La Banque postale et Dexia officialisent un accord de liquidité

 |   |  332  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Dexia et la Banque postale ont confirmé s'être mis d'accord sur les principes d'un accord de liquidité. Reste à en définir les modalités. Le groupe n'a en revanche ni confirmé, ni infirmé les informations parues ce jeudi matin dans le Figaro selon lesquelles l'achat d'obligations de Dexia s'élèverait à 3 milliards d'euros.

"Les principes d'un accord de liquidité entre les deux établissements (La Banque Postale et Dexia, ndr) ont été définis mais les modalités de mise en oeuvre sont en cours de finalisation et ne sont pas arrêtées", a déclaré ce jeudi après-midi un porte-parole de Dexia. "Cette coopération devra être évidement mutuellement profitable et se fera dans les conditions de marché", a -t-il ajouté, précisant que les modalités n'avaient pas encore été arrêtées.

Mais des informations du Figaro  faisant état d'un accord portant sur la souscription, par la Banque postale, à des émissions d'obligations sécurisées de Dexia pour un montant de 3 milliards d'euros, le porte-parole n'a pas souhaité faire le moindre commentaire.

"L'accord est intéressant dans son principe mais il faut encore connaître les modalités et les montants", souligne un analyste financier interrogé par Reuters qui n'a pas souhaité être nommé. Cela n'empêche pas l'action Dexia de gagner à 17h30 plus de 5% à la Bourse de Bruxelles, à 2,96 euros.

Cela fait depuis le mois d'octobre que les deux établissements discutent d'une éventuelle collaboration. La nature exactes des discussions autour de cette collaboration est toujours restée floue. Mais Dexia avait pour sa part exclu un rapprochement capitalistique avec La Banque postale.

Contrainte à une lourde restructuration après son sauvetage à l'automne 2008 en pleine crise financière, Dexia s'est engagée auprès de la Commission européenne à rééquilibrer son bilan pour être moins dépendante de ressources financières à court terme.  La banque peine toutefois à rassurer le marché, les investisseurs estimant que ses problèmes de refinancement sont loin d'être résolus, surtout pour sa filiale française Dexia Credit Local (DCL).  "Si on s'en tient au chiffre de trois milliards (d'euros - NDLR), cela va dans le bon sens mais cela ne résoudra pas les problèmes de funding (financement) de Dexia ", relève l'analyste financier.

En décembre, Dexia a recapitalisé DCL à hauteur de 640 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :