Prudential renégocie effectivement le prix d'achat d'AIG Asia

 |   |  530  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
"Nous confirmons que des discussions au sujet de l'état actuel de la transaction ont eu lieu entre Prudential et AIG et qu'elles se poursuivent", déclare dans un communiqué l'assureur.

Prudential confirme qu'il est en train de négocier une baisse sur le prix de 35,5 milliards de dollars (28,8 milliards d'euros) qu'il doit payer pour AIA, filiale asiatique de l'assureur américain American International Group (AIG).

L'assureur britannique se plie ainsi à la volonté d'investisseurs qui ont menacé de faire capoter le projet au motif que le prix à payer était trop élevé.

L'action Prudential, qui avait gagné près de 7% jeudi sur des rumeurs d'abandon du projet de rachat d'AIA, reculait vers 7h45 GMT de 0,64% à 544 pence à la Bourse de Londres alors que l'indice regroupant les valeurs européennes de l'assurance perdait 0,17%.

"Nous confirmons que des discussions au sujet de l'état actuel de la transaction ont eu lieu entre Prudential et AIG et qu'elles se poursuivent", déclare dans un communiqué l'assureur après que Reuters a rapporté que Prudential essayait de faire baisser le prix de l'opération.

"Ces discussions pourraient ou non conduire à une modification des termes du rapprochement entre AIA et Prudential", poursuit le groupe.

L'assureur britannique compte financer le rachat d'AIA - la plus importante acquisition jamais réalisée dans le secteur de l'assurance - par une augmentation de capital de 21 milliards de dollars et doit obtenir pour cela le soutien de 75% de ses actionnaires lors d'un vote prévu le 7 juin.

Mais l'issue du vote est loin d'être acquise car certains investisseurs estiment que Prudential propose un prix trop élevé pour le rachat d'AIA et ils s'interrogent sur le potentiel de synergies avec ses propres activités en Asie.

PRENDRE EN COMPTE LES RISQUES D'INTÉGRATION

Selon Patricia Cheng, analyste chez CLSA, toute modification du prix devrait tenir compte des risques d'intégration auxquels Prudential sera confronté.

"L'objectif de Prudential, de multiplier par trois la valeur des nouvelles affaires d'ici 2013, paraît trop ambitieux. On ne peut baser le prix sur cet objectif. En même temps, il ne peut pas descendre de beaucoup", a-t-elle ajouté.

Prudential a bon espoir de faire baisser le prix d'AIA à 30 milliards de dollars, a déclaré à Reuters une source proche du dossier.

Les avis des 23 actionnaires et analystes interrogés par Reuters sur le sujet sont d'ailleurs assez partagés. Selon cette enquête, 48% des personnes interrogées estiment que le projet de rachat d'AIA par Prudential finira par se conclure, tandis que 43% pensent qu'il sera rejeté.

En revanche, près de trois investisseurs sur quatre (72%), jugent trop élevé le prix d'American International Assurance.

Les analystes et actionnaires qui ont répondu à l'enquête de Reuters restent toutefois divisés lorsqu'il s'agit de se prononcer sur les motivations de Prudential, qui espère stimuler sa croissance en Asie avec cette transaction.

Si 46% se montrent confiants dans la réalisation des objectifs ambitieux de l'assureur britannique sur ce rachat en termes de croissance et de synergie des coûts, 54% se déclarent prudents ou peu convaincus.

Si l'affaire ne va pas à son terme, Prudential devra payer à AIG une indemnité de rupture de 153 millions de livres.

En cas d'annulation de l'opération, le Trésor américain procédera vraisemblablement à une mise en Bourse d'AIA, comme ce qui avait été prévu avant que Prudential ne manifeste son intérêt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :