujet", assure ainsi l'eurodéputé (PPE) Franck Proust.

Et si cet accord voit le jour, il serait le plus vaste au monde - les deux économies pèsent à elles seules 50 % de la richesse mondiale et près d'un tiers du commerce mondial. Et permettrait aux Etats-Unis et à l'Union européenne de fixer les règles du jeux du commerce international. Leurs standards s'imposeraient aux autres.

Bruxelles plus pressée que Washington ?

Bruxelles et Washington aimeraient qu'il aboutisse avant la fin du mandat du président Barack Obama l'an prochain, mais rien n'est moins sûr, vu le nombre d'obstacles rencontrés jusqu'à présent.

Lire: TTIP : La France rappelle ses lignes rouges aux Etats-Unis

D'autant que les Etats-Unis semblent pour l'heure davantage préoccupés par le partenariat transpacifique (TPP) - un accord a été annoncé ce lundi 5 octobre - qui doit encore être ratifié par les pays nationaux des pays concernés. Reste que ce qui figure dans ce contrat risque d'inspirer Washington pour le TTIP...

Lire aussi l'article de notre partenaire EurActiv: TTIP : les constructeurs automobiles européens devraient rafler la part du lion

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2015 à 16:28 :
Je comprends que ni les Americains ni les Européens ne sont entousiastes pour signer cet accord. Seuls les technocrates de Bruxelles sont excités !! Il faut laisser tomber et passer à autre chose !!
a écrit le 06/10/2015 à 23:20 :
Merci VW...si ça nous permet de ne pas signer le TAFTA.
"J'ai passé beaucoup de temps pour expliquer aux Américains qu'en Europe nous avions les normes environnementales les plus strictes", raconte-t-elle, "et maintenant il apparaît que nous ne sommes pas parfaits... Etonnant, non?
Cette dame a surtout beaucoup perdu de temps, mais ce n'est pas grave, c'est "nous qui paye".
a écrit le 06/10/2015 à 15:02 :
Transport & Environnement propage des informations fausses que vous relayez allégrement. La norme Euro6b est toujours basée sur le cycle d'essai en laboratoire NEDC qui a bientôt 30 ans. Les constructeurs respectent tous ce cycle, à l'exception semble t-il de VW qui a triché. T&E se plaint que la norme n'est pas respectée par la plupart des constructeurs en condition de conduite réelle. Mais la norme n'est pas définie pour des conditions de conduite sur route ! Comment peut-on ne pas respecter une norme qui n'existe pas ? Ceci dit, il est vrai qu'il faut un cycle d'essai plus représentatif de la conduite réelle. C'est ce qui est prévu par la future norme Euro6C, avec l'arrivée imminente des cycles RDE sur route, et WLTP en laboratoire...
a écrit le 05/10/2015 à 19:15 :
Je ne suis pas forcément contre mais l'Europe a donné mandat à des technocrates dont on ne connaît nullement les compétences pour un dossier aussi important. Il est clair que les politiques doivent en être exclus car peu compétent en matière économique, technique, agricole, services.... Autre point inquiétant les US parlent pour un pays fédéré uni nous nous parlons pour des entités nationales dont chacune à un "morceau de gras à défendre" mais pas forcément pour le bien commun mais pour quelques lobbies, type notre affaire culturelle même si elle est importante, dans ce genre de discutions elle n'est pas primordiale. Cette affaire n'est pas dans le bon timing nous devons d'abord fédérer l'Union sur tous les plans puis après négocier avec des partenaires potentiels. Les US ont impérativement besoin de ce genre de projet car la Chine arrive à grands pas elle essaie également de mettre en place ce type de partenariat. L'Europe est un pion pour les deux mastodontes, nous sommes pas mentalement en compétition, nous sommes dans une guerre économique nous n'avons pas encore assimilé cela.
a écrit le 05/10/2015 à 19:05 :
Quelle bonne nouvelle, les négociations sur le TAFTA ou le TIPP seraient rompues...
J'en suis bien heureux ! les OGM très peu pour moi
Mais peut être que les multinationales qui ne voient qu'a court terme se ressaisiront et passeront l'éponge sur les turpitudes de VW dommage !
a écrit le 05/10/2015 à 15:45 :
En somme n'importe qui fait n'importe quoi chez VW.
Cette histoire remonte à 2008 et personne n'avait remarqué la chose. On nous rabâche la "qualité allemande" mais évidemment il n'y a pas de "contrôle de qualité" indépendant chez VW qui aurait pu sonner l'alarme.
Ou plutôt chez VW on prend le reste du monde pour des idiots. Si un professeur américain et ses élèves ne s'étaient pas penchés sur le problème les véhicules VW continueraient à polluer l'atmosphère en toute honnêteté, qualité allemande obligeant. Comme quoi la discipline est toujours une qualité allemande, ou serait ce l'influence des immigrés siciliens et leur loi de l'omerta ?
On endort le client en lui vantant le Made in Germany, confiant le client achète. Autrefois cela s'appelait le lavage mental ou bourrage de cranes et l'on sait à quels extrêmes cette technique peur conduire.
Ces braves et soucieux allemands arrêtent leurs centrales nucléaires au titre de la sécurité mondiale, mais en échange nous empoisonnent discrètement avec du CO2.
a écrit le 05/10/2015 à 15:03 :
Il se pourrait que le TAFTA fasse exploser ce qui reste de l'Europe.
A lire les commentaires de nombreux lecteurs ne sont pas pour la signature d'un tel traité, combine sont-ils dans toute l(Europe ?
Je pense que les politiques devraient lire les commentaires des lecteurs dans la presse, ils sont plus instructifs que le galimatia que nous sert les pseudos spécialistes qui se répandent un peu partout dans les médias.
Réponse de le 05/10/2015 à 18:57 :
Stop TAFTA vient de réunir plus de 3 millions de signatures, c'était le seuil qui devait déclencher des interrogations bruxelloises, attendons la suite... Pour VW merci aux américains, nos poumons ont pris comme les leurs, VW doit passer à la caisse, partout...
a écrit le 05/10/2015 à 14:06 :
S'il vous plait, Messieurs les Américains, acceptez nos excuses pour Volkswagen et ne nous punissez pas en nous refusant le TTIP..........nous nous rendons sans conditions!!
a écrit le 05/10/2015 à 13:55 :
De toute manière la TIPP est un scandale qui ne profitera qu'aux multinationales contre l'intérêt des consommateurs!
a écrit le 05/10/2015 à 12:58 :
S'il avait s'agit d'une entreprise française ou italienne, la Commission européenne aurait elle réagit? Sans doute non. Mais comme il s'agit d'un groupe allemand Bruxelles monte à la rescousse.
Réponse de le 05/10/2015 à 14:04 :
La DG Concurrence de la Commission est le repère des Allemands, ils sont en force dans cette direction. Ceci explique cela. Et les pressions vont continuer sur les médias, sur les autres industries, sur les gouvernements pour atténuer le scandale. La machine de propagande est en marche...
a écrit le 05/10/2015 à 11:44 :
@ Mauricius Je n'aime pas contrarier, c'est dans ma nature profonde, mais là Maurice vous poussez le bouchon, je ne me prononcerai pas sur les autres allemandes s'agissant d'un sujet VW qui a par ailleurs avoué sa tricherie mais avouez que ça n'est pas arrivé par hasard chez cette marque... L' Adac qui avait triché en élisant grâce à des votes truqués la Golf numéro 1 des compactes et pendant 12 ans avait déjà largement brouillé l'image et constitué un précédent malsain autour du groupe.. Voulez-vous nous enfumer encore davantage..?
a écrit le 05/10/2015 à 11:02 :
Qui parmi les importateurs peut certifier que ses produits sont conformes à Reach? Pourquoi les prothèses implantées fabriquées en France appliquent des normes élevées et très souvent absurdes et qu'aucun contrôle n'est appliqué sur les importations chinoises? Tout ce maelström, négocié entre affairistes incompétents basés à Bruxelles n'aboutit qu'à des fermetures de marchés pour les entrepreneurs français .Je ne crois pas à Bruxelles et croirait encore moins en ce type de traités dans lequel, comme par hasard, les négociations sont cachées au publique. On joue nos emplois et nos situations professionnelles dans des cabinets qui se moquent royalement du bien commun et fonctionnent au cachet. CF les accords précédents de l'OMC, les accords multi-fibres etc... Cela devait nous apporter la prospérité. Ça l'a apporté à quelques uns et mis des millions d'Européens au chômage. Non, ce n'est pas une bonne voie pour le développement économique. Quand on demande des barrières douanières, on nous répond que c'est impossible et que des mesures de rétorsions nous attendent. J'aimerai bien savoir ce que le citoyen français en a à faire. Le patrons allemand qui exporte, oui, mais le citoyen français n'y aurait que des avantages en ayant du travail. Les personnes politiques au Brésil, par exemple, n'hésitent pas à user de barrières douanières. Mais nous, non, on ne peux pas. Ce cirque doit cesser.
a écrit le 05/10/2015 à 10:53 :
De toute façon, on ne veux pas entendre parler de ce traiter. Son objet n'existe pas. Des normes communes ne nous serviraient strictement à rien. Les normes UE sont déjà la plus grande arnaque connue. Elles n'ont aboutis qu'à un entrelacs de normes entre régulations nationales et européennes. Les producteurs français sont souvent tenus de respecter des règles nationales plus strictes que celles de l'UE. Les normes UE s'appliquent aux fabricants européens mais pas aux importations. Il est hors de question de poursuivre sur ces voies bureaucratiques qui n'ont pour but que de préserver de grands conglomérats importateurs et des financiers et de pénaliser l'initiative individuelle. C'est suicidaire pour les forces vives de la nation.
a écrit le 05/10/2015 à 10:52 :
Tout ce qui peut faire capoter le TTIP, avec lequel l'Europe sera encore plus vassalisée par les USA, est une très bonne nouvelle.
Réponse de le 05/10/2015 à 13:57 :
Bien dit!!!!
a écrit le 05/10/2015 à 10:46 :
Si mon commentaire ne sera pas censuré, j'aimerais juste rappeler que cette affaire VW est éminemment politique, les autres constructeurs le savent et c'est incompréhensible (sous un certain point de vue) l'acharnement des médias français sur ce sujet. D'échos auprès des fonctionnaires de Renault et PSA le confirment, il s'agit d'une sanction à VW deux semaines après que celle-ci a ouvert une nouvelle usine en Russie.

Le jour où un constructeur français aura l'idée d'augmenter ses usines en Russie, il sera la cible d'une même campagne de la part des États-Unis, c'est certain. Les sanctions américaines ciblent toutes les entreprises des pays qui "osent" encore de faire ou élargir ses liens avec la Russie et ce qu'on apprend dans les médias n'est que la pointe d'un iceberg. Les entreprises françaises y sont concernées elles aussi. C'est du fait de ce genre de politique plutôt "gangsterière" de la part des EUA qu'il s'amorce déjà des profondes réticences au sein des pays européens vis à vis du TTIP, l'accord transatlantique entre l'Europe et les Etats-Unis. Quelques éditoriaux dans la presse allemande et autrichienne nous laisse supposer qu'il existe un mécontentement grandissant entre les grands patrons et très probablement ils feront pression sur nos dirigeants dans les semaines à venir.

Bref, il ne faut donc pas s'acharner sur VW, les constructeurs français ne sont pas à l'abri d'une telle mesure de rétorsion éminemment politique de la part des EUA car cette "pratique frauduleuse" est une praxis parmi les constructeurs du monde entier. Insister dans ce dénigrement abusif d'une marque européenne c'est faire le jeu des ennemis de l'Europe et cela relève plutôt de la mauvaise foi journalistique.

Merci pour la tribune, bonne semaine à tous.
Réponse de le 05/10/2015 à 11:31 :
Insister dans ce "dans ce dénigrement abusif" alors que la marque reconnait tout à fait explicitement la tricherie relève d'une tentative de déminage assez désespérée..VW l' arrogante boutique devrait faire profil bas dans cette affaire , sinon repentance quotidienne.. Agissez-vous sur commande..?
Réponse de le 05/10/2015 à 13:34 :
quelque part Mauritius a raison, je me demande si c'était le même cas de figure avec une marque française si il y aurait cet acharnement de nos journaux comme pour VW….rien de moins s'ur.
Réponse de le 05/10/2015 à 14:02 :
Quand l'Allemagne va bien, c'est chacun pour sa gueule et, quand y a un problème, on en appelle à l'Europe. Bravo ! VW est un scandale qui éclabousse les industries allemandes à grande échelle. A l'Allemagne d'en assumer seule les conséquences.
Réponse de le 05/10/2015 à 14:08 :
Nous sommes nombreux à aller dans votre sens
Réponse de le 05/10/2015 à 15:37 :
J'ai beaucoup ri en vous lisant, un peu désespérée la tentative, non..?? Crédit suisse donne ce matin une fourchette haute des sommes à rembourser à 78 milliards, somme que VW après nous avoir roulé dans ..le goudron ne possède pas, qu'en pensez-vous..??
Réponse de le 07/10/2015 à 16:45 :
Avez-vous entendu parlé de la guerre économique ??
L' Allemagne est-elle un exemple de solidarité européenne ?? comme dit Intox, l'Allemagne c'est "tout pour ma gueule". En conclusion, on ne va pas se priver !!!
Réponse de le 07/10/2015 à 18:11 :
Cela fait des années, pour ne pas dire des décennies, que l'Allemagne fait cavalier seul et essaie de tirer la couverture à elle en Europe alors qu'elle a bien profité de la solidarité Européenne lors de sa réunification et maintenant elle nous demande de la soutenir...
Au fait les Allemands nous ont soutenus lorsque la société générale a été condamnée à une amende exorbitante aux USA en vertu de lois au champs d'action extra-territorial?
a écrit le 05/10/2015 à 10:24 :
Rappelons que des normes plus strictes ne servent à rien si leur application n'est pas contrôlée. Ce scandale ne change rien, si ce n'est à enrager les Allemands. Les Américains tablent sur le long terme et tapent sur les doigts pour faire pression (amende par ci par là, rachat d'entreprise). C'est tout à fait contre-productif, mais cela permet de faire payer des multinationales. Moi, je suis pour ! Continuons à faire payer les grandes entreprises et favorisons un entrepreneuriat plus social et environnemental.
a écrit le 05/10/2015 à 10:15 :
Tiens, ça sert les USA ? Bizarre, comme ça n'est pas bizarre…
a écrit le 05/10/2015 à 9:35 :
Il y a qque temps j'ai lu dans la presse qu'une fois le TTIP sera signé, il y a aura un domaine ou les européens seront en position de force face aux USA, Il s'agit de l'industrie automobile.... Et comme par hazard les USA nous sortent ce scandale en ce moment... alors que ca fait surement des années que ca dure. Ca c'est typement américains, decouvrir des failles / fautes à ses concurents et les sortir plus tard lors des négociations en faisant pression pour sortir gagnant...
Les USA ne nous laisserons même pas un domaine ou nous serons gagnant... Il veulent tout rafler sans nous laisser une miette...
Et que va dire l'europe ??? rien !! comme pour ces banques...
a écrit le 05/10/2015 à 8:56 :
Si c'est un effet collatéral on pourra dire merci à VW!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :