Pour réaliser 1,6 milliard d'euros d'économies, UniCredit supprime 18.200 emplois

 |   |  243  mots
Cette réduction d'effectifs devrait permettre des économies d'environ 800 millions d'euros, auxquels s'ajouteront des réductions de dépenses administratives de 800 millions d'euros supplémentaires.
Cette réduction d'effectifs devrait permettre des économies d'environ 800 millions d'euros, auxquels s'ajouteront des réductions de dépenses administratives de 800 millions d'euros supplémentaires. (Crédits : © Valentyn Ogirenko / Reuters)
La banque italienne espère parvenir à un bénéfice net de 5,3 milliards d'euros à l'horizon 2018. Les effectifs de la banque tomberont alors à environ 111.000 équivalents temps plein.

"Rigoureux, ambitieux (...) et totalement auto-financé": c'est avec ces adjectifs que le directeur général d'UniCredit, Federico Ghizzoni, décrit le plan annoncé par la banque italienne mercredi 11 novembre. L'objectif poursuivi est celui d'une réduction des coûts de 1,6 milliard d'euros. Et l'un des principaux moyens est la suppression de 18.200 postes à l'horizon 2018, explique un communiqué.

Les effectifs de la banque devraient ainsi tomber à environ 111.000 équivalents temps plein en 2018, précise-t-elle dans la mise à jour de son "plan stratégique 2013-2018".

Un bénéfice net espéré de 5,3 milliards d'euros en 2018

Cette réduction d'effectifs devrait permettre des économies d'environ 800 millions d'euros, auxquels s'ajouteront des réductions de dépenses administratives de 800 millions d'euros supplémentaires, essentiellement dans le secteur de la banque commerciale en Allemagne et en Autriche.

La banque espère ainsi parvenir en 2018 à un bénéfice net de 5,3 milliards d'euros.

800 succursales supprimées

Sur les 18.200 annoncées, environ 6.000 suppressions de postes correspondent à la vente prévue des activités de la banque en Ukraine et d'une joint venture dans la gestion d'actifs entre sa filiale Pioneer et la banque espagnole Santander.

Les réductions d'effectifs affecteront en premier lieu les "corporate centers" (-17% par rapport à 2014) et les banques commerciales en Italie, Allemagne,Autriche et Europe de l'Est et centrale (-9% par rapport à 2014), selon le communiqué. Par ailleurs, le nombre de succursales continuera d'être réduit en Italie, Allemagne et Autriche, diminuant de 800 unités d'ici à 2018.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :