Même empêtrée dans les litiges, Deutsche Bank a multiplié par quatre son bénéfice en 2013

 |   |  321  mots
Deutsche Bank a dépensé 2,5 milliards d'euros pour solder différents litiges.
Deutsche Bank a dépensé 2,5 milliards d'euros pour solder différents litiges. (Crédits : Reuters)
Impliquée dans le scandale du Libor, la première banque allemande a dû débourser 2,5 milliards d'euros en 2013 pour solder divers litiges. Ce qui ne l'a pas empêchée de multiplier par près de 4 son bénéfice net annuel, à 1,08 milliard d'euros.

La Deutsche Bank a multiplié par près de quatre son bénéfice net en 2013 malgré une lourde perte nette au quatrième trimestre, à cause de charges exceptionnelles conséquentes. En 2012, le bénéfice net de la banque avait fondu à 315 millions d'euros. Ces chiffres, publiés dimanche soir - ce qui est inhabituel - sont des données préliminaires.

"L'année 2013 a été la deuxième de suite au cours de laquelle nous avons investi dans la croissance future (...) et nous sommes confrontés aux probèmes hérités du passé, ces facteurs ont eu des conséquences sur nos résultats financiers", ont commenté dans le communiqué les deux patrons de la banque, Anshu Jain et Jürgen Fitschen.

Pluie de plaintes

Le groupe fait l'objet d'une pluie de plaintes et enquêtes judiciaires, que ce soit aux Etats-Unis pour ses activités passées dans les crédits hypothécaires ou en Europe sur des soupçons de manipulation du taux interbancaire Libor ou encore de fraude fiscale sur le marché des droits à polluer. Juste avant Noël il a accepté de payer 1,4 milliard d'euros pour mettre fin à une partie des poursuites aux Etat-Unis. A fin 2013 elle avait constitué 2,3 milliards d'euros de provisions pour faire face à de nouvelles charges à ce titre.

Malgré un bénéfice net en hausse, les revenus de la banque sur l'année ont légèrement reculé, à 31,9 milliards d'euros, du fait principalement d'une baisse dans la division banque d'affaires, la plus grosse du groupe.

"Nous sommes néanmoins confiants d'atteindre nos objectifs pour 2015", ont poursuivi les dirigeants de Deutsche Bank. Parmi ceux-ci figure l'engagement de réduire de manière substantielle la taille du bilan de la banque. Au 31 décembre 2013 celui-ci représentait 1.100 miliards d'euros, un recul de 11% par rapport à fin 2012. Deutsche Bank prévoit toujours de publier ses chiffres définitifs et son rapport annuel le 20 mars prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2014 à 13:58 :
A creuser car la Grèce n'a aucune chance de rembourser ses dettes. il est vrai que la BCE rachète celles-ci pour sauver les banques européennes bien chargées.
a écrit le 20/01/2014 à 10:28 :
Déduction évidente : ça jute un max ; la banque de l'ombre et des produits douteux est fantastique.
a écrit le 20/01/2014 à 9:58 :
On voit bien ici à qui profite la politique de Mme Merkel .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :