L'incertitude italienne fait peur aux marchés

Les Bourses européennes ont ouvert en forte baisse mardi matin, au lendemain des résultats des élections italiennes. Les taux italiens et espagnols remontent.

3 mn

La Bourse de Milan / Copyright Reuters
La Bourse de Milan / Copyright Reuters

La Bourse de Milan, qui avait ouvert en baisse de 1,52%, mardi matin, au lendemain des élections italiennes, perdait 5% à 9h30. En début d'après-midi, le FTSE évoluait toujours en dessous de -4%.

La crainte gagne toute l?Europe : Madrid a ouvert sur un plongeon de 3,78% et restait sous la barre des -2,5% en début d'après-midi. Le Dax, à Francfort, a ouvert en baisse de 2%, Londres de 1,40% et Paris chutait de 2,79%. Le CAC 40 baissait de 1,88% en début d'après-midi. Au coeur de l'indice parisien, le secteur bancaire souffrait le plus, avec des baisses entre 5,5% et 6%. L'indice EuroStoxx 50 des grandes valeurs de la zone euro perdait 1,19% peu après l?ouverture.

Dans la nuit, l'Asie avait donné le ton, avec de fortes baisses sur quasiment toutes les places financières régionales. Tokyo a chuté de 2,26%, Hong Kong a perdu 1,32% et Shanghai, d'ordinaire indifférente aux événements extérieurs à l'Asie, a reculé de 1,40%. A Wall Street, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones avait perdu lundi 1,54%, tandis que le Nasdaq, qui regroupe les valeurs technologiques, avait lâché 1,44%.

Les capitaux fuits les dettes italiennes et espagnoles

Du coté des dettes des Etats, le rendement des emprunts d'Etat italiens à 10 ans se tend de 47 points de base à 4,86% et celui de la dette espagnole de 37 points de base à 5,5%. Les taux espagnols se sont légèrement détendus dans la journée, à 5,33%. Alors que le rendement allemand (Bund) se détend de 10 points de base, à 1,47% et celui de l'OAT française se détend de 3 points de base à 2,20%.

L'euro est passé sous 1,31 dollar et s'échange autour 1,3070 dollar.

Instabilité gouvernementale en Italie

Les investisseurs redoutent une instabilité gouvernementale en Italie, en récession et lourdement endettée - plus de 120% du PIB. La troisième économie de la zone euro se retrouve en effet dans une impasse à l'issue des élections législatives de dimanche et lundi. La coalition de la gauche italienne menée par Pier Luigi Bersani a certes obtenu une majorité de sièges à la Chambre des députés. Mais, au Sénat, la droite disposerait de plus de sièges. Aucune majorité claire ne se dégage, même en cas d'une hypothétique alliance entre la gauche et le centre emmené par le chef du gouvernement sortant et ex Commissaire européen Mario Monti.

"S'il se confirme que l'Italie est en situation de blocage politique, les mouvements de vente pourraient s'intensifier sur le marché et la zone euro pourrait peut-être replonger dans une période d'instabilité", a prévenu, à l'AFP, Ben May, analyste chez Capital Economics à Tokyo.

Pour Chris Weston chez IG, "Ce scrutin est surtout un revers cinglant pour les politiques d'austérité menées dans certains pays européens" et pourrait les remettre en cause.

"Plus qu'un risque 'Berlusconi', ces résultats des élections italiennes donnent l'image d'un pays ingouvernable, sans majorité stable. Les futures réformes sont clairement compromises", résumait Christian Parisot, économiste chez Aurel BGC.

 >> LIRE AUSSI Explosion des populismes et instabilité politique... le désarroi des Italiens face à l'austérité

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 60
à écrit le 26/02/2013 à 16:01
Signaler
Bien goinfrés sur les dettes d?états qui n'avaient plus le droit de battre monnaie..y zont comme un doute là....car y a kom un hic nationalo...natonaliste

à écrit le 26/02/2013 à 15:24
Signaler
En tant qu'allemand et fonctionnaire je me dis que pour le moment, grâce a nôtre excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne et ceci depuis plus de 10 ans, nous profitons plus que quiconque de l'UE et de l'Union Monétaire, ...

le 26/02/2013 à 19:59
Signaler
Cynisme bien mal placé, mon pauvre vieux !

à écrit le 26/02/2013 à 14:25
Signaler
Je pose une question s'adressant aux médias faisant suite aux éléctions Italienne. Le peuple a parlé et lancé un message très clair. A présent pourrait on leur demander d'embrayer et de se faire le porte voix de l'opinion publique excédée? Esperons l...

à écrit le 26/02/2013 à 14:10
Signaler
POPULISME à la française ; " mon seul adversaire c'est le monde de la finance". " je renégocierai le Pacte budgétaire". "j' ai obtenu un volet croissance". ...

à écrit le 26/02/2013 à 14:02
Signaler
Moi je pense que le pape savait par des sondages qu il allait avor des problémes dans son pays et qu il voulait prier pour que cela ne se passe pas mais je vois qu il s en pris trop tard les dés etaient jetés et que maintenant il fallait remettre le ...

le 26/02/2013 à 16:37
Signaler
10 ans de droite = plus 800 milliards d'?uros de dette qu'il faut rembourser maintenant.... C'est très facile de ne pas augmenter les impôts en les substituants par de la dette pour nos enfants et petits enfants....La dette au niveau laissée par la d...

le 26/02/2013 à 20:11
Signaler
+1 La politique de Chirac puis de Sarkozy a été d'augmenter les dépenses pour se faire bien voir, de se faire élire sur la réduction d'impôts pour arriver au pouvoir...et de creuser la dette silencieusement. Ce sont des impôts avec en plus des inté...

à écrit le 26/02/2013 à 13:52
Signaler
"Les capitaux fuits les dettes italiennes et espagnoles". L'orthographe est, elle aussi, en fuite.

le 26/02/2013 à 14:43
Signaler
ta qu'à ty fer!

le 26/02/2013 à 20:01
Signaler
ci té pa comptant, cé parreille !

le 28/02/2013 à 17:38
Signaler
Les capito fuit les detes italienne et espaniole. Contant ?

à écrit le 26/02/2013 à 13:47
Signaler
tous ces commentaires systématiques contre l?austérité (laquelle pour les fonctionnaires ?) me font rire et après, qui va vous prêter de l?argent et à quel taux ? Si vous voulez dire et faire ce que vous voulez, il faut d?abord se rendre libre de tou...

le 26/02/2013 à 14:59
Signaler
"qui va vous prêter de l'argent et à quel taux ?" Si vous vivez au-dessus de vos faibles moyens et que vous n'avez pas assez d'argent que pour emprunter à bon compte, ne vous étonnez pas de devoir mendier ou de subir des taux usuraires. Arrêtez de ...

le 26/02/2013 à 15:23
Signaler
Vivre au dessus de vos moyens n'est pas bien, mais vivre en dessous de vos besoins c'est pire!

à écrit le 26/02/2013 à 13:34
Signaler
Quand est ce que les politiques européens vont enfin s'interroger sur le rôle de l'euro-mark, la monnaie qui tue tous les pays européens (à l'exception de l?Allemagne pour qui elle est une bénédiction), dans cette spirale infernale dans laquelle est ...

le 26/02/2013 à 14:17
Signaler
Trop facile hein? L'euro a bon dos.....

le 26/02/2013 à 16:44
Signaler
Passer de 1,31 à 1,30 ce n'est pas une baisse...!! Le $, la £, le Yen, et la monnaie chinoise jouent la baisse de leurs monnaires.....!! et très heureux que les Allemands veulent un ?uro fort qui plombe nos exportations (pas les leurs....!!)

à écrit le 26/02/2013 à 13:21
Signaler
l'austérité pour qui LES CLASSES MOYENNES ex en gréce on ne touche pas à l'église tres riche, aux armateurs en france meme probleme,on ne touche pas aux élus, aux fonctionnaires a france télévision,aux intermiitants du spectacle seul le privé moyen e...

le 26/02/2013 à 14:30
Signaler
Parce que c'est le jeu des classes riches que de monter les pauvres contre les classes moyennes...pas bête!. Karl Marx disait que les riches sont toujours prêts à faire payer les bourgeois s'il le faut .... sont c.. les bourgeois... plus c'est vieux,...

à écrit le 26/02/2013 à 13:13
Signaler
Les Italiens ont eu un courage que bien d'autres peuples européens n'ont pas eu : celui de bouter hors du jeu une taupe de Goldman Sachs (Monti), de refuser une politique d'austérité aussi inutile et absurde que génocidaire, de s'élever contre une zo...

le 26/02/2013 à 14:19
Signaler
+1, je partage votre point de vu. Un signal fort vient d'être lancé par les Italiens cette fois ci, de manière on ne peut plus démocrative, comme pour faire un pied de nez aux methodes employées pour imposer Monti et sa vision du monde. Avant eux les...

le 26/02/2013 à 15:29
Signaler
vous devriez poser votre candidature comme conseiller du futur gouvernement italien , il aura besoin de gens de votre trempe! pour redresser les finances de son pays : un ministre africain disait: "L'année dernière nous étions au bord du gouffre et...

le 26/02/2013 à 20:03
Signaler
Les Italiens, ont ce que beaucoup de Français n'ont plus : des C..ILLES !!!!

à écrit le 26/02/2013 à 12:57
Signaler
Quand il y a une difficulté, l'humain se replie et rare sont ceux qui n'ont pas peur d'être déçus.

le 26/02/2013 à 14:31
Signaler
Et ça ne changera JAMAIS

à écrit le 26/02/2013 à 12:38
Signaler
La situation politique italienne vient à point nommé pour illustrer l'impasse de la stratégie de désendettement qui est poursuivie et qui est on ne peut plus clairement rejetée dans les urnes après l'avoir été dans les rues grecques, portugaises et e...

à écrit le 26/02/2013 à 12:36
Signaler
L'inflation peut nous tirer de ce pas .... mais Angela ne l'entend pas de cette oreille ! (pour les pays cigales).... imaginer le tour de France .... chacun vient avec son vélo certains fait de bric et de ...

à écrit le 26/02/2013 à 12:35
Signaler
Il faut scinder l'Euro : Nord et Sud. Certains pays ne peuvent plus supporter une monnaie aussi forte surtout que la disparité entres systèmes économiques ne cesse de se creuser.

le 26/02/2013 à 13:43
Signaler
+1000

le 26/02/2013 à 15:55
Signaler
@ Gilles1, l'Europe est celle qu'elle est, il faut donc adapter les système à la réalité. Scinder l'Europe ne veut rien dire, puisqu'il n'y a pas encore d'Europe Unie. Pour le moment l'Europe s'est une réserve pour les exportations allemandes, c'est ...

à écrit le 26/02/2013 à 12:24
Signaler
les marchés au sens du vulgus, ceux de la "spéculation", adorent la volatilité, les écarts importants..une petite secousse italienne génèrera beaucoup de profits..les médias participent à cette agitation, car très sincèrement, on va nous expliquer qu...

à écrit le 26/02/2013 à 12:23
Signaler
guérilla à venir entre le travail et le capital .... au niveau mondial ! (les deux sont liés)

à écrit le 26/02/2013 à 12:19
Signaler
Un peuple qui a donné à l'Europe tant de génies et de créateurs ne peut durablement être dirigé par un expert comptable de Goldman Sachs!

le 26/02/2013 à 15:16
Signaler
Et pourtant ce sont les comptables qui ménent le monde , les pays , les entreprises ; les comptables d'excellents kapos ....Antoine de St Exupéry en 1944 "Je hais ce monde de comptables à venir..."

le 26/02/2013 à 16:00
Signaler
En attendant, le comptable s'est fait renvoyer dans ses foyers à coups de pompes dans le train par le peuple italien !

à écrit le 26/02/2013 à 11:58
Signaler
L'austérité à marche forcée est le meilleur vecteur des extrémismes.

le 26/02/2013 à 12:36
Signaler
+1 !

le 26/02/2013 à 12:52
Signaler
les italiens ont rejeté les partis traditionnels ils se tournent vers les partis comme Coluche voila ou les politiques les ont mené au chaos et au desastre bientot au tour de la France .........................ce sont les politiques responsables de c...

le 26/02/2013 à 12:56
Signaler
En quoi les eurosceptiques seraient extrêmistes ?

le 26/02/2013 à 13:18
Signaler
Le surendettement qui va mener à la faillite c'est mieux?

le 26/02/2013 à 14:11
Signaler
Loin de moi cette idée!

le 26/02/2013 à 14:25
Signaler
L'endettement (1800 milliards pour la France) ce sont des intérêts (1400 milliards depuis 73). La solution pour en sortir est évidente.

le 26/02/2013 à 16:01
Signaler
La faillite des créanciers vous voulez dire ? Exact !

à écrit le 26/02/2013 à 11:17
Signaler
La limite du système des partis: chacun dans sa vérité, résistant autant que faire se peut à gouverner avec d'autres, entrainant un pays dans un blocage dans sa gestion quotidienne - ne parlons pas dans ces choix stratégiques... C'est l'mmense stupid...

le 26/02/2013 à 14:29
Signaler
On pourrait commencer par proposer la possibilité d'abreger le mandat d'un député ou d'un sénateur dans le cas ou il ne donnerait pas satisfaction en terme d'engagement de travail mais également éthique...

à écrit le 26/02/2013 à 11:17
Signaler
Rien d'extraordinaire puiuqe toute la clsse politique européenne et les technocrates de Bruxelles vivent sur une autre planète Europe. Le maqnue de vision commune de l'Europe fait que ce continet s'amuse à se faire peur. Le dernier sommet sur le budg...

à écrit le 26/02/2013 à 11:15
Signaler
Et l'incertitude de notre gouvernement, ne fait elle pas peur aux Françaus ?

le 26/02/2013 à 12:58
Signaler
On se calme: c'est pas le bout du monde. Il va y avoir de nouvelles choses et qui nous surprendront.

à écrit le 26/02/2013 à 11:06
Signaler
ceci est le fruit des politiques ultralibéralistes Européenne soutenues par l'Allemangne et L'Angleterre plongeant tous lespays de la zone Euro dans la misère avec Austérité et recession. 2014 gare; la France pourrait elle aussi en faire les frais av...

le 26/02/2013 à 12:29
Signaler
on ne peut pas vivre à crédit éternellement ! (à moins que vous avez la recette)

le 26/02/2013 à 14:00
Signaler
si la loi Rotschild de 1973 n'avait pas existé on ne serait pas là!!! La dette ! Quelle dette?

le 26/02/2013 à 14:27
Signaler
Ultra-liberaliste???????? A quel moment? A quel endroit?. La finance maitre du jeu???? A quel moment, a quel endroit???

le 26/02/2013 à 15:26
Signaler
+1000. Dette française 1800 mds, intérêts depuis 1973 1400 mds. Merci Rotchild qui disait un jour : "Permettez-moi d?émettre et de contrôler les ressources monétaires d?un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois". Et Maurice Allais, notre seu...

le 26/02/2013 à 16:52
Signaler
En effet, les banques créées de la monnaie ex-nihilo. Mais sachez que 80% de cette monnaie de singe est allouée aux dettes des états en zone euro... Donc, qui est le fautif? Les états qui demandent cette dettes.... Et contrairement aux USA, les banqu...

à écrit le 26/02/2013 à 10:51
Signaler
C'est précisément l?opinion publique, le "peuple", qui vient d?opérer son retour triomphal en Italie, sous la forme du "non-parti" Cinque Stelle (Beppe Grillo), qui vient de dire Non au front unifié du "plus ça change, plus c'est la même chose", cons...

à écrit le 26/02/2013 à 10:35
Signaler
La "bien-pensance"conformiste des politiquement correct et pensée unique, pourra relever que, le plus naturellement du monde, les activités spéculatives ou virtuelles ont le parcours le plus heurté. La principale incertitude est en fait dans la capac...

à écrit le 26/02/2013 à 9:57
Signaler
Peur aux marchés c'est beaucoup dire, puisqu'elles jouen(t justement sur cette peur pour faire son "beurre"! Mais, en tout cas, cela ravie les européistes qui pratique le chaos pour construire "leur europe", le diviser pour mieux régner, pour imposer...

à écrit le 26/02/2013 à 9:51
Signaler
Ah bon je croyais que les marchés n'avaient peur de rien.

le 26/02/2013 à 12:08
Signaler
Hier il en etait dejà question hier il faut suivre les informations

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.