Le résultat trimestriel de BNP Paribas est supérieur aux attentes du marché

 |   |  344  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La banque française, qui a dégagé un bénéfice net en hausse de 14,6% au premier trimestre, a également confirmé son objectif d'un rendement des fonds propres de 15% à moyen terme. La banque déclare s'attendre a un impact "limité" de la restructuration de la dette souveraine grecque.

BNP Paribas a annoncé ce mercredi un résultat net en hausse de 14,6% au premier trimestre 2011, au-dessus des attentes, tant dans la banque de détail que dans la banque de financement et d'investissement. Cette performance a été possible grâce à un recul plus prononcé que prévu de ses provisions.

La deuxième banque de la zone euro par la capitalisation boursière, après Santander, a indiqué dans un communiqué avoir dégagé un bénéfice net de 2,616 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année. Le consensus réalisé par la rédaction de l'agence Reuters faisait ressortir un résultat net de 2,24 milliards d'euros. Les revenus de la banque ont progressé de 1,3% sur le trimestre tandis que ses provisions pour mauvaises créances reculent de plus de 30%.

BNP s'attend a un impact "limité"  de la restructuration de la dette souveraine grecque

BNP Paribas s'attend pour cette année à une baisse significative de ses provisions et table sur un niveau d'activité soutenu pour les prochains trimestres, a déclaré à l'agence Reuters son directeur général Baudouin Prot.

"Je m'attends à un niveau d'activité soutenu pour les prochains trimestres", a dit Baudouin Prot lors d'une interview. "Nous pensons vraiment qu'en 2011, le coût du risque au niveau du groupe sera significativement plus bas qu'en 2010."

"Le premier trimestre n'est pas une prévision pour l'année mais je pense qu'il est légitime de garder notre objectif de 15%", a-t-il ajouté à propos des prévisions de rendement des fonds propres de la banque.

Interrogé sur la croissance externe, la banque explique ne pas être dans une logique d'acquisitions. "Nous ne sommes pas dans une logique d'acquisitions. (...) Nous sommes très engagés dans la croissance organique", explique Baudouin Prot.

Le directeur général de BNP Paribas estime par ailleurs qu'une restructuration de la dette souveraine grecque, redoutée par les marchés, aurait un impact "limité" sur la banque. Il chiffre à 6,7 milliards d'euros l'exposition totale de BNP Paribas aux dettes souveraines de la Grèce, du Portugal et de l'Irlande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2011 à 5:54 :
L'organisme Eurostat vient de publier le palmarès des Etats Européens ayant le mieux supporter les plans d'aides aux banques soit par des prêts ou participation.Malgré tout ce qui a été dit et son contraire ,la France sort première pour avoir encaissé 2.4 milliards d'euros de bénéfice ,les banques ayant tout remboursés. Seul 50% des 27 pays Europééns engrange des bénéfices . Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde doivent être reconnu de part leur actions .Je me marre en me souvenant de tout ce qui avait été dit sur ce forum ,le dénigrement des personnes. Supprenant que la Tribune n'est pas passé cette info.
Réponse de le 05/05/2011 à 11:52 :
Le fameux sauvetage de l'euro a été réalisé (attendons d'ailleurs car la question n'est pas close) grâce à des dérogations multiples aux principes et règles de la BCE. Sans les rachat massifs de créances de la BCE et l'injection de liquidités sans limite, les banques françaises sombraient. Donc on a fait prendre à la BCE donc à tous les européens des risques très élevés sans le dire explicitement, et deuxièmement on n'a pas fait payer aux banques le bon prix, l'Etat français aurait dû prendre à l'occasion de la crise, 30%, 40% ou plus du capital des banques à l'occasion des fonds que l'Etat y a mis en ensuite vendre ces actions sur le marché, là on aurait vu une bonne gestion qui aurrait rapporter à l'Etat plusieurs dizaines de milliards d'euros en rémunération juste du risque prix. Donc la France a tout faux.
Réponse de le 05/05/2011 à 17:35 :
L'Etat Français pouvait aussi faire comme l'Irlande perdre 16 milliards dont les contribuables Irlandais vont payer. Vous n'avez pas compris mes propos je ne parlais pas du sauvetage de l'euro ,aussi cela m'amène a me poser des questions sur le fameux...............et la qualité de ces lunettes.
a écrit le 04/05/2011 à 20:08 :
Par politesse et modestement sur la page d'accueil de la tribune on parle de grève le 5 avril il me semble que la date du 5 mai vonviendrait mieux bonne soirée
a écrit le 04/05/2011 à 17:42 :
« Baudouin Prot chiffre à 6,7 milliards d'euros l'exposition totale BNP Paribas aux dettes souveraines de la Grèce, du Portugal et de l'Irlande ».

Selon la BRI (banque des règlements internationaux ): debut de l'année 2011, les établissements tricolores sont en effet les plus exposés au risque souverains : au total, il détiendraient 493 milliards d?euros de créances sur les Pigs (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne ) .

Donc, si j?ai compris, la société générale, le crédit agricole, banque populaire -caisse d?épargne, et dexia, sont exposées aux dettes des pigs à hauteur de 486.5 milliard d?euro.

Ou bien la BCE a racheté aux banques francaises une grande partie les dettes des pigs.

Il manquerait que les autres banques tricolores annoncent un même montant d?exposition aux dettes des pigs ! !

il doit y avoir encore des cadavres cahcées dans les banques francaise !

a écrit le 04/05/2011 à 16:55 :
Ouf je suis soulagé, je me faisais tant de soucis pour ces malheureux financiers et leurs collègues pétroliers !
Réponse de le 04/05/2011 à 21:55 :
c'est vrai que les temps sont durs ^^
a écrit le 04/05/2011 à 13:17 :
avant ou après provision sur les risques souverains et sur les risques bancaires des pays en difficulté (malgré la forte baisse de l'exposition des banques françaises sur ces pays et ces banques grâce à l'admirable bonté de la BCE)?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :