Elections régionales : prime aux sortants, pari raté pour le RN, LaRem hors course

Suivez le déroulement du premier tour des élections régionales de ce dimanche 20 juin avec nos correspondants en régions.

19 mn

(Crédits : Reuters)

Pays de la Loire : Matthieu Orphelin (écologiste) confirme son rapprochement avec le socialiste Guillaume Garot

Matthieu Orphelin, le candidat écologiste de la liste Ecologie, Citoyenne et solidaire, annonce qu'il concrétisera dès ce soir le rapprochement annoncé avec le socialiste Guillaume Garot, dont il a salué une « campagne, dynamique et pleine d'idées... qui a su mobiliser». En deuxième position derrière Christelle Morançais, Matthieu Orphelin récolterait plus de 18% des voix. Guillaume Garot 17,2% .

« Nous formerons dès demain, une seule et même équipe pour convaincre et allé chercher la victoire en se battant pour le climat, la justice sociale et l'emploi. Ce soir, nous réalisons le meilleur score des écologistes citoyens en France, mais rien n'est joué. Nous devons amplifier la dynamique engagée depuis neuf mois », a-t-il précisé, rappelant le fort taux d'abstention de ce premier tour où sept électeurs sur dix ne sont pas allés voter.

 « Nous vivons un terrible séisme politique où jamais l'abstention n'a été aussi forte. C'est une nouvelle démonstration du mal être de notre pays », a indiqué Matthieu Orphelin (ex-La REM), dénonçant l'organisation catastrophique des élections. « De nombreux électeurs n'ont pas reçu  les professions de foi et bulletins de vote des candidats. C'est un scandale démocratique. Je demande solennellement au gouvernement de revoir le dispositif pour le second tour », a-t-il alerté.

Grand-Est : Laurent Jacobelli (RN) se pose comme "première force d'opposition"

Crédité de 20,6 % des voix dans le Grand-Est selon les estimations du sondage France Télévisions / Radio France / LCP, le candidat du Rassemblement National Laurent Jacobelli a confirmé lors d'une conférence de presse à Strasbourg le maintien de sa liste au deuxième tour, sans fusion avec la liste de Florian Philippot (Les Patriotes) créditée ce soir de 6,9 %.

"Le premier enseignement, c'est que la région Grand-Est est celle qui a le moins voté de toute la France", a estimé Laurent Jacobelli. "Les habitants d'Alsace, de Champagne-Ardenne et de Lorraine ont émis le souhait de changer ce Grand-Est et ont exprimé leur rejet massif de cette région qui n'existe pas dans la réalité. C'est finalement l'échec le plus marquant de Jean Rottner, au-delà même de la gabegie financière, des échecs sur l'emploi et l'économie, et de la faillite sécuritaire qui est le sceau de sa majorité", a jugé le candidat du RN.

"En nous plaçant comme la première force d'alternance et la première force d'opposition, les électeurs nous lancent le défi de gagner au deuxième tour contre le système Rottner-Macron, pour en finir avec cette région mastodonte et retrouver nos trois régions d'origine. Ils nous ont identifiés comme la seule force capable de rétablir ici la sécurité, l'économie locale plutôt que l'économie mondialisée", a déclaré Laurent Jacobelli.

En décembre 2015, au second tour des élections régionales dans le Grand-Est, le Rassemblement National avait obtenu 36,08 % des voix dans une élection triangulaire remportée par le candidat LR Philippe Richert (48,4 %), suivi par le socialiste Jean-Pierre Masseret (15,51 %). Jean Rottner a succédé en octobre 2017 à Philippe Richert, démissionnaire.

Pays de la Loire : Christelle Morançais, Présidente sortante (LR-UDI) largement en tête

Avec, selon les estimations, 34% des voix recueillies au premier tour, la candidate LR et centre droit, et présidente sortante des Pays de la Loire, réalise un score quasi identique à Bruno Retailleau en 2015. « Une performance pour une novice en politique qui jouait gros », reconnait le politique Arnaud Leclerc sur France 3. « C'est un signe de reconnaissance du travail effectué depuis  trois ans. J'ai tout donné. Je n'ai rien lâché », a indiqué la présidente de la région, interpellée par un taux d'abstention inédit de +70%.

« C'est aux politiques de redonner confiance, et ce quels que soient les partis politiques. Je reste sereine, déterminée, avec beaucoup d'humilité. Parce que ce n'est que le premier tour.  Et je retournerai demain sur le terrain pour maintenir cette dynamique et mobiliser les électeurs », affirme-t-elle. Pour respecter le choix des électeurs, elle vient d'annoncer que sa liste aurait la même composition au second tour. Une réponse à ceux qui évoquaient un rapprochement avec le candidat La REM François de Rugy (11,3%), arrivé en cinquième position, derrière l'écologiste Matthieu Orphelin (18%), le socialiste Guillaume Garot (17,2%), le candidat RN Hervé Juvin (12,6%). Pour le candidat La REM, François de Rugy, que les sondages donnait à 17% ou 18%, c'est un véritable camouflet.

Bayou va faire liste commune avec Autain et Pulvar

Le candidat d'EELV, qui arriverait troisième du premier tour des élections régionales en Île-de-France, a déclaré, ce soir, vouloir "créer la surprise en rassemblant les listes à gauche". Julien Bayou assure ainsi avoir discuté avec l'insoumise-communiste Clémentine Autain et l'adjointe d'Anne Hidalgo Audrey Pulvar. "Tout le monde trouvera sa place" sur les listes qui doivent être déposées en préfecture d'ici à mardi 18 heures, a-t-il poursuivi.

Pécresse loin devant en Île-de-France

Que ce soit selon un sondage de l'Ifop ou une estimation de l'Ipsos/Sopra Steria, la présidente sortante du conseil régional de la région-capitale arriverait en tête avec soit 36,4% soit 34,2% des voix. Sans attendre le résultat final, c'est déjà mieux qu'en décembre 2015 où Valérie Pécresse avait obtenu 30,51% des suffrages. Derrière elle, le candidat du Rassemblement national Jordan Bardella capterait soit 13,7% soit 14,6% des voix, suivi par l'écologiste Julien Bayou (12,9% dans les deux hypothèses). Passé ce podium, les deux instituts ne donnent pas le même 4ème.  Ifop érige le "marcheur" Laurent Saint-Martin avec 11,6% alors qu'Ipsos donne l'Insoumise Clémentine Autain avec 11,4% contre 10,2% du côté de l'Ifop. Dans tous les cas, l'adjointe d'Anne Hidalgo, Audrey Pulvar, ferme la marche avec soit 10,6% (Ipsos) soit 10,5% (Ifop).

Auvergne Rhône-Alpes : le sort de LREM en "suspens", Laurent Wauquiez  déjà positionné sur le second tour

Ce soir, l'une des "surprises" de ce premier tour est le sort réservé au candidat de la majorité, le député LREM Bruno Bonnell qui est pour l'heure crédité de 9%. Un score qui ne lui permettrait pas de se maintenir au second tour, alors qu'il se positionnait comme le troisième homme des sondages jusqu'ici.

Le candidat LREM a réagi au micro de France Télévisions en affirmant que les premiers scores démontraient surtout à quel point cette élection "va être tendue jusqu'au bout". Il a cependant appelé à attendre les résultats des grandes villes, rappelant que la République en marche demeurait un mouvement avec plus grande assise urbaine.

Quelques minutes après la fermeture des bureaux de vote au sein des grandes métropoles à 20h, et la communication des premières estimations qui le plaçaient en grand favori de ce premier tour, le président LR Laurent Wauquiez a réagi concernant les premiers scores communiqués, qui lui attribuent désormais une large avance, à 43,8% des intentions de vote, contre 35% projetés lors des derniers sondages : "Avec notre équipe nous avons proposé un projet clair avec des valeurs fortes et une priorité assumée pour la sécurité. Avec ce soir, un choix net et clair et une marque de confiance pour l'équipe qui a su tenir ses engagement durant cette crise", a estimé le président sortant LR, au micro de France télévisions.

Rappelant son bilan ("une Région bien gérée sans augmentation d'impôts ni de dette", "avec un choix net en faveur de la lutte contre l'insécurité depuis 5 ans", etc), le candidat LR à sa réélection a d'ores et déjà rappelé sa promesse de "supprimer l'accès des aides de la Région aux délinquants" et de "déployer la reconnaissance faciale contre les criminels".

Grand-Est : les écologistes se maintiennent, prêts à fusionner

La liste écologiste et de gauche emmenée par Eliane Romani sera présente au second tour dans le Grand-Est, annonce la candidate donnée en troisième position avec 14 % des voix selon les estimations du premier sondage France Télévisions / Radio France / LCP. Jean Rottner (LR, 30%) et Laurent Jacobelli (RN, 20%) forment le duo de tête dans le Grand-Est. "Nous serons présents au second tour et sommes prêts à accueillir tous ceux qui se reconnaîtront dans notre projet écologiste et social", annonce Eliane Romani à La Tribune. Un appel du pied adressé à Aurélie Filippetti, dont la liste LFI/Generation.s arriverait en cinquième position avec 9 %, selon ce même sondage. "J'ai déjà envoyé un message ce soir à Aurélie Filippetti", confirme Eliane Romani. Le rassemblement de la gauche n'avait pas pu avoir lieu dans le Grand-Est avant le premier tour, les candidates se reprochant mutuellement d'avoir fait échouer les négociations.

Les intentions de Brigitte Klinkert, assimilée LREM et arrivée en quatrième position (10%), n'étaient pas encore connues ce dimanche soir à 21 heures. La candidate, ministre déléguée à l'Insertion, a tenu un dernier meeting de campagne le 16 juin dans le Bas-Rhin, au Mont Sainte-Odile. Pendant son discours, Brigitte Klinkert a fustigé le projet "nationaliste" défendu par le RN et attaqué la politique "jacobine" du président sortant du Conseil régional Jean Rottner. Mais elle n'a jamais attaqué ni même évoqué le projet d'Eliane Romani. "Mon projet est incompatible avec le modèle productiviste soutenu par d'autres candidats dans cette élection. Emmanuel Macron a mis en place un certain nombre de décisions que nous combattons", tranche ce soir Eliane Romani. "Je tends la main à ceux qui se reconnaîtront dans notre projet écologiste, solidaire", répète Eliane Romani, « et il faudra aller vite". Les listes fusionnées doivent être présentées mardi à Strasbourg.

Bretagne : prime au président sortant, LaRem en deuxième position

Selon un premier sondage Ipsos/Sopra Stéria, les estimations juste après 20 heures placent la liste du président sortant (PS), Loïg Chesnais-Girard, en tête, avec plus de 20,8% des voix. Son rival LREM Thierry Burlot, autre héritier putatif de Jean-Yves Le Drian, ancien président de région et actuel ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, enregistre 16,2% des suffrages. Il est suivi de la liste LR emmenée par Isabelle Le Callenec à 15,7 % tandis que Gilles Pennelle, tête de liste RN, se positionne en quatrième place à 14,4%. Emmenée par Claire Desmares-Poirrier, la liste EELV est créditée de 14,2 %. Autre écologiste en lice, l'ancien maire de Langouët, Daniel Cueff remporte 6,6% des suffrages devant Pierre-Yves Cadalen (LFI) à 5,5 %. Ces deux dernières listes ne pourront pas se maintenir au second tour mais pourront fusionner avec une autre. La campagne en Bretagne s'est comme au niveau national caractérisée par une forte abstention. À 17 heures, seulement 28,79 % des électeurs bretons s'étaient exprimés. Ce score est légèrement supérieur au taux national (26,72%).

Région Sud : Thierry Mariani en tête mais talonné de près par Renaud Muselier

Sans surprise, Thierry Mariani, le candidat du Rassemblement National, arrive en tête du premier tour avec 35,7% des voix selon les premières estimations mais avec une avance bien moins importante que ce que laissait percevoir les différents sondages, sur son principal adversaire, Renaud Muselier. Le président LR sortant du conseil régional cumule en effet 33,5% des suffrages ce qui met l'écart entre les deux hommes à 2,2 points . Avec 17,1% des voix, le candidat de la gauche, Jean-Laurent Felizia fait office d'arbitre... ou pas.

Occitanie: Carole Delga (PS), présidente sortante, largement en tête

Selon les premières estimations, le scrutin en Occitanie place la présidente sortante PS Carole Delga en tête, à 39,6%. Le candidat RN Jean-Paul Garraud, que les sondages plaçaient en première place (à 30% le 1er juin dernier), ne rassemble que 22,8% des voix. Aurélien Pradié (LR) arrive en 3e position, avec 12,1% des voix, suivi à égalité par Vincent Terrail-Novès, le candidat soutenu par la majorité présidentielle, et le candidat EELV Antoine Maurice, à 8,4%. Myriam Martin (LFI) réunit 5% des voix, Malena Adrala (LO) 2,4% et Jean-Luc Davezac (Régionaliste) 0,9%.

En Centre Val de Loire, la prime au sortant

François Bonneau, président socialiste sortant de la région Centre Val de Loire, termine en tête du scrutin au premier tour avec 25,6% des voix. Il se situe quatre points au-dessus des chiffres que le dernier sondage d'Ipsos annonçait fin mai. En deuxième position, le candidat du Rassemblement national, Aleksandar Nikolic, réalise un score décevant à 21% alors qu'il était crédité de 28%. Nicolas Forissier, le député Les républicains de l'Indre, réalise lui 18,7%, en ligne avec les prévisions, comme Charles Fournier, candidat EELV à 11,4%. Outre le recul du RN, la seconde grosse surprise du scrutin est le mauvais résultat de Marc Fesneau (Modem, LREM). Le ministre des Relations avec le parlement ne réalise que 15,5%. Une véritable claque qui, comme le taux d'abstention au-dessus de 72% dans le CVDL, en dit long sur la défiance vis-à-vis du pouvoir d'Emmanuel Macron.

Nouvelle Aquitaine: Alain Rousset, président sortant, vire en tête

Sur fond d'abstention massive et record (60,3 %), comme ailleurs en France, c'est le président socialiste sortant Alain Rousset qui sort son épingle du jeu en Nouvelle-Aquitaine et arrive en tête avec 28,4 % des suffrages exprimés, devant Edwige Diaz, la candidate du Rassemblement national, qui réunit 19,4 %, selon les résultats provisoires issus des de la moitié des dépouillements. Derrière, la ministre candidate Geneviève Darrieussecq (LREM) arrive en 3e position avec 12,5 %, devant Nicolas Florian (LR) à 11,9 % et Nicolas Thierry (EELV) à 10,5 %. Derrière ces cinq listes en mesure de se maintenir ou de fusionner en vue du second tour, suivent Eddie Puyjalon (Mouvement de la ruralité) à 9,7 %, devant Clémence Guetté (LFI/NPA) à 5,6 % et Guillaume Perchet (LO) à 1,9 %. En 2015, la participation s'était élevée à 51 % aux élections régionales.

Région Sud : le RN et LR au coude-à-coude en Paca

La liste Rassemblement national (RN) conduite par Thierry Mariani et celle de LR (Les Républicains) menée par Renaud Muselier sont au coude-à-coude à l'issue du premier tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, selon les estimations des instituts de sondage.

La liste RN est créditée de 33% et la liste LR de 30% par OpinionWay/CNews, mais Renaud Museilier est donné en tête avec 34% des voix contre 33% pour Thierry Mariani par Ifop/TF1/LCI.

Hauts-de-France : Xavier Bertrand largement en tête dans les Hauts-de-France

La liste menée par Xavier Bertrand arrive largement en tête du premier tour des élections régionales dans les Hauts-de-France devant la liste Rassemblement national (RN) emmenée par Sébastien Chenu, selon les estimations des instituts de sondage.

Le président sortant (ex-Les Républicains) est crédité de 39% à 44% des voix contre 28% à 24% à la liste RN, selon ces estimations d'Ifop, Ipsos et OpinionWay.

La liste d'union de la gauche rassemblerait autour de 18%, alors que la liste de La République en marche (LaRem) risquerait l'élimination avec moins de 10% des votes.

AURA n'échappe pas à un taux de participation historiquement bas

Pour ces élections régionales et départementales, Auvergne Rhône-Alpes confirme son statut de Petite France et encaisse elle aussi une forte abstention, selon les derniers chiffres publiés à l'échelle régionale. Et cette année, le taux de participation à 17h atteint en effet un niveau historiquement bas, à 24,75%, soit 16 points de moins qu'en 2015 (43,01%). Pour le Rhône et la métropole de Lyon, il atteignait 22,80% à 17h, contre 42,68% pour le Grand Lyon en 2015. Même tendance en Isère, où le département enregistre 22,68% de taux de participation à 17h, soit moitié moins qu'en 2015 (44,16%).

Ce dimanche marquait en effet la seconde fois que les habitants de la « grande région », fusionnée début 2016 en vertu de la Loi NOTRe, se rendaient aux urnes. En décembre 2015, Laurent Wauquiez, alors candidat républicain et député de la 1re circonscription de la Haute-Loire avait ravi les manettes de cette nouvelle région aux mains du PS Jean Jack Queyranne, qui briguait un 3e mandat. Cette année, le président LR sortant demeurait en tête des derniers sondages avec des intentions de vote qui lui donnaient jusqu'à 35% des voix dès le premier tour, contre 22% pour le Rassemblement National, 15% pour LREM puis 11% pour EELV et 10% pour le PS.

Grand-Est. Valérie Debord : "L'abstention dans le Grand-Est est navrante"

"Le Grand-Est pourrait être ce soir la région dans laquelle l'abstention a été la plus forte. C'est navrant. J'espérais que l'addition des élections régionales et départementales motiverait les gens. Je suis triste pour la démocratie et triste pour ces institutions qui sont pourtant proches et au service de la population. Je ne crois pas que notre région soit perçue comme un objet lointain par ses habitants", estime Valérie Debord, ancienne porte-parole des Républicains, vice-présidente sortante (LR) en charge de l'emploi à la région Grand-Est.

En Bretagne, à 18h, le taux d'abstention s'élevait à 64% (contre 48,4% en 2015).

Dans le Grand-Est, les électeurs tournent le dos au scrutin

Le taux de participation est en chute libre dans le Grand-Est. 23,04 % des électeurs se sont rendus dans les bureaux de vote ce dimanche avant 17 heures. Un taux inférieur à la moyenne nationale, qui s'établissait à 26,72 % à la même heure. En Alsace, le taux de participation a atteint 19,52 % à 17 heures dans le Bas-Rhin et 21,14 % dans le Haut-Rhin.

Les électeurs alsaciens ne se sont pas mobilisés pour ce scrutin qui porte pourtant une signification particulière dans cette partie du Grand-Est. Depuis 2016, de nombreux Alsaciens ont continué de se déclarer opposés à la fusion avec la Lorraine et Champagne-Ardenne. Plusieurs candidats dont Laurent Jacobelli (RN) et Brigitte Klinkert (assimilée LREM) ont formulé des promesses électorales sur un retour possible au périmètre précédent. La liste régionaliste "Unser Land", créditée en-dessous de 5 % dans les sondages, en a même fait l'objet principal de sa campagne.

Selon les projections de différentes sondages, l'abstention devrait atteindre entre 66,5% et 68,5% pour ce premier tour. 2 électeurs sur 3 ne se sont pas rendus aux urnes, un niveau record pour des élections hors référendum.

Dans la région Hauts de France, le taux de participation à 17h est de 27,17% contre 49,10 % au 1er tour des élections de 2015. Dans le Nord, le taux s'affiche 25,23 % contre 48,03 % en 2015. Dans le Pas-de-Calais, il est de 28,58 % contre 51,33 %.

Taux de participation à Paris et en Île-de-France à 17h

Le taux de participation aux élections régionales, enregistré dans les bureaux de vote parisiens à 17h, est de 22,25 %, contre 33,38% en 2015.

En Île-de-France , il s'élève à 21,97 %, contre 35,65% en 2015.

Dans les départements d'Île-de-France, dans le détail :

elections IdF

A 17h, selon le ministère de l'Intérieur, au niveau national, le taux de participation à ce premier tour des élections régionales et départementales s'établissait à 26,72%

En 2015, le taux de participation à la même heure pour le 1er tour des élections régionales était de 43,01 %. En 2010, ce taux était de 39,29 %.

19 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 21/06/2021 à 8:29
Signaler
Un tel niveau d'abstention est le signe d'un désaccord profond entre les partis politiques, de droite, centre et gauche, avec les citoyens. La propagande massive qui envahit les médias sous contrôle des financiers ne parvient plus à modeler l'opinion...

le 21/06/2021 à 21:03
Signaler
Nos élus (essentiellement sous Chirac ont fait en sorte que la cohabitation disparaisse en passant au quinquennat en plus de nous coûter un pognon de dingue en remboursant les élections tout les 5 ans a lieu de 7ans auparavant (si les banques font pa...

à écrit le 21/06/2021 à 7:26
Signaler
Mettre à jour, les résultats pour la région PACA SVP. Renalt MUZELIER (après la visite de notre premie ministreà LREM, peut avoir une surprise au second tour.

à écrit le 21/06/2021 à 7:15
Signaler
pecresse 10.81% des inscrits, bertrand 13.03 wauquiez 13.88 ,en bourgogne franche comté la liste arrivée en tête fait 8.81, bretagne 7.15 centre val de loire 7.77 grand est 8.77. Parodie d élection pour une parodie de choix. Mais c'est pas grave on ...

le 21/06/2021 à 8:30
Signaler
Il serait temps que la loi- comme dans d autres pays européens- oblige les gens à voter , à reconnaître le vote blanc , à annuler les résultats si un quorum minimum de vote b. Est pas réuni , interdiction de briguer plus de 2 mandats ….. étonnant q...

le 21/06/2021 à 8:32
Signaler
Il serait temps que la loi- comme dans d autres pays européens- oblige les gens à voter , à reconnaître le vote blanc , à annuler les résultats si un quorum minimum de vote n’ Est pas réuni , interdiction de briguer plus de 2 mandats ….. étonnant q...

le 21/06/2021 à 9:24
Signaler
"Il serait temps que la loi- comme dans d autres pays européens- oblige les gens à voter" Il vaudrait mieux filer 50 ou 100 balles à ceux qui se déplaceraient pour voter pour celui ou celle qui va les escroquer. Pour au moins rembourser l'essence...

le 21/06/2021 à 21:04
Signaler
Et Macron a fait combien en 2017?

à écrit le 21/06/2021 à 4:11
Signaler
Il a beau s'en défendre, le bilan est catastrophique pour Macron. C'est une fessée, il n'y a pas d'autres mots. Bien sûr, il ne manquera pas d'être dans le déni comme il sait si bien le faire et BFM se chargera d'expliquer l'inexplicable. A côté de...

à écrit le 21/06/2021 à 3:24
Signaler
Félicitation aux absentionnistes (cf. ceux qui ne sont rien dixit Macron) et rendez-vous aux prochaines manifs (càd en traversant la rue) cet été pour lutter contre les lois liberticides (cf. PMA/GPA). Les heures de la monarchie républicaine son...

à écrit le 20/06/2021 à 22:04
Signaler
Vu les résultats des écologistes, lrem et le RN, la présidentielle va changer de discourt. Fini la fausse écologie (les écoles font pas de la vraie autrement ils chercheraient pas à réduire nos déchets mais le nombre d'humain à long terme que notre p...

à écrit le 20/06/2021 à 22:01
Signaler
C'est triste pour la démocratie ce score d'abstention.. Les partis de tout bord en sont responsables. Organiser des élections en juin quand un pays sort d'un confinement long et lourd, c'est se ficher des citoyens qui n'ont pas envie de rester encore...

le 21/06/2021 à 15:59
Signaler
Organiser des élections en juin quand un pays sort d'un confinement long et lourd, Il y avait aussi 22 départements en risque d'orage violent et même des assurances comme AXA qui envoyait des sms pour rester chez soi.

le 21/06/2021 à 21:08
Signaler
Ce qui est triste c'est aussi d'aller voter pour des régional et de se voir remettre deux enveloppes et découvrir qu'on vote aussi pour les départementales...

à écrit le 20/06/2021 à 20:16
Signaler
"Je suis triste pour la démocratie et triste pour ces institutions qui sont pourtant proches et au service de la population." Voilà c'est ça, comme on se doutait parfaitement c'est notre faute, cela ne vient pas d'eux bien entendu qui échouent po...

à écrit le 20/06/2021 à 19:45
Signaler
Depuis plus d'un an et demi, tous les élus et candidats ont joué aux "enfermeurs" et ont prétendu savoir mieux que chacun d'entre nous ce qui est bon pour nous, malgré les protestations. Ils sont aujourd'hui face au retour du bâton : ils n'intéressen...

à écrit le 20/06/2021 à 19:33
Signaler
Différencier ceux qui votent blanc, ceux qui ne votent pas parce qu'ils n'y voient pas d'intérêt, et ceux qui ne votent pas parce qu'ils en ont assez.. Une personne élue avec de tels taux de participation ne saurait être légitime.. Cela devient probl...

le 20/06/2021 à 21:56
Signaler
Malheureusement pas aux yeux de nos élus, autrement Macron ne serait pas plus légitime comme président en 2017 avec moins de 15%des français qui ont voté pour lui si on prenait en compte les blancs et abstentions... Vivement que le vote blanc soit en...

à écrit le 20/06/2021 à 18:50
Signaler
Bref! Un taux d'abstention de 50% devrait annuler l'élection tant que le vote blanc n'est pas reconnue!

le 20/06/2021 à 21:59
Signaler
Le plus inquiétant reste qu'aujourd'hui on nous harcèle les chiffre de l'abstention mais on nous donne aucun des blancs... Et oui dans notre fausse démocratie on a pas le droit de choisir autre chose que les nuls qui se présentent sans pouvoir les em...

le 21/06/2021 à 3:12
Signaler
Mais oui, c'est cela. Vous croyez peut-etre que ceux qui decident pour vous dans leurs propres interets vont changer leurs regles ? Le vote blanc restera ce qu'il est, rien.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.