François Villeroy de Galhau, prochain gouverneur de la Banque de France ?

 |   |  528  mots
Actuel directeur général délégué de BNP Paribas, François Villeroy de Galhau quittera son poste le 1er mai. Il a été chargé par le gouvernement de s'occuper d'une mission sur le financement de l'investissement. Cet énarque est un habitué des gouvernements de gauche puisqu'il a notamment travaillé avec le Premier ministre Pierre Bérégovoy et Dominique Strauss-Kahn, alors ministre de l'Économie.

Un retour aux sources en somme. François Villeroy de Galhau, actuel directeur général délégué de BNP Paribas, va démissionner de ses fonctions au sein de la banque. Il se voit confier par le gouvernement une mission sur le financement de l'investissement, a annoncé mardi 21 avril Matignon.

Selon les informations du quotidien économique Les Echos, le nom de François Villeroy de Galhau est cité pour devenir le prochain gouverneur de la Banque de France en novembre, en remplacement de Christian Noyer, dont le mandat s'achève en octobre parce qu'il aura atteint l'âge légal.

En tout cas la banque "confirme son départ au 1er mai", indiqué à l'AFP une porte-parole de BNP Paribas, l'un des plus gros établissements bancaires européens.

Ancien directeur de cabinet de DSK et conseiller de Bérégovoy

Diplômé de l'Ecole Polytechnique, François Villeroy de Galhau, 56 ans, avait été nommé directeur général délégué de BNP Paribas en décembre 2011. Membre du conseil de surveillance du Groupe Bayard Presse et de celui de Villeroy et Boch AG, il a notamment enseigné l'économie à Sciences Po Paris de 1996 à 2005.

Sa première expérience avec le gouvernement remonte à 1990, où il était notamment conseiller européen de Pierre Bérégovoy, d'abord ministre des Finances puis Premier ministre. L'aventure durera trois ans. On le retrouve quelques années plus tard, au ministère de l'Économie et des Finances en tant que directeur de cabinet de Dominique Strauss-Kahn (1997-1999) puis de Christian Sautter (1999-2000).

Après ces passages au gouvernement, cet énarque décide de se tourner vers le privé et rejoint BNP Paribas. Cetelem, filiale dédiée au crédit à la consommation du groupe, est sa porte d'entrée et pas des moindres : il y sera entre PDG entre 2003 et 2008, avant d'être promu à d'autres fonctions. Son nom avait par ailleurs été évoqué par la presse en septembre 2012 pour prendre la tête de BPI France puis à nouveau fin 2013 pour prendre la direction du Trésor.

En janvier 2015, invité de l'émission "Face aux chrétiens" de La Croix, François Villeroy de Galhau avait apporté son soutien à la loi Macron, qui "essaye de donner davantage de chances à ceux qui en ont le moins" soulignant toutefois qu'elle n'allait "pas régler l'ensemble des problèmes de l'économie française". Il avait également soutenu le pacte de responsabilité, tout juste entré en vigueur.

Surveiller les décisions d'investissement des entreprises

Cette nomination est la suite des mesures pour l'investissement annoncées le 8 avril par le Premier ministre. La mission d'intérêt général visera à "s'assurer que la baisse des taux d'intérêt bénéficie au mieux à l'ensemble des entreprises françaises et européennes" et à "favoriser en Europe une approche intégrée et efficace des besoins de financement", est-il précisé dans le communiqué.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé le 8 avril diverses mesures de soutien à l'investissement, privé comme public, dont un coup de pouce fiscal de 2,5 milliards d'euros sur cinq ans pour les entreprises qui investissent dans des équipements industriels.

(L. P. avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2015 à 12:13 :
Ils lancent des dispositifs merdique chez Bnpp qui vont faire bien du mal a la boîte, et pour ne surtout pas voir les horribles résultats ils s'en va avant!!! Bravo monsieur! Vous ne servez a rien
a écrit le 22/04/2015 à 9:53 :
La BdF super planque : régime de retraite aux petits oignons, avantages sociaux en tous genres, congés et RTT a gogo, emploie a vie. Sur une autre planète je vous dis...
a écrit le 22/04/2015 à 9:48 :
Un banquier qui devient chef banquier (dans une institution dont on se demande à quoi elle sert encore) et avec des émoluments mirifiques. C'est beau la république des copains!!!!!!!
a écrit le 22/04/2015 à 9:28 :
Moi qui croyais que le prochain gouverneur de la BDF viendrait du petit peuple. Encore raté.
a écrit le 21/04/2015 à 22:51 :
Encore un poste qui ne sert à rien pour un copain.
Avec à la clef un appartement à vie sur le Palais Royal...
a écrit le 21/04/2015 à 21:57 :
Le reflet même de la collusion entre le pouvoir et la finance. Où est le fameux discours du Bourget !!!
Il est vrai qu'il est difficile de cracher dans la main qui les nourrit, on ne peut faire de la dette et mettre au pas la finance
a écrit le 21/04/2015 à 20:05 :
On se doutait bien que Hollande allait nommer un copain et pas Sarko à ce poste :-)
a écrit le 21/04/2015 à 19:59 :
C'est un peu difficile à dire, mais j'ai comme l'impression d'un grand vide. Rien dans le détail du profil de l'impétrant, ni dans le soit disant détail de sa mission ne ressemble à quoi que ce soit. En tout cas pas au travail d'une banque centrale. Mais me direz-vous, elle n'existe plus. Ceci explique probablement cela.
a écrit le 21/04/2015 à 17:44 :
A quoi peut bien encore servir une Banque de France, sinon à caser des copains aux frais du "con-tribuable", quand il y a une BCE maitre du jeu monétaire ?
a écrit le 21/04/2015 à 15:42 :
S'appeler "Du Tiroir De La Commode" semble donner plus de chance que s'appeler Martin ou "Ben quelque chose" même quand on sort de l'ENA

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :