Crédit Mutuel Arkéa : la manif de soutien reportée au 17 mai

 |   |  983  mots
Au siège du Crédit Mutuel de Bretagne, une bannière a été déployée arborant le hashtag Indépendance pour Arkéa.
Au siège du Crédit Mutuel de Bretagne, une bannière a été déployée arborant le hashtag "Indépendance pour Arkéa". (Crédits : DR)
Un collectif de salariés de la banque mutualiste a annulé la manifestation organisée à Paris ce jeudi, à cause des difficultés dans les transports : elle est reportée au 17 mai. La démarche avait été critiquée par des syndicats et les opposants au projet de scission et d'abandon de la marque Crédit Mutuel porté par la direction. Les résultats du vote des caisses locales sur le principe de l'indépendance seront connus mi-avril.

[Article mis à jour le 5/04 à 19h30 avec la nouvelle date de rassemblement et le vote des caisses du Massif central]

La grève à la SNCF a peut-être permis d'apaiser momentanément les tensions au sein du Crédit Mutuel Arkéa, le groupe bancaire breton dont la direction souhaite engager la séparation de l'ensemble Crédit Mutuel. Un collectif de salariés, baptisé Indépendance pour Arkéa, avait organisé une manifestation à Paris ce jeudi 5 avril. Des critiques s'étaient élevées chez d'autres salariés et des syndicats contre une manifestation derrière laquelle semblait se trouver la direction du groupe : la DRH avait assuré que "le temps passé à la manifestation constitue du temps de travail effectif" et que les repas seraient "pris en charge" par l'entreprise.

Le week-end dernier, ce collectif a décidé d'annuler la manifestation, ce dont les salariés ont été informés par mail.

"Malgré les vents contraires, nous étions plus de 6.000 prévus entre Bastille et Bercy, prêts à exprimer haut et fort notre attachement à notre groupe et à notre liberté. Les autorités responsables de la sécurité et de la circulation nous ont contactés pour nous demander de reporter notre rassemblement, compte-tenu de la situation très critique des transports en Île-de-France et sur les rails la semaine prochaine et particulièrement jeudi."

Et d'ajouter :

"Face à cette situation de force majeure, nous avons à contre-cœur pris la décision de décaler notre rassemblement à une date ultérieure, qui vous sera communiquée très prochainement", explique ce courriel interne daté de samedi."

Polémique et "pressions"

Le collectif assure que ce n'est "que partie remise" : une nouvelle date a été arrêtée ce jeudi, ce sera le 17 mai. Ce projet de manifestation à Paris a suscité une certaine incompréhension : pourquoi Paris et Bercy en particulier ?

"On veut que l'État nous aide à organiser notre indépendance", a expliqué une porte-parole du collectif, Anne-Katell Quentric-Roth, au Télégramme. "Il n'y a pas de précédent. On est dans l'innovation financière. On ne peut pas le faire seul. Il faut une co-construction, avec de la bienveillance des pouvoirs publics."

Jusqu'ici le gouvernement, le Trésor et la Banque de France (ACPR) ont exprimé leur opposition à une scission et à la création d'un nouveau groupe bancaire mutualiste indépendant, abandonnant l'ombrelle juridique et prudentielle du Crédit Mutuel, ainsi que la marque.

Interrogée à l'Assemblée nationale par la députée (Nouvelle gauche) Valérie Rabault, la secrétaire d'Etat Delphine Gény-Stephann a répété mardi que le gouvernement "n'a pas vocation à arbitrer ce conflit, qui relève d'une divergence de vues stratégique et commerciale". La députée en a conclu que, le gouvernement ne voulant pas modifier la loi régissant le régime mutualiste, "les sociétaires d'Arkéa perdront ce statut, puisque le nouvel établissement ne pourra pas bénéficier des spécificités du statut d'établissement mutualiste." Ce qui poserait un vrai problème.

Une délégation d'élus a été reçue ce jeudi au ministère du Travail et devait l'être également à Bercy.

Si la pétition en ligne "Avis de tempête sur Arkéa" a recueilli près de 40.000 signatures et le soutien de nombreuses personnalités de l'écosystème du numérique et de l'économie bretonne, le projet de scission continue de diviser en interne. L'organisation de la manifestation a suscité la polémique, révélatrice de cette fracture au sein des employés pro et anti.

"Les pressions sont très fortes pour que les salariés participent [à la manifestation], parfois des menaces à peine déguisées, et les choses dérapent complètement", confiait le mois dernier un représentant syndical CFDT, l'organisation majoritaire.

Résultat des votes mi-avril, séparation effective en 2020

Le groupe Arkéa dément :

"Il n'y a eu aucune pression. Le rassemblement est organisé par un collectif de salariés, évidemment avec le soutien logistique de l'entreprise. Il n'est pas annulé mais reporté", insiste une porte-parole de la direction, qui observe la large adhésion : près de 6.000 inscrits sur des effectifs de près de 10.000 salariés.

C'est dans ce climat guère serein que se déroule la consultation des caisses locales du Crédit Mutuel Arkéa sur le principe de l'indépendance, qui a commencé le 23 mars dernier. Les 30 caisses du Crédit Mutuel du Massif central ne devaient pas participer, sur décision du président de la fédération qui souhaite rallier le groupe CM11-CIC (le plus puissant groupe régional de l'ensemble mutualiste). Cependant, ce jeudi, quatre caisses du Massif central ont organisé un vote "libre et démocratique", bravant les menaces de sanction pour non respect de la "discipline fédérale" brandies par Pascal Durand, le directeur général de la Confédération nationale du Crédit Mutuel.

"Les conseils d'administration des Caisses d'Yzeure (Allier), de Cébazat (Puy-de-Dôme), de Rodez (Aveyron) et de Millau (Aveyron) ont voté à une très large majorité (90%) en faveur du projet permettant au groupe Arkéa de devenir un groupe bancaire indépendant, coopératif et mutualiste" indiquent dans un communiqué commun les présidents de ces caisses, qui affirment leur volonté de rester au sein d'Arkéa.

Les 221 caisses de Bretagne et les 80 caisses du Sud-Ouest vont toutes voter d'ici à la mi-avril : les premiers résultats de ce vote "de pure orientation" seraient (sans surprise) en faveur de l'indépendance. Il s'agira ensuite d'organiser la séparation : un autre vote, sur un schéma juridique précis sera organisé à la rentrée de septembre.

Selon le dossier d'une centaine de pages adressé aux caisses locales, que nous avons pu consulter, Arkéa envisage "une mise en œuvre effective cible au 1er janvier 2020."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2018 à 21:55 :
Au train où vont les choses, cette aventure va très mal se terminer, à la fois pour les sociétaires, pour les salariés et enfin pour l'entreprise elle-même...
C'est la transposition fidèle du syndrome catalan dans le monde bancaire : passer en force avec des "élections" bidouillées pour un avenir "radieux" promis par un autocrate insatiable. On a bien vu en Catalogne ce qu'il en est advenu sur le plan économique ; et j'invite les clients professionnels et/ou entreprises (et même particuliers) à ouvrir des comptes dans d'autres banques en parallèle, afin de parer aux turbulences qui ne manqueront pas de se produire si ce scénario suicidaire venait à se réaliser. Quelques virements et basta le CMB !
a écrit le 05/04/2018 à 10:03 :
J'avoue m'interroger sur les raisons profondes et la viabilité à termes de cette séparation et que nous soyons d'accord ou non nous sommes soumis aux banques "dinosaures". A vous lire...
a écrit le 05/04/2018 à 9:43 :
Cette scission totalement opposée au fondement du mutualisme.

La direction ARKEA s'est appropriée les caisses locales et prend les employés et clients sociétaires en otages.
Seul leurs intérêts personnels prédominent et absolument pas celui des sociétaires clients et des employés.
Réponse de le 05/04/2018 à 22:46 :
Et les otages finissent par soutenir leur geôlier... le syndrome de Stockholm
a écrit le 05/04/2018 à 8:19 :
Effectivement le président de la fédération du macif central a tenté d’empêcher le vote, mais certains conseils d’administrations ont souhaité faire respecter les statuts de leur caisse et ont voté mais pour le maintien dans arkea et l’indépendance du groupe!
Ce qui démontre encore une fois le passage en force du CM11 sur cette fédération car lorsque le principe « un homme une voix est respecté » les administrateurs souhaitent poursuivre le projet de développement novateur d’Arkea pour leur territoire et non le projet centralisateur et dévastateur du dinosaure de la banque!!!
Réponse de le 12/04/2018 à 8:03 :
Cela devient vraiment suspect, quand il n'y a, dans la presse, que thèse sans antithèse, ne pensez-vous pas ? La responsabilité de la presse régionale n'est-elle pas particulièrement conséquente (si 6.000 emplois directs rien qu'en Bretagne, sans compter les emplois induits, partent en fumée) ? Permettez que les milliers de salariés du CMArkéa continuent de vivre et de travailler au service de leur territoires, en paix, comme il l'ont fait jusqu'à présent. Pas assez de pertes d'emplois dans le Grand Ouest ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :