Climat : Axa étend ses "sacrifices" à sa filiale XL

 |   |  432  mots
Le PDG d'Axa Thomas Buberl.
Le PDG d'Axa Thomas Buberl. (Crédits : DR)
Thomas Buberl, le patron de l'assureur, a annoncé ce lundi que sa récente acquisition américaine, XL Group, appliquerait des restrictions d'investissements et de souscriptions de contrats dans le charbon et les sables bitumineux. Des "sacrifices" nécessaires a insisté le dirigeant lors de la table ronde mondiale sur la finance climat à Paris.

"Le climat est un sujet cher à notre coeur", a fait valoir Thomas Buberl, le directeur général du groupe Axa, ce lundi 26 novembre, lors d'une allocution à la table ronde mondiale sur la finance climat organisée à Paris par l'initiative Finance des Nations Unies pour l'environnement (UNEPFI). Un événement qui intervient juste avant le Climate Finance Day de mercredi. "Axa a été le premier à bouger dans le secteur, le premier grand assureur à annoncer des désinvestissements dans le charbon" a-t-il rappelé.

A la veille de la COP24, qui se tiendra à partir du 3 décembre à Katowice (Pologne), le dirigeant a annoncé que ses politiques climatiques seraient étendues à XL Group, le groupe américain (immatriculé aux Bermudes) spécialisé dans l'assurance dommages des grandes entreprises, dont il a finalisé il y a deux mois l'acquisition pour 12 milliards d'euros. "Nous allons assurer des usines, du transport par bateau, c'est exactement là que nous pouvons agir encore plus en tant qu'assureur" a-t-il plaidé.

"[La nouvelle division] Axa XL ne souscrira plus de contrats liés à la construction et à l'exploitation de centrales au charbon, de mines de charbon, d'activités d'extraction de sables bitumineux et pipelines associés, ou de forages en région Arctique", a expliqué Thomas Buberl. "Ce sera effectif en janvier 2020. C'est un effort significatif pour les équipes d'Axa, nous ne voulons pas seulement changer les tableurs, mais aussi les façons de penser."

Plus de 600 millions de désinvestissement

Les activités liées au tabac et aux "armes controversées" seront également écartées. L'ensemble de ces mesures se traduira par un renoncement à "plus de 100 millions d'euros de primes brutes émises" a précisé le groupe. Les clients concernés auront jusqu'au 1er janvier 2020 pour trouver un autre assureur. En revanche, cette restriction s'appliquera dès le 1er janvier 2019 pour les nouveaux contrats et clients. "De plus, Axa XL appliquera la politique d'exclusion d'investissements d'Axa, soit 660 millions d'euros de désinvestissement" a indiqué le groupe français dans un communiqué.

"Nous ne regrettons rien, même si ce sont des sacrifices business importants. C'est la direction dans laquelle nous devons aller" a estimé le patron d'Axa.

Axa a aussi annoncé son soutien à la Coalition pour l'ambition climatique (PSI Climate Ambition Coalition), lancée par les Principes des Nations Unies pour l'Assurance Responsable, qui entrera en vigueur en 2019. Les membres de cette coalition ne s'engageront pas seulement dans des actions de décarbonation des portefeuilles et pour la résilience climatique de leurs activités d'assurance et d'investissement, ils reverront également à la hausse leur ambition climatique, en ligne avec l'Accord de Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2018 à 19:58 :
Quand les actionnaires s'appercevront que leur entreprise perd pied par rapport à la concurrence, ils feront racheter AXA par leur filiale (aux Bermudes) et vireront le patron.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :