La banque chinoise ICBC s'apprêterait à lever 5 milliards d'euros

 |   |  276  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La première banque mondiale par capitalisation, pourrait lever jusqu'à 6,6 milliards de dollars (5,2 milliards d'euros). L'objectif est notamment de s'aligner aux normes préconisées par la Commission de régulation bancaire chinoise.

Comme Bank of China avant elle, la première banque mondiale par sa capitalisation devrait faire appel aux marchés pour augmenter ses fonds propres. Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) pourrait lever jusqu'à 6,6 milliards de dollars (5,2 milliards d'euros) d'argent frais, selon le journal de Hong Kong Ming Pao mercredi.

Les banques chinoises dans la course aux fonds propres
Sollicitées par les autorités pour soutenir l'économie et le crédit, les banques chinoises sont désormais exposées à une érosion de leurs capitaux et de leur rentabilité. Elles tentent désormais de relever leurs fonds propres mis à mal par une politique de prêts à outrance encouragée par l'Etat en 2009. Le but est aussi de répondre à de nouvelles exigences de capital formulées par la Commission de régulation bancaire chinoise, la CBRC.

Ces projets de levées de fonds des géants bancaires chinois et les nombreuses introductions en Bourse ponctionnent les liquidités d'un marché déjà affaibli par les craintes liées au ralentissement de l'économie chinoise. Parmi les importantes levées de fonds, on retrouve l'introduction en Bourse géante réalisée mardi par Agricultural Bank of China (AgBank). Cette dernière va peser aussi sur les places boursières chinoises, dont les performances figurent parmi les plus mauvaises dans le monde cette année.

Toutefois, la mise à prix de l'IPO d'AgBank mardi soir n'a donné lieu à aucune mauvaise surprise et Pékin devrait souscrire massivement aux levées de fonds des autres établissements, ce qui devrait soulager les places chinoises et pourrait assurer des placements sans accroc, disent des analystes interrogés par Reuters.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :