Les dividendes mondiaux devraient frôler les 1.200 milliards de dollars en 2015

 |   |  351  mots
La forte appréciation du dollar et la baisse des cours du pétrole devraient empêcher une forte hausse des dividendes mondiaux en 2015.
La forte appréciation du dollar et la baisse des cours du pétrole devraient empêcher une forte hausse des dividendes mondiaux en 2015. (Crédits : reuters.com)
Ils devraient atteindre 1.176 milliards de dollars après avoir grimpé à 1.167 milliards de dollars en 2014, selon une étude publiée lundi.

Les dividendes augmenteront en 2015, mais pas de façon vertigineuse. C'est la prédiction de Henderson Global Investors, compagnie britannique de conseil en investissement, dans une étude publiée lundi 16 février. Pour 2015, la société mise ainsi sur une hausse de 0,8% à 1.176 milliards de dollars (1.035 milliards d'euros environ).

Une hausse ralentie par la baisse du pétrole

La forte appréciation du dollar et la baisse des cours du pétrole devraient en effet empêcher toute hausse notable des dividendes.

"Les prévisions de croissance mondiale ont été revues à la baisse. Ensuite, le cours du baril de pétrole a atteint son plus bas niveau en six ans et, pour finir, le dollar américain a flambé", précise Alex Crooke, spécialise des dividendes chez Henderson Global Investors, cité dans un communiqué.

Des dividendes en hausse de 10,5% en 2014

L'an dernier, le montant des dividendes mondiaux a bondi de 10,5% à 1.167 milliards de dollars (1.027 milliards d'euros), note la société de gestion d'actifs. Cette hausse est due en particulier aux montants des dividendes extraordinaires, comme celui effectué au premier trimestre par l'opérateur télécoms britannique Vodafone pour 26 milliards de dollars (23 milliards d'euros).

Ce dernier a été de ce fait le groupe ayant versé le plus de dividendes en 2014, devant le pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, le chinois China Construction Bank, le pétrolier américain Exxon Mobil et le géant américain des technologies Apple. La première société française est Total, à la 17e place.

Les Etats-Unis, "moteur principal" de la hausse en 2014

Les États-Unis ont été "le moteur principal de la croissance des dividendes", selon l'étude, avec une hausse de 17% à 355,3 milliards de dollars (312 milliards d'euros), soit près du tiers du montant à l'échelle mondiale.

L'Europe, hors Royaume-Uni, a également connu une bonne année, avec une progression de 12,3% à 229,4 milliards (201 milliards d'euros), grâce notamment aux performances de l'Espagne et de la Suisse. La France a quant à elle affiché une hausse de 7,3% à 55,9 millions de dollars (49 millions d'euros).

    Lire aussi >> 56 milliards d'euros: la somme versée par le CAC 40 à ses actionnaires en 2014

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2015 à 22:28 :
C'est la crise ma bonne dame!!! y'a pas comme un schisme????
a écrit le 17/02/2015 à 16:33 :
Ne pas confondre, dividende - revenu du capital et plus value de l'action à court ou moyen terme qui est un gain en capital.
Réponse de le 17/02/2015 à 22:29 :
c'est toujours des ronds qui tombent dans les mêmes poches!!
a écrit le 17/02/2015 à 13:06 :
Il y aurait 200 000 milliards de dollars virtuels qui graviteraient autour de la terre pour nourrir la planète financière, que 0,5 % de ces sommes servent à rémunérer les actionnaires n'est pas un chiffre démentiel.
a écrit le 17/02/2015 à 12:48 :
Que représentent ces dividendes par rapport au PIB mondial?

En 2013, le PIB mondial était de 73 000 milliards de dollars dont 2753 milliards de dollars pour la France.

Au niveau mondial, en 2013, les 1055 milliards de dollars de dividendes versées par les sociétés cotées représentaient 1,4% du PIB mondial.

En France, les 50,5 milliards de dollars de dividendes versées par les sociétés cotées représentaient 1,8% du PIB français.

C’est beaucoup d’argent mais nous sommes très très loin des “10% du PIB volés par les actionnaires” selon Melenchon, Besancenot et Hamon.
Réponse de le 17/02/2015 à 13:01 :
Large erreur de calcul, Luc.b. Il "manque" dans votre calcul l' ENORME somme de ce qui est récupéré par le THF (tradinge haute fréquence). Et, dans une moindre mesure, les reventes d'actions hors THF qui permettent une plus-value d'enfer grâce à la socialisation des qe de l'ensemble des banques centrales.
Donc, revenez nous dire combien fait ce total monstrueux. On va laisser de coté l'évasion fiscale et les paradis fiscaux, pour l'instant.
Réponse de le 17/02/2015 à 13:47 :
C'est pas beau de propager ses propres fantasmes ! les profits mondiaux du trading haute frequence ont est estimes a environ 20 milliards de dollars en 2009-10-11 (les meilleures annees, en baisse depuis). Meme en faisant l'hypothese de la theorie du complot-qui-ment-et-nous-cache-les-vrais-chiffres, il manque en facteur 1000 pour arriver au montant des dividendes.
Réponse de le 17/02/2015 à 22:43 :
La capitalisation boursière mondiale, soit la valeur totale de toutes les actions, est de 60 000 milliards de dollar environ (chiffres 2013).
Nous avons donc un peu plus de 1000 milliards pour rémunérer 60 000 milliards, soit environ 1.7%.
Rappelons également que nous parlons d'actions, et pas de $ sur un livret bancaire. Une action peut faire +150% comme -90% voir ne plus rien valoir du tout, et un détenteur d'actions n'a pas nécessairement un dividende.

Comment se fait-il également que ces chiffres ne soient même pas mis en contexte avec la progression du marché action ? Que ce dernier ait fait +5 ou +15% une hausse des dividendes de 10% n'a pas le même sens...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :