La Société Générale lance un avertissement sur résultats

 |  | 359 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La Société Générale a lancé ce mercredi matin dans un communiqué un avertissement sur ses résultats du quatrième trimestre. La banque a revu sa valorisation de produits à risque et passé une charge exceptionnelle de 1,4 milliard d'euros pour dépréciation d'actifs.

La Société Générale a annoncé ce mercredi que ses résultats du quatrième trimestre seraient inférieurs aux attentes du marché et seulement légèrement bénéficiaires en raison de 1,4 milliard d'euros de nouvelles dépréciations et de provisions sur ses actifs à risques. Le consensus des analystes tablait sur un bénéfice net de 959,75 millions d'euros pour le dernier trimestre 2009.

La banque indique dans un communiqué que "s'agissant des actifs à risque et prenant en compte les signaux contrastés provenant du marché immobilier résidentiel américain au quatrième trimestre, le groupe a décidé de durcir significativement ses hypothèses de valorisation de CDOs et de RMBS."

Les CDO (collateralized debt obligation) sont des structures de titrisation d'actifs financiers créées sur mesure par les banques à destination d'investisseurs, et qui regroupent en général des titres issus de 120 à 250 actifs différents pour un montant compris entre 1 et 2 milliards de dollars. Les RMBS (residential mortgage-backed securities) sont eux des titrisations de crédits hypothécaires. Dans les deux cas, il s'agit des produits qui ont connu les plus fortes chutes de cours lors de la crise financière liée aux subprimes, ces prêts immobiliers américains à risque sur lesquels ont été adossés des véhicules financiers comme ces CDO et RMBS. Ils sont en outre très difficiles à évaluer.

La deuxième banque française par la capitalisation boursière a également indiqué que le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) de sa banque de financement et d'investissement au quatrième trimestre devrait être en baisse par rapport au troisième trimestre 2009. Au troisième trimestre 2009, le groupe avait fait état d'un PNB de 1,76 milliard d'euros dans ce segment.

La Société générale a enfin annoncé qu'elle enregistrera une plus-value d'environ 600 millions d'euros en liaison avec la fusion de ses activités de gestion d'actifs avec celles du Crédit agricole au sein de la coentreprise Amundi. Pour 2010, elle dit envisager l'année "avec confiance". La banque publiera ses résultats définitifs le 18 février. L'action a clôturé mardi à 51,67 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2010 à 13:30 :
et les provisions n'avaient pas encore été passées pour un désastre de 2008. ça fait froid dans le dos
et combien de provision pour les bonus, messieurs les banquiers ???
a écrit le 13/01/2010 à 11:10 :
La SocGen prend acte de la faiblesse confirmée de la "reprise" du marché immobilier US, c'est tout à son honneur !
Et le marché immobilier Français, n'est-il pas à risque aussi ?
Ooops, non, il se porte au mieux, cf la FNAIM et consort !
C'est le moment d'acheter qu'ils disent !!!
En fait en cas de chute du marché immobilier Français (type US), les banques seront en première ligne pour en souffrir (des Md? de write-off sur des prêts à 20 ou 30ans devenus irréalistes).
Donc vive le status-quo.
Sauf que la nature a horreur du status-quo qui est un équilibre trop instable pour durer, la manipulation d'ayant qu'un effet limité dans le temps...
a écrit le 13/01/2010 à 10:28 :
Si ils en sont encore à passer des provisions, cela signifie que cela n'avait pas été fait (et de très loin) au creux de la vague. Alors comment peut on croire les banquiers quand à l'époque ils affirmaient qu'ils avaient provisionné tout ce qui devait l'être. Au tour des autres banques à présent de nous éclairer et de faire leurs annonces.
a écrit le 13/01/2010 à 8:44 :
encore la SOC GEN !!!!!!!!!!!!!

a écrit le 13/01/2010 à 8:38 :
Et la publication des résultats des crash tests des principales banques en Europe, c'est pour quand ?
a écrit le 13/01/2010 à 8:14 :
la societe generale est la seule banque qui ose déprécier ses actifs à risque, alors que les autres banques attendent de vendre ces mêmes titres pour les comptabiliser réellement.
Une fois épuré, la societe generale pourra afficher des bénéfices nets à sa hauteur.
a écrit le 13/01/2010 à 7:04 :
dormez,le marchant de sable est passé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :