Variole du singe : premiers morts en Europe

Deux décès liés à l'épidémie de variole du singe ont été confirmés vendredi et samedi en Espagne, a annoncé le ministère espagnol de la Santé, ce qui en fait les deux premiers décès en Europe liés à la maladie. En France, les tests de détection du virus de la variole du singe seront remboursés à 100% par l'Assurance maladie, indique samedi un arrêté au Journal officiel.
(Crédits : SUSANA VERA)

Article mis à jour samedi 30 juillet à 17h55

Alors que l'Espagne a annoncé samedi un deuxième décès lié à la variole du singe dans le pays, ce qui constituerait les premiers décès en Europe et le troisième en dehors d'Afrique, la mobilisation se poursuit. En France, les tests de détection du virus de la variole du singe seront remboursés à 100% par l'Assurance maladie, a indiqué samedi un arrêté au Journal officiel, conformément aux recommandations de la Haute autorité de santé.

 "Le développement de l'épidémie de variole du singe implique de pouvoir confirmer les cas d'infection en l'absence de tableau clinique suffisamment explicite" et les tests d'amplification des acides nucléiques (TAAN) (technique qui inclut les tests PCR) "permettent de confirmer les infections", souligne cet arrêté. "Il convient, dès lors, que ces tests de dépistage soient pris en charge par l'Assurance maladie", poursuit le texte.

La Haute autorité de santé avait rappelé que le diagnostic repose d'abord sur l'examen et l'interrogatoire du patient, précisant que "la détection par test TAAN ne doit être effectuée qu'en cas de doute persistant après examen clinique" pour "confirmer ou non" l'infection.

"Le recours à ce type de test se limite ainsi aux 'cas suspects et 'cas possibles', tels que définis par Santé Publique France et n'est pas nécessaire en l'absence de symptômes", avait précisé l'autorité sanitaire.

Face à la flambée de la variole du singe, l'OMS a clairement conseillé mercredi au groupe le plus touché par la maladie - les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes - de réduire le nombre de partenaires sexuels.

Plus de 18.000 cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis le début mai en dehors des zones endémiques en Afrique. La maladie a été signalée dans 78 pays jusque-là et 70% des cas sont concentrés en Europe et 25% dans les Amériques, a précisé l'OMS. Mercredi, avant les trois décès constatés au Brésil et en Espagne, cinq personnes étaient décédées à la suite de cette maladie -toutes en Afrique- et environ 10% des cas nécessitent une admission à l'hôpital pour tenter d'atténuer la douleur que connaissent les patients. Une encéphalite associée à l'infection a été la cause du premier décès survenu dans le nord-est de la région de Valence, selon les médias locaux.

Vaccination

La variole du singe n'est pas en l'état actuel des connaissances considérée comme une maladie sexuellement transmissible et tout le monde peut la contracter. Le contact peau à peau direct mais aussi les draps ou vêtements infectés sont des vecteurs de transmission de la maladie. L'OMS insiste aussi beaucoup sur la nécessité d'éviter toute stigmatisation d'une communauté précise, qui pourrait amener ses membres à cacher la maladie, ne pas se faire soigner et continuer à la répandre.

En France, 118 centres de vaccination sont ouverts dans le pays et "permettent de vacciner sans problème avec un nombre de doses largement suffisant", avait précisé mercredi le ministre de la Santé, François Braun, en annonçant l'ouverture de plus de rendez-vous "dans les jours qui viennent".

"On a déstocké 42.000 doses, 32.000 sont déjà disponibles, pour 7.000 personnes vaccinées", a-t-il dit.

François Braun a précisé que 250.000 personnes étaient identifiées comme "à risque".

Le déploiement de la vaccination s'est accéléré en Ile-de-France, où la moitié des 1.749 cas confirmés ont été détectés. Le premier centre dédié au vaccin contre la variole du singe a ouvert mardi à Paris. Le stock de vaccins anti-variole est "très conséquent", mais son ampleur est "secret défense" car "la variole est reconnue comme une arme biologique", a aussi plaidé le ministre lors de l'interview.

(avec Reuters et AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 30/07/2022 à 17:06
Signaler
Comme d'un fait exprès, tout arrive en même temps! Comme aime le dire McKron!

à écrit le 30/07/2022 à 16:24
Signaler
Bonjour, La variole est une arme bactériologie, donc l'ons peux craindre encore a une attaque... Voulus par un état lâche et incapable de se faire connaître. Bien sûr le groupe ethnique visé est un moyen de ne pas affoler la population européenne....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.