Les traders de la City bientôt privés de "chats" à cause du Libor

 |   |  185  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plusieurs banques outre-Manche envisagent d'interdire l'accès aux messageries instantanées, les "chat rooms", à leurs traders. Le but est d'éviter de se faire épingler pour collusion ou manipulation des marchés par les gendarmes boursiers.

Le scandale du Libor est passé par là. Afin d'éviter de nouvelles pénalités pouvant atteindre des milliards d'euros, de grandes banques d'affaires comme Barclays, JPMorgan Chase, Credit Suisse Group et Citigroup prévoient d'interdire à leurs traders la connexion aux "chat rooms". Chez JPMorgan, la direction réfléchirait à un moyen de revenir aux communications téléphoniques ou par mail, selon le Wall Street Journal. 

"The Cartel" au cœur du scandal du Libor

 Les traders et leurs clients se connectent à ces forums de messagerie instantanées à connexion multilatérale notamment via le terminal fourni par l'agence Bloomberg.  L'un des "chat rooms" au cœur de l'enquête sur la manipulation des taux de change est baptisé "the Cartel"  selon le quotidien financier new-yorkais. C'est là que certaines informations confidentielles auraient transité.

Plusieurs milliards de pénalités

Les pénalités imposées par les autorités de régulation boursière à cinq banques pour sanctionner les manipulation du Libor atteignent déjà 2,6 milliards d'euros. En Europe, de nouvelles sanctions sont attendues qui pourraient grimper jusqu'à un milliard d'euros par établissement. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2013 à 13:57 :
C'est étonnant, au bas mot, d'apprendre que des concurrents peuvent chatter entre eux... Qd je pense aux industriels qui sont obligés d'aller se planquer sur des terrains de golf en camapgne pour discuter alors qu'un simple logiciel de messagerie fait l'affaire.

Il doit être conséquent ce sentiment d'impunité pour détourner aussi ouvertement la loi.
Réponse de le 12/11/2013 à 14:16 :
Mais non pas de panique Monsieur ! C est un petit monde où les gens se connaissent entre eux et ces chats ne servent pas à formenter des complots :)

Par exemple vous avez des chats pour français ou bien des chat room pour des gens de telle ou telle école ou encore une qui sert à s échanger des billets de train pour le retour à Paris du week end

Le logiciel de messagerie au contraire est plus facile à pirater au besoin, là ils passent par un service d info financiere dont le nom comment par Bloom... qui assure donc cette sécurité, sa réputation et les contrats qu ils ont avec toutes ces banques en assurant la fiabilité. De plus cela leur permet de chatter et dans le même temps de garder les yeux rivés sur les marchés.

Un sentiment d impunité peut exister mais pas de ce côté là. Et il n est pas automatique non plus vous avez plein de gens qui bossent à la City tout en sachant ou en se demandant si les choses tournent correctement
a écrit le 12/11/2013 à 13:57 :
C'est étonnant, au bas mot, d'apprendre que des concurrents peuvent chatter entre eux... Qd je pense aux industriels qui sont obligés d'aller se planquer sur des terrains de golf en camapgne pour discuter alors qu'un simple logiciel de messagerie fait l'affaire.

Il doit être conséquent ce sentiment d'impunité pour détourner aussi ouvertement la loi.
a écrit le 12/11/2013 à 11:49 :
A quand les classeurs sur les bureaux pour éviter de copier sur son voisin? Les salles de marché ressemblent de plus en plus à des classes d'élèves indisciplinés. Il ne serait pas inintéressant de connaître l'âge médian d'un trader.
a écrit le 12/11/2013 à 11:12 :
Ils utiliseront des pigeons ....
a écrit le 12/11/2013 à 9:51 :
Un des mérites de l'espionnage des communications en ligne est bien de montrer aujourd'hui comment la grande crise financière a été provoquée par la collusion des traders et la manipulation des marchés dans le but d'augmenter les profits des banques et les bonus.
Réponse de le 12/11/2013 à 10:44 :
Il me semble que vous fassiez fausse route. Car si tel avait été le cas, il y a longtemps que nous le saurions, de même que nombre de nos responsables auraient été épinglés pour délits d'initiés et autres concussions. Regardez la période concernée. Ce n'est que sous la pression de révélations déjà publiques ou de données elles-mêmes publiques par nature que le pot aux roses a été "découvert".
Enfin, il suffit de voir le nombre de problèmes qu'ont obstinément refusé de traiter les différents organes de contrôle pour comprendre que tout cela n'est pas aussi simple que vous semblez le croire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :