Banque de France : feu vert du Parlement pour Villeroy de Galhau

 |   |  281  mots
La candidature de l'ancien dirigeant de la BNP Paribas, proposée par François Hollande, a été approuvée par l'institution politique.

La polémique ne l'aura pas empêché d'accéder au poste. Le Parlement français a donné, mardi 29 septembre, son feu vert à la nomination de François Villeroy de Galhau aux fonctions de gouverneur de la Banque de France, a-t-on appris de sources parlementaires.

25 voix à la commission des Finances du Sénat pour l'énarque

Proposée par François Hollande, le 8 septembre, la nomination de l'énarque devait être avalisée par les commissions compétentes de l'Assemblée et du Sénat. L'addition des votes négatifs dans chaque commission devait représenter au moins trois cinquièmes des suffrages exprimés pour bloquer la nomination.

En ce qui concerne le commission des Finances de l'Assemblée, le candidat pressenti a obtenu 34 voix pour, 8 contre et un vote blanc. A la commission des Finances du Sénat, il a recueilli 25 voix pour, 5 voix contre et 2 blancs.

Le choix controversé d'un ex dirigeant de la BNP Paribas

Ce choix d'un ancien banquier, même si  François Villeroy de Galhau a fait une longue carrière de haut fonctionnaire, a suscité une vive polémique. En effet, celui-ci a dirigé la BNP Paribas pendant près de quatre ans, de décembre 2011 jusqu'au 1er mai 2015. Dans une tribune publiée mi-septembre dans Le Monde, près de 150 économistes, dont Thomas Piketty, ont ainsi demandé aux parlementaires de rejeter cette nomination au nom des risques de conflits d'intérêt.

A l'inverse, trois anciens gouverneurs de la Banque de France,Jean-Claude Trichet, Jacques de Larosière et Michel Camdessus ont défendu sa candidature dans une lettre publiée sur le site du quotidien Les Echos, lundi 28 septembre.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2015 à 17:23 :
Il a beau écrire des pamphlets et mobiliser ses amis gauchistes, il n'est même pas écouté par le gras timonier...
a écrit le 02/10/2015 à 2:31 :
Aïe ? Là, je sens que le modé sature ? En effet, il y aurait comme une panne
dans la parution des post ? Une indigestion peut-être ? Une saturation énarquienne peut-être ? Ah ! Je comprendrais ? Moi même, j'ai de l'urticaire en les voyant
en si grand nombre ? Courage, il faut s'habituer ? Ça à lair qu'ils se reproduisent
en nombre de plus en plus grand ? Ce serait du à l'éruption de l'hollandomanie ?
Et ce serait "transmis-cible" verbalement dites donc ? Un des symptômes est d'ailleurs visible sur la photo du sus dit ? C'est la béatitude ? Tout les sphincters
sont en transe ? Remarquez l'air extasié du sujet ? Étonnant non ?
a écrit le 30/09/2015 à 23:28 :
Il faut passer le karcher , pas dans les cités mais à l'élysée ... car ces parachutages sont dignes des régimes communistes .
a écrit le 30/09/2015 à 21:24 :
Une nomination en "renvoi" d'ascenseur; Les énarques cooptent les énarques et tout ce joli monde se promeut congratule et vit tranquille à la solde des ceux qui paient.
Ce quasi népotisme de caste est bien révélateur de pratiques très "ancien régime" et choquantes pour un électorat déboussolé par cette étiquette qu'est devenu "le socialisme".
Vidé de sa substantifique moelle, mis au clou par noyade de la notion de "lutte" et tout un pan de nos citoyens ne se reconnaissant lus dans ce qui apparaît comme un copinage, ne se cachant même plus.
la France devient plus compétitive...pour ceux qui n'ont eu d'autre compétition de que de gérer la danse des fauteuils en Or...Or de la République...
a écrit le 30/09/2015 à 18:22 :
Parmi nos élus, il y a 13 votes contre pour 72 votants (les nuls ne comptent pas) donc une minorité de 18 %. Que les économistes de salon valorisent restent leurs théories fumeuses dans leur facs préférées et surtout s'occupent de leurs affaires.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :