Santander affiche son meilleur résultat trimestriel depuis deux ans

 |   |  420  mots
L'évolution du premier semestre montre que Banco Santander a repris le chemin pour retrouver les niveaux de résultats d'avant-crise, avec un rôle déterminant joué par la diversification géographique du groupe, souligne son président, Emilio Botin.
"L'évolution du premier semestre montre que Banco Santander a repris le chemin pour retrouver les niveaux de résultats d'avant-crise, avec un rôle déterminant joué par la diversification géographique du groupe", souligne son président, Emilio Botin. (Crédits : reuters.com)
Sur les six premiers mois de l'année, le bénéfice net du premier groupe bancaire en zone euro a bondi de 22% à 2,76 milliards d'euros. Dans le même temps, comme les autres banques espagnoles, Santander a réduit son taux de créances douteuses.

De bons chiffres pour l'espagnol Santander. Le premier groupe bancaire en zone euro par la capitalisation, a publié jeudi un bénéfice net en hausse au deuxième trimestre, profitant de la reprise de ses activités en Espagne.

Meilleur résultat trimestriel depuis deux ans

Le bénéfice net a progressé de 38% à 1,45 milliard d'euros. Ce qui correspond au meilleur résultat trimestriel de ces deux dernières années, précise la banque dans un communiqué. Le produit net bancaire (PNB), qui correspond à la valeur ajoutée créée par la banque, est resté quasi-stable à 7,37 milliards d'euros.

Sur les six premiers mois de l'année, le bénéfice net a bondi de 22% à 2,76 milliards d'euros, tandis que le produit net bancaire a légèrement reculé, de 1,3% à 14,36 milliards.

Sur la (bonne) voie d'avant-crise...

"L'évolution du premier semestre montre que Banco Santander a repris le chemin pour retrouver les niveaux de résultats d'avant-crise, avec un rôle déterminant joué par la diversification géographique du groupe", souligne son président, Emilio Botin, cité dans le communiqué.

L'Europe a représenté au premier semestre 52% du bénéfice net du groupe présent en Europe, en Amérique latine, au Brésil et aux États-Unis. L'Amérique du Sud y a contribué pour 39% et les États-Unis 9%.

...Grâce à l'Espagne

Banco Santander a notamment profité du rebond de ses activités en Espagne, où son bénéfice net s'est envolé de 79% à 513 millions et où la banque note "une consolidation du changement de tendance en termes de crédit", qui repart à la hausse.

Mais son bénéfice net a aussi augmenté au Royaume-Unis, tandis qu'il a reculé au Brésil. Ces deux régions sont celles qui contribuent le plus à son bénéfice et Santander a lancé en avril une offre pour racheter les 25% qui lui manquent dans sa filiale brésilienne, une opération qui pourrait se chiffrer à 4,7 milliards d'euros.

Réduction des taux de créances douteuses

La banque a en outre souffert de la dépréciation des principales monnaies d'Amérique du Sud, même si cet effet négatif a eu tendance à s'atténuer au deuxième trimestre.

Reste qu'à l'instar des autres banques espagnoles, Santander a réduit son taux de créances douteuses. Il est tombé à fin juin à 5,45% contre 5,52% à fin mars. En Espagne, pays qui a été précipité dans la crise par l'explosion d'une bulle immobilière en 2008, ce taux a baissé à 7,59%, contre 13,39% pour l'ensemble du secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2014 à 13:45 :
La banque d'Opus Dei en faisant de hauts bénéfices au pays le plus catholique du monde et qui est presque en faillite, alors de quoi se méfier...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :