Après le tollé, Groupama fait marche arrière à Marseille sur la garantie effondrement

 |   |  338  mots
L'effondrement de deux immeubles rue d'Aubagne à Marseille le 5 novembre dernier avait fait huit morts.
L'effondrement de deux immeubles rue d'Aubagne à Marseille le 5 novembre dernier avait fait huit morts. (Crédits : Jean-Paul Pelissier)
L'assureur, qui avait décidé de priver de garantie un immeuble situé en face de ceux dont l'écroulement a fait huit morts à Marseille, est revenu sur sa décision après l'intervention du ministre du Logement Julien Denormandie.

Un extrait du courrier de l'assureur, diffusé notamment par un conseiller municipal de Marseille, Bernard Payan, avait fait scandale sur les réseaux sociaux : Groupama avait informé le syndic d'un immeuble situé rue d'Aubagne à Marseille, en face des deux immeubles qui se sont effondrés le 5 novembre dernier (faisant huit morts) du "retrait de la garantie effondrement". L'assureur menaçait même de résilier le contrat en l'absence de réponse sous trois jours !

--

 --

Après la diffusion de ce courrier, le ministre du Logement Julien Denormandie s'était indigné sur son compte Twitter mercredi, qualifiant "d'inacceptable" la décision de Groupama.

--

--

"Compte tenu de l'émoi et des circonstances exceptionnelles", l'assureur a annoncé sur Twitter qu'il faisait marche arrière, "dans l'attente des expertises".

--

--

Son concurrent Allianz aurait de son côté décidé de résilier le contrat d'assurance d'un autre immeuble à proximité, "compte tenu de l'évacuation de l'immeuble....", selon un autre courrier diffusé par le même conseiller municipal.

L'effondrement des deux immeubles rue d'Aubagne le 5 novembre a plongé la cité phocéenne dans une crise sans précédent. Près de 200 immeubles insalubres ou délabrés ont été évacués depuis et plus de 1.500 habitants se sont retrouvés sans domicile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2018 à 8:10 :
Cette méthode me rappelle celle de Macron avec la réforme de la retraite et l assurance chômage. On paie pendant des années une assurance retraite et chômage et on va bientôt nous annoncer que l on réforme le système et qu il faut maintenant cotiser à des assurance privées car on doit faire des economies
a écrit le 06/12/2018 à 18:24 :
he ben quand ca s'ecroulera, groupama paiera, et refacturera ca dans les primes des imbeciles qui entretiennent leur immeuble!
ceux la ne font pas des tolles, et on ne leur demande pas leur avis.....
en economie on appelle ca ' alea moral'
les bons conducteurs qui n'ont pas d'accidents et s'assurent payent une prime pour que ceux qui n'en n'ont rien a foutre soient couverts en cas de problemes; exactement le meme phenomene
les gens corrects payent deux fois, et s'ils protestent, y a des tolles, et ils ont droit a des tombereaux d'insultes concernant leur intolerance
Réponse de le 06/12/2018 à 20:09 :
Pour le coup, l'immeuble était assuré. L'assureur n'a pas fait d'histoire au moment de toucher sa prime d'assurance. Il aurait pu s'inquiéter avant de signer du risque sur la zone.
Il ne l'a pas fait, il doit assumer ses risques jusqu'au terme. Maintenant, au terme du contrat, je suppose qu'il y regardera à deux fois pour faire une nouvelle offre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :