Nouveau scandale à la City de Londres sur les produits financiers dérivés

 |   |  212  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Plusieurs grandes banques britanniques pourraient être contraintes de verser des compensations de plusieurs milliards de livres sterling à cause de ventes abusives de contrats de swaps de taux.

C'est le dernier scandale en date d'une longue série. La commercialisation à grande échelle de "swaps" de taux -des contrats permettant d'échanger un taux d'intérêt contre un autre pour une durée déterminée- pourrait coûter cher aux banques britanniques. 

Des milliards de livres sterling

L'Autorité des services financiers britannique (FSA) a annoncé jeudi que sur les 173 cas de "swaps" de taux examinés, plus de 90% s'avèrent enfreindre la réglementation. Ce qui devrait obliger les banques à verser des compensations. Et cela pourrait représenter des milliards de livres sterling. Selon Martin Berkeley, consultant chez Vedanta Hedging, société de conseil sur les produits de couverture de taux d'intérêt, l'addition pourrait atteindre 10 milliards de livres sterling (11,66 milliards d'euros).

En juin dernier, les quatre principales banques du pays avaient été pointées du doigt par la FSA. Et Barclays, HSBC, Lloyd ainsi que RBS s'étaient engagées à réparer leurs erreurs. C'est-à-dire, non seulement à cesser de commercialiser de de tels produits, mais surtout à rembourser les clients "mal informés". D'autres banques sont désormais dans le viseur de la FSA, à savoir Allied Irish Bank, Bank of Ireland, Clydesdale, Yorkshire Bank, Co-operative Bank, Northern Bank ou encore la filiale de la banque espagnole Santander.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2013 à 19:00 :
Vous avez aimé les subprime? vous allez adorez les CDS ......
a écrit le 02/02/2013 à 13:59 :
Avec le réchauffement de la planète financière dû à un capitalisme débridé, d'innombrables produits bancaires bricolés par des apprentis sorciers mathématiciens , ont fini par dériver créant de nombreux scandales! Swap! Pow! Blop! Wizz!
a écrit le 01/02/2013 à 11:02 :
Les banques n'ont pas pour vocation à satisfaire l'opinion publique ou politique, comme la majorité des entreprises il s'agit de dégager des profits, la question est la moralité des actions qu'elles entreprennent si la loi permet cela, ouvrez les yeux elles sont soumises à un environnement hyper concurrentiel : quand vous roulez dans votre voiture, vous ne vous demandez pas si l'ouvrier chinois qui l'a construite est payé à sa juste valeur , quand vous mangez du poisson, pensez vous aux personnes qui n'ont pas de quoi se nourrir: le problème est plus large, il s'agit d'un problème de moralité en général , arrêtons de jeter l'opprobre sur les banques; elles sont les intermédiaires entre ceux qui ont du fric et ceux qui en ont besoin ...
Réponse de le 01/02/2013 à 11:21 :
Là, nous sommes en train de parler de contrevenants frontaux à la loi! Pas de personnes qui ont trouvé une imprécision dans le texte de loi et qui l'ont exploité.
a écrit le 01/02/2013 à 10:52 :
Effectivement, c'est un peu léger comme article, à mon avis il s'agit d'un effet de bord du liborgate, il n'y a rien d'illégal à vendre des swaps de taux, le problème est qu'ils sont des deux côtés en fournissant des données arrangées aux marchés concernant ces sous-jacents...
a écrit le 01/02/2013 à 10:09 :
Il n'y a pas énormément d'explications dans cette article... Est-ce qu'on peut savoir en quoi ces produits ne respectaient pas la réglementation ?
Ceci-dit, les amendes ne sont pas suffisamment importantes par rapport aux gains escroqués (et combien d'escroqueries / arnaques non découvertes...). Si ce n'est pas suffisamment dissuasif, il faudrait prévoir plus de sanctions pour les banques multirécidivistes, en allant jusqu'au retrait des licences bancaires en dernier recours.
a écrit le 01/02/2013 à 9:27 :
Achetez de l'or physique, avant de tout voir s'écrouler.
a écrit le 01/02/2013 à 8:59 :
Ou sont les enseignements de la crise des sub prime???
Réponse de le 01/02/2013 à 9:26 :
Qui d'après vous est responsable de la crise des subprimes en amont des banques ? Et la je ne vous demande pas de régurgiter les inepties des journaux télé.
Réponse de le 01/02/2013 à 10:03 :
La dérégulation à marche forcée, la volonté politique d'étendre l'offre de crédit immobilier, l'abondance de liquidités bon marché, la conivence des agences de notation, et in fine l'avidité et la perte de repères rationnels en termes de risques sont à l'origine de cette crise.
Réponse de le 01/02/2013 à 10:31 :
La dérégulation de qui et de quoi ? Et surtout comment ? La volonté politique d'étendre l'offre du crédit immobilier, et la sur impression du papier monnaie, c'est exacte. Le reste sur "la perte de repère bla bla", cela relève du mysticisme que je ne commenterai pas.
Donc je reviens sur votre analyse qui mentionne bien que ce n'est pas le marché libre qui a décidé de forcer Fanny Mae et Freddy Mac, les deux plus grosses agences de prets hypothècires américaines, se trouvant en situation monopolistique, à préter de l'argent à des ménages insolvables pour qu'ils s'achètent des maisons. C'est donc le résultat de l'interventionnisme étatique américain qui a déstabilisé par la force le marché. Ce marché a essayé de "refiler" le bébé à d'autres intermédiaires pour se couvrir, c'est le role de n'importe quelle entreprise, si elle veut survivre.
En France l'intervention permanente des gouvernements dans l'économie est tellement dans les habitudes, et dans les moeurs, que l'on s'étonne si l'état "ne fait rien". Hors c'est précisément le problème, l'état veut s'occuper de tout à la place des marchés, des intervenants économiques, et finalement l'état veut se substituer à l'économie libre elle meme. Le dirigisme économique amène toujours les mêmes résultats, la sclérose, et la ruine.

C'est pourquoi je défends les valeurs libérales qui ne sont rien responsable de l'étatisme et de ses méfaits, mais ces responsables politiques, qui ne veulent pas être responsables de leurs méfaits, s'évertuent à nous expliquer que c'est à cause de la vilaine économie de marché libre que l'on en est la, alors qu'ils sont le problème. L'exemple des subprimes peut être décliné à l'infini sur ce qui ne fonctionne pas dans l'économie à cause de l'état, et surtout en France. Dexia, SNCF, Crédit Lyonnais, Charbonnage de France, Ports autonomes, etc, etc..Combien de milliards les contribuables sont ils encore prets à payer pour ce système qui ne génère que de la pauvreté, du chômage, et de l'enfumage d'esprit avec la forte complicité des médias collectiviste français ? Les gouvernements ne doivent s'occuper que des fonctions régaliennes, mais ne jamais intervenir dans l'économie, ni dans la vie personnelle des individus d'ailleurs, ce n'était en tous cas pas l'esprit de la constitution française, durement acquise. A vous de me répondre.
Réponse de le 01/02/2013 à 11:39 :
Le problème c'est que sous couvert des vertus de la liberté certains en font de l'individualisme dans un monde qui ne marche pas seul, c'est un peu le même principe que la gestion du solde, au bon vouloir de ses ou son propriétaire, report ou incorpo etc, concernant les subprimes c'est une montagne de responsable mais aucun ne le reconnait et le tout s'est aggravé avec des instruments trop libre justement...


Dans votre discours vous donnez vous mêmes toutes les raisons pour qu'un état intervienne...

Tout le monde désir fuir ses responsabilités...
Réponse de le 01/02/2013 à 12:09 :
Le libéralisme financier montre ses limites assez fréquemment, car il n'est appliqué que partiellement. Le caractère "idéal" des marchés n'existe pas et leur faut une réglementation. De l'avis même des théoriciens du libéralisme. Mais ce sont surtout les praticiens qui la rejettent, car ils ne voient qu'une partie de la question, celle qui leur rapporte de l'argent, en laissant de côté l'aspect "social" au sens de la société, de celle ci. Les entreprises financières sont "sauvées" les criminels financiers sont épargnés, les dettes épongés par cette société, les seuls qui ont de l'argent, les individus. Au final prendre l'exemple des "subprime" originé aux USA par une finance "libérale" (les rôles croisés des politiciens et financiers reste dans cette orientation) et atterrir sur la SNCF ou DEXIA c'est participer à l'enfumage ambiant. L'interventionnisme étatique américain, entre les Bush et Greenspan, n'avait paradoxalement comme but et justification que le libéralisme économique dont ils se réclamaient. Chacun le mets à sa sauce suivant ses besoins.
Réponse de le 01/02/2013 à 12:33 :
Concernant les subprimes, comme les subventions au marché immobilier français données par l'état avec notamment ses prets à taux zero payés par les contribuables, et qui fausse le marché, et l'a fait grimper trop haut, on verra bien qu'il finira, lui aussi, par s'écrouler d'ailleurs, ce sont bien les politiques américains au pouvoir qui sont les seuls responsables de cette bulle. Sans eux il n'y aurait jamai eu de crise des subprimes, c'est un fait. Alors on peut essayer de noyer le poisson en disant que c'est à cause des instruments financiers soit disants trop libres, mais c'est un leurre. Le marché s'est simplement adapté à ce qu'on lui a imposé par la force, la force étatique.
L'individualisme est parfaitement normal, nous sommes tous des individus, et notre soucis premier et d'assurer de quoi manger à notre famille, nos proches et nous memes. Les collectivistes essaient de nous faire croire que vivre en se souciant d'abord de soi serait condamnable car cela serait au détriment de la collectivité, mais c'est faux, c'est une vision bolchévique qui veut "réguler" les individus pour mieux asservir sa propre idéologie manipulatrice et dominatrice. Les peuples de l'est en savent quelque chose. Oui mon droit garanti par la constitution c'est de disposer de moi meme, de mes biens et de mes richesses, sans me faire tout voler par les collectivistes, les politiques et leurs mafias de fonctionnaires ou syndicales. Et je ne reconnais pas à l'état ou à ses sbires, le droit de me dicter ce qui est bien ou pas, ce n'est leur role, l'état doit uniquement s'occuper des fonctions régaliennes, je n'ai pas besoin d'un "papa" d'état, mais je sais que les français attendent tout de l'état, et par conséquent acceptent de se faire asservir en courbant l'échine, du moment qu'ils peuvent récupérer un sussucre au passage. Mais attention le libéralisme ce n'est pas l'anarchie ou la jungle, il y a le droit. Les lois doivent protéger les citoyens, les individus, des abus de pouvoir de l'état, mais le droit doit aussi responsabiliser ceux qui nuisent aux autres, aux interets ou aux biens des autres, aux concitoyens. Les politiques, et les médias français, veulent nous faire croire que sans eux c'est impossible, ce qui est faux, ils veulent surtout ne pas perdre leurs privilèges arrachés au monde privé, qui lui seul crée de la richesse. Alors on a le droit à ce genre de reflexion "oui mais les gens sont mauvais, trop de liberté c'est dangereux pour la société, bla bla". La liberté c'est l'essence meme de l'individu, elle est naturel et indispensable, mais cela va de paire avec la responsabilité de ses propres actes, et la justice doit sanctionner ce qui nuit aux autres individus vivant ensemble dans un pays, ce n'est pas le boulot des politiques de définir quel est le niveau de liberté que nous méritons, ou pas. Je suis d'inspiration libéral humaniste de Monsieur Bastiat, et non un bolchévique ou un socialo conservateur donneur de leçon vivant sur le dos des individus. Réveillez vous et relisez la constitution que diable !!
Réponse de le 01/02/2013 à 12:46 :
à "Libéralisme". Je vous informe que la finance est déjà extrêmement régulée comme vous dites, rien qu'en France il existe 17.000 lois régulant cette activité. En France il est interdit à des individus d'excercer la plupart des métiers de la finance sauf pour les banques, les assurances ou les sociétés de bourse. Créer son propre onds d'investissement par exemple est strictement interdit en France si vous ne faites pas partie du sérial, et de ce monopole. Dans les économies libres rien ne vous l'interdit, mais cela ne veut pas dire que vous pouvez faire n'importe quoi évidement. Ici c'est une mafia c'est uniquement au profit des copains et des coquins, les milieux politiques s'auto parachutent dirigeants de banque ou de compagnie d'assurance. Regardez dernièrement avec Dexia, banque ou l'état français est majoritaire, se croyant plus fort que l'économie de marché, a imposé d'aider et de financier les mauvaises gestions des collectivités en dépit du bon sens, et pendant ce temps la ils se sont gavés en salaires, et en priviléges. Qui paient les milliards de déficits ? Comme pour le Crédit Lyonnais ce sont les contribuables. Et pas un seul haut fonctionnaire en prison, pas un politique responsable et coupable, rien. La faillite frauduleuse est légale si c'est l'état,pas si ce sont des petits entrepreneurs privés. Belle régulation en effet..Elle est belle votre régulation à la française.
Contrairement à vos propos ce n'est pas la finance "libérale" responsable de la crise des subprimes puisqu'il est prouvé que c'est l'interventionnisme étatique et politique américain qui ont forcé le marché libre àpréter à des insolvables, c'est à dire l'exact contraire des valeurs et des principes de ce qu'est le libéralisme. Je vois que vous ne savez pas de quoi vous parlez, et comme tout bon franaçsi vous ne faites que "régurgiter" les inepties de vos journaux médias. Je vous informe que la mondialisation à sorti plus d'1 milliard d'individus de la pauvreté et d ela misère dans le monde, alors que tous les systèmes collectivistes ont fait faillite et ont plongés leurs citoyens dans la misère la plus noire (Cuba, Corée du nord, ex urss, etc;;). C'est donc bien l'économie la plus libre qui a produit le plus de richesse, et non l'inverse. Mais voila les politiques veulent tous gérer, s'occuper de tout, et ils font porter leurs échecs sur le ds de l'économie libre, c'est tellement plus simple. Et plus ils le répètent, et plus des gogos comme vous le répètent en bouche sans s'apercevoir que vous vous contredisez vous meme. Ah il est beau le collectivisme !!!
Réponse de le 02/02/2013 à 14:20 :
t'as surement raison dans ce que tu dis Trader, le seul problème c'est que tu ne parles que de fric, de fric, et de fric, il n'y a aucune poésie dans tes propos, aucune lumière, aucun espoir, tout est gris pognon, gris costard et gris béton, et t'auras beau avoir raison avec tes théories toutes grises, ce monde on en veut plus, on est des millions et des millions à chercher à vivre autrement, parce que toute cette grisaille nous donne des cancers ! et on y arrive, et toi tu viendras bientôt nous demander à manger, toi qui nous a enfoncés, bien profond, avec tous tes potes libéraux ! et nous, comme on est pas comme vous, on vous nourrira de bon coeur.
a écrit le 01/02/2013 à 4:35 :
l'article ne dit qu'une partie de la vérité. Il serait interessant d'entendre les banques sur le sujet. Mais là aucun risque, mieux vaut agir dans le mode accusatoire sans prendre le risque que l'accusé ne puisse se défendre !!!
a écrit le 01/02/2013 à 2:17 :
et depuis le temps que ces requins sans scrupules bousillent l'économie mondiale sans être punis, on comprend bien que les hommes politiques britanniques sont soudoyés. Cette fois encore, pas un de ces banquiers escocs n'ira méditer à l'ombre sur ses turpitudes.
a écrit le 01/02/2013 à 0:33 :
Kerviel, un petit joueur
a écrit le 31/01/2013 à 22:43 :
Ce qui m'intrigue c'est que malgré l'accumulation des scandales pas un seul président des banques impactées n'a été traduit en justice ni encore été licencié, c'est fabuleux quand même moi qui croyait que la justice était la même pour tous.

Comme quoi il vaut mieux faire un délit portant sur des milliards que braquer une épicerie du coin. Dans un cas on s'en tire avec une remontrance et de l'autre avec 5 ans ferme ...
Réponse de le 31/01/2013 à 23:29 :
c'est exactement ça! à vous dégouter d'être honnête !!!
a écrit le 31/01/2013 à 22:19 :
La question essentielle est : Quand les coupables de délits financiers vont-ils enfin être envoyés en prison ??? On se contente de faire payer des amendes, non pas par les coupables, mais par leurs actionnaires (!!!); il semble indispensable que les banquiers eux-mêmes soient envoyés en prison quand ils ont fait des choses illégales. Pourquoi punit-on de 6 mois de prison, en GB, un homme qui a volé une bouteille d'eau mais laisse libre celui qui vole des milliards ???
Réponse de le 31/01/2013 à 23:27 :
..."que vous soyez puissants ou misérables,etc, etc", c'est ça, la différence entre les 2 !
a écrit le 31/01/2013 à 22:06 :
Bof, encore un scandale financier, ça ne fait même plus la 4e de couverture... De toutes façons je n'ouvre plus mes fenêtres, l'odeur arrive jusqu'au fin fond des Deux-Sèvres.
a écrit le 31/01/2013 à 20:27 :
Ca commence à être pénible ces scandales à répétition avec les banques. Au passage, les PDG ont-ils été remerciés ? Il faut des contrôles plus sérieux. Il faut des spécialistes indépendants pour contrôler ce que font les banques. Sinon, ces banques fraudeuses vont finir par couler l'économie. On peut pas s'amuser à jouer impunément avec l'argent des autres. Les banques sont là pour financer les entreprises et l'économie!!! C'est à cvroire que le premier voyou venu peut devenir banquer!
Réponse de le 31/01/2013 à 22:21 :
Les banques ont déjà coulé l'économie, en 2007-2008; il a fallu imprimer des milliers de milliards d'euros (planche à billets) et imposer l'austérité aux peuples pour essayer de rétablir la situation. Ceux que l'on envoie en prison, ce ne sont pas les banquiers coupables, mais ceux qui protestent contre eux (cf émeutes de Londres).
Réponse de le 01/02/2013 à 3:17 :
@Troptard il y a un raccourci dans votre propos. La crise bancaire n'est pas a l'origine de l'austerite. Ce sont les deficits publics abyssaux et la dette publique qui imposent l'austerite. La crise bancaire n'en a ete qu'un element, violent certes mais pas central.
a écrit le 31/01/2013 à 20:11 :
Qu' en pense the "économist" pour moi la bombe elle est dans les banques Anglaises....
a écrit le 31/01/2013 à 19:35 :
maintenant il peuvent quitte l'europe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :