Les groupes français s’exportent de mieux en mieux hors de l’Union Européenne

 |   |  194  mots
Les groupes français multinationaux ont embauché 10% de salariés en plus en 2012 à l'étranger, principalement dans les pays des BRIC. Dans l'Union Européenne, les effectifs ont stagné voire même diminué.
Les groupes français multinationaux ont embauché 10% de salariés en plus en 2012 à l'étranger, principalement dans les pays des BRIC. Dans l'Union Européenne, les effectifs ont stagné voire même diminué. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Les effectifs des groupes français multinationaux hors de l’Europe ont grimpé de 10% en 2012 alors qu’ils ont stagné sur le continent, détaille l’Insee dans un rapport. Les Brics -hors Afrique du Sud- sont les principaux pourvoyeurs de postes.

La France embauche-t-elle plus facilement hors de l'Union Européenne ? C'est l'un des enseignements de l'Insee dans sa note Focus publiée ce mercredi 4 mars. Dans ce rapport, l'Institut de statistiques détaille qu'en 2012 les groupes français multinationaux concentraient 37.900 filiales à l'étranger. Ces filiales représentaient 54% de leur chiffre d'affaires et 56% de leurs effectifs (5,3 millions de salariés).

290.000 embauches hors de l'UE

Cette année-là, les effectifs présents hors des frontières de l'Union Européenne ont augmenté de 10% par rapport à l'année précédente. Ce qui représente 290.000 personnes de plus. Ces embauches se sont déroulées à 70% dans les pays des Brics - hors Afrique du Sud - (Brésil, Russie, Inde, Chine) et aux Etats-Unis (17%). Un chiffre qui tranche avec celui à l'intérieur des frontières de l'Union. Les effectifs des groupes français sont en effet restés stables dans les grands groupes. Ils ont même baissé s'agissant des PME (-11,8%).

L'Union Européenne reste toutefois loin devant les autres continents concernant le nombre d'employés. Avec 2,1 millions de salariés présents (40% des effectifs), l'Europe se place devant les Bric (40% hors UE) et les Etats-Unis (17%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2015 à 23:01 :
C'est un fait les groupes français, et plus globalement les groupes occidentaux, ont besoin d'aller chercher la croissance là où le monde se fait. La conjoncture, conséquence de la crise, et la transformation profonde des schémas de consommation renforce ce besoin.

Les BRICS et assimilés (Indonésie, Colombie, ...) représentent de nouveaux marchés à conquérir ; les spécificités, les mœurs, les coutumes étant différentes, cela nécessite d'embaucher sur place du personnel qualifié avec une véritable expertise des marchés locaux.

C'est dans ces pays que s'opère les créations d'emploi, au détriment de l'occident.
a écrit le 04/03/2015 à 21:02 :
Une fois par mois le même article, la même photo, la même rengaine, toute l'année..… M'en fous des exploits de Carrefour au Brésil (d'ailleurs ça ne va pas durer, l'économie de ce pays vient de rentrer dans une récession durable et dégringole plus que prévu) ou en Chine, ça ne me rapporte pas une roupie… ni un kopeck.
Arrêtons de flatter l'ego des gros patrons, sont ceux à que les crises profitent !
a écrit le 04/03/2015 à 18:55 :
on exporte chez les autres les emplois qui permettent de créer les marchandises que l'on importera au lieu d'exporter les marchandises qui permettrons de créer chez nous les emplois.
a écrit le 04/03/2015 à 14:41 :
A défaut d'exporter, ils s'exportent.
a écrit le 04/03/2015 à 14:12 :
En voyant l article on s attendais a avoir des nouvelles de Georges Plassat comme le demande Xavier Kemlin depuis 15 jours !🏁⛳️

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :