Carrefour Banque parie sur le crédit et le paiement, l'avenir de C-Zam en suspens

 |   |  617  mots
(Crédits : Carrefour)
La filiale bancaire du distributeur s'était lancée, en avril 2017, dans la banque mobile avec C-Zam. L'offre, qui était commercialisée dans les magasins Carrefour, fait désormais l'objet d'une revue stratégique. Son avenir sera connu au début du printemps.

Alors que le marché tricolore des néobanques est de plus en plus saturé, avec une vingtaine de banques mobiles recensées en juillet dernier par le cabinet KPMG, Carrefour Banque, s'apprête à revoir sa copie. La filiale bancaire du distributeur français, recentre ses activités dans le crédit et le paiement, a déclaré à l'AFP une dirigeante du groupe, indiquant que son offre bancaire C-zam, pilotable depuis une application mobile, faisait l'objet d'une "revue stratégique" avant une décision au printemps.

Cette filiale bancaire, détenue à 60% par Carrefour et à 40% par BNP Personal Finance, s'était lancée en avril 2017 dans la bataille des nouvelles banques en ligne avec son offre de carte bancaire bon marché "C-zam", vendue dans 3.000 magasins Carrefour et en ligne. A l'époque, les équipes affichaient de grandes ambitions, convaincues de répondre à une demande forte des clients, et visaient la rentabilité au bout de deux années seulement.

C-zam : aujourd'hui "une activité très à part"

Désormais, le ton a changé concernant C-zam. "C'est une activité très à part qui concerne peu de clients par rapport à la carte (de crédit) Pass", a précisé vendredi à l'AFP Marie Cheval, directrice exécutive des services financiers du groupe. L'offre C-zam fait l'objet "d'une revue stratégique d'activités" avant une prise de décision au début du printemps, explique-t-elle.

Selon les données fournies par le distributeur, le nombre de comptes C-zam atteignait 120.000 à fin 2018. Nickel, son concurrent le plus direct, détenu majoritairement par BNP Paribas, revendique 1,5 million de clients à fin 2019. Orange Bank, qui parie aussi sur un modèle phygital (mêlant physique et digital) revendique, pour sa part, 360.000 comptes courants ouverts après deux ans d'activité.

Clap de fin pour le contrat d'assurance vie Carrefour Horizon

Carrefour Banque a déjà élagué ses activités avec l'arrêt en novembre de la commercialisation de son contrat d'assurance vie en fonds euros, Carrefour Horizon, dont la rémunération nette de 2,44% en 2018 s'affichait parmi les plus compétitives. "Cette décision a été prise plus pour des raisons globales de marché", affirme Marie Cheval, faisant référence au contexte de taux durablement bas auquel doivent faire face les assureurs.

Lire aussi : Les assureurs vie sous la pression des taux bas

En coulisses, une source proche du dossier indique que "le rapport coût/bénéfice n'était pas bon" pour la filiale bancaire, qui, avec 2,2 millions de clients au total et 2,4 milliards d'euros d'encours de crédit à fin 2018, accuse une perte de vitesse continue depuis trois ans. En 2018, le bénéfice de l'entité a chuté de 55% en un an à 17 millions d'euros.

Crédit, paiement fractionné et mobile

"Notre stratégie, c'est de se recentrer autour de la carte Pass et le crédit, sur lequel Carrefour est pionnier", déclare Marie Cheval, ancienne patronne de Boursorama Banque. Pour ce faire, la carte de crédit maison intègre désormais directement les avantages liés à la carte fidélité.

L'accent est également mis sur le paiement, le groupe ayant lancé à l'automne le paiement fractionné, permettant d'échelonner le paiement d'un achat sur une période de trois mois, nouvelle martingale du secteur. En 2019, 60% des consommateurs  européens auraient ainsi souscrit à ce type de facilité de paiement, selon une étude publiée par Oney Bank, contrôlée par le groupe mutualiste BPCE depuis octobre dernier.

Enfin, le groupe table sur le développement du paiement par smartphone, disponible dans les prochains mois pour tout porteur de la carte de fidélité, y compris en Espagne et au Brésil, où sa banque revendique respectivement 2,5 millions et 6,5 millions de porteurs de cartes bancaires à fin 2019.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2020 à 11:20 :
carrefour peut garder sa carte, il existe à l'étranger des cartes entièrement gratuites, on nous dit que nous sommes en retard en France, mais pas pour nous faire payer, nous sommes les premiers dindons. Nos banques et nos super marchés sont trop gourmands,
a écrit le 13/01/2020 à 23:42 :
C'est ça le nouveau journalisme... On gratifie d'un "désormais" des fonctionnalités existantes depuis... des années (décennies ?). Le problème de ces grosses (voire grasses) boîtes comme Carrefour, c'est d'être confronté à des cadr-illons qui ne savent que dire "chef, chef... j'ai une idée toute nouvelle qui est dans l'air du temps, et qui va assurer notre avenir". Correctionnn: le vrai probème, ce n'est qu'il le dise, c'est qu'on les écoute ! A ton vu (au hasard) la Société Générale, chercher son salut dans le grande distribution ? A t on constaté qu'Airbus se diversifiait dans les sous marins ? Quant à Orange... !!!
a écrit le 13/01/2020 à 19:40 :
Le service céramique étais médiocre beugue permanent quand il fallais recharger sont compte en banque et si part malheur vous avez effectuer une opération en carte bancaire depuis la cb czam et que cette opération Barcelone pas pus donner suite à un refus de cette carte pour un simple achat sans plus en 1 seul fois sans solliciter de paiement en plusieurs fois il fallais attendre 30 jours pour que l'argent soit recrédité c'est une honte de voir ça de plus sans compter sur le mépris en grande pompe du personnel quand on fait appel au service pour avoir des réponses

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :