Corée du Nord : des hackers s'attaquent à des banques et des organisations internationales

 |   |  374  mots
La Corée du Nord, un pays qui est coupé d'une grande partie de l'économie mondiale, est en train d'utiliser de plus en plus ses compétences en cyberattaques pour récolter de l'argent, selon le New York Times.
"La Corée du Nord, un pays qui est coupé d'une grande partie de l'économie mondiale, est en train d'utiliser de plus en plus ses compétences en cyberattaques pour récolter de l'argent", selon le New York Times.
Des cybercriminels liés au régime de Pyongyang ont pénétré les systèmes informatiques d'une centaine d'organisations, dont la BCE et Bank of America, selon les révélations du New York Times.

L'affaire remonte à octobre. Via un cheval de Troie intégré dans le site du gendarme polonais de la finance, des cybercriminels associés à la Corée du Nord ont pénétré dans les systèmes informatiques d'une centaine d'organisations. Après avoir analysé une liste d'adresses IP fournie par des chercheurs en sécurité, le New York Times a pu identifier plusieurs de ces cibles. Il s'agit notamment de la Banque mondiale, de la BCE et de grandes sociétés américaines comme Bank of America.

Une vingtaine de banques polonaises sont également concernées. Bien qu'infectés, leurs systèmes de sécurité ont rapidement détecté le virus. Il n'existe aucune confirmation que de l'argent ait été dérobé.

Reste que cette liste de cible "fait partie d'un nombre croissant de preuves montrant que la Corée du Nord, un pays qui est coupé d'une grande partie de l'économie mondiale, est en train d'utiliser de plus en plus ses compétences en cyberattaques pour récolter de l'argent", indique le New York Times.

La banque centrale du Bangladesh et Sony victimes des mêmes hackers

Selon la société de sécurité informatique Symantec, ces hackers seraient les mêmes que ceux ayant piraté la banque centrale du Bangladesh en février 2016 et les studios Sony Pictures en novembre 2014.

Pour rappel, la Corée du Nord pourrait être, selon des enquêteurs américains, à l'origine du vol de 81 millions de dollars sur un compte que la banque centrale du Bangladesh détenait auprès de la Réserve fédérale de New York, d'après les informations du Wall Street Journal. Les pirates chercher à dérober près d'un milliard de dollars, mais ils ont été débusqués avant d'arriver à leurs fins.

Quant à Sony, la filiale du géant japonaise a été victime d'un vol de données record, après avoir diffusé le fim The Interview, dont l'intrigue est bâtie autour d'un complot pour assassiner le dirigeant Kim Jong Un. L'implication de la Corée du Nord reste incertaine. Si Washington s'était montré prudent, début 2015 la Maison Blanche a tout de même décidé de sévir en infligeant des sanctions à Pyongyang.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2017 à 8:48 :
Hou là là, que les coréens fasse des essais nucléaire ne dérange pas l'oligarchie mondiale qui peut s'en servir pour faire peur aux gens, c'est pratique même, mais s'ils s'attaquent aux capitaux des possédants une invasion devrait être organisée dans l'année.

Ils vont chercher l'argent où il est, ils ont bien raison, moi les cyberguerres qui ne tuent personne je suis pour à 100%.
a écrit le 28/03/2017 à 21:24 :
Il est urgent d'investir dans la psychologie pour prévenir les conflits (diplomatie préventive). Pénaliser un pays entier n'est pas une bonne approche sur le long terme !
a écrit le 28/03/2017 à 21:09 :
La bombe atomique est faite pour ça. Parce que s'en prendre aux banques de l'Occident, c'est ruiner toutes les entreprises et tous les salariés de ces entreprises (sans compter M. MACRON !). Il faut arrêter de se soumettre.
a écrit le 28/03/2017 à 17:55 :
Juste une coquille à corriger : "Les pirates cherchaient" plutôt que "chercher".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :