HSBC pourrait stopper la banque de détail en France

 |   |  436  mots
(Crédits : Jacky Naegelen)
Selon le Wall Street Journal, le groupe britannique souhaiterait se séparer de son activité banque de détail dans l'Hexagone presque 20 ans après avoir racheté le Crédit Commercial de France. Environ 300 agences sont concernées.

HSBC prépare la vente de son activité banque de détail en France, rapporte le Wall Street Journal. Selon des sources proches du dossier, il s'agirait de la première décision stratégique de Noel Quinn, nommé directeur général par intérim en août dernier après le départ surprise de John Flint. Le processus de vente pourrait débuter dès cet automne. Depuis 2011, la banque née à Hong Kong a fermé plus de 100 activités et est sortie d'une vingtaine de pays sur la même période.

Toujours selon les informations du Wall Street Journal, l'éventuel repreneur serait vraisemblablement une banque tricolore souhaitant augmenter sa part de marché dans le pays. Toutefois, d'après le quotidien américain, HSBC  prévoit de continuer ses activités de marché dans l'Hexagone et Paris restera sa plaque tournante en Europe continentale pour les activités de banque d'investissement et de banque de financement dans une logique post Brexit. Contactée par Reuters, la banque britannique s'est refusée de commenter l'article du Wall Street Journal.

Environ 300 agences et 800.000 clients

HSBC a fait son entrée sur le marché français de la banque de détail en 2000 alors qu'elle était en pleine expansion à travers le monde. Elle avait alors mis sur la table environ 12 milliards d'euros, pour s'offrir le Crédit Commercial de France afin d'occuper une place stratégique en Europe. Aujourd'hui dans l'Hexagone, HSBC compte 300 agences, quelque 800.000 clients et une part de marché de 2% dans les dépôts et crédits aux particuliers. Tous métiers confondus, elle emploie environ 10.000 personnes en France.

Dans son rapport annuel, HSBC France indique avoir enregistré l'an dernier une perte de 55 millions d'euros avant impôts dans le secteur de la banque de détail, pénalisée "par des variations défavorables des marchés financiers et un environnement de taux bas". La banque de détail représente environ 40 % des revenus de HSBC France. Au total, la France a contribué à hauteur d'environ 3,5 % au chiffre d'affaires total de HSBC, désormais radicalement tournée vers l'Asie.

Environnement incertain et complexe

Il y a un peu plus d'un mois, HSBC a remercié son directeur John Flint, un an et demi après l'avoir nommé. La banque a justifié ce départ inattendu par le besoin de "sang neuf" pour faire face à un environnement incertain et complexe, entre Brexit, guerre commerciale et taux bas. Dans ce contexte, HSBC a également annoncé sa volonté de supprimer jusqu'à 2% de ses effectifs, soit environ 4.000 emplois. Ces suppressions devraient cibler les postes de direction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2019 à 9:38 :
"HSBC, désormais radicalement tournée vers l'Asie"

On revient aux sources ? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :