Prudential ne renonce pas à l'acquisition d'AIG Asia

 |   |  301  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le Times rapporte ce jeudi que des actionnaires détenant jusqu'à 15% du capital de l'assureur britannique envisagent d'écrire au président de celui-ci pour manifester leur opposition au projet de rachat d'AIA.

Prudential continue de tout mettre en oeuvre pour faire aboutir son projet de rachat d'AIA, la branche asiatique d'assurance vie d'AIG, pour 35,5 milliards de dollars (28,8 milliards d'euros), ont déclaré jeudi deux sources proches du dossier.
Elles ont ainsi apporté un démenti aux rumeurs d'annulation de l'opération qui ont dopé l'action de l'assureur britannique ainsi que la livre sterling.
"Il n'y a aucune modification" apportée à ce projet, ont indiqué les deux sources.
A la Bourse de Londres, le titre Prudential a gagné jusqu'à 8% dans la matinée sur des rumeurs d'abandon du projet de rachat d'AIA. Vers 12h00 GMT, l'action gagnait encore 5 %, à 538,5 pence et continuait de surperformer le secteur européen de l'assurance  (+3,8%).
Dans des échanges d'avant-Bourse à Wall Street, l'action AIG progressait de près de 5%.
Selon des opérateurs de marché, les rumeurs sur un possible abandon du projet de Prudential face à la volatilité des marchés et à la résistance de certains actionnaires ont soutenu la livre sterling qui a inscrit un plus haut de deux semaines face au dollar et un plus haut de 11 mois face à l'euro.
Prudential compte financer le rachat d'AIA, la plus importante acquisition jamais réalisée dans le secteur de l'assurance, par une augmentation de capital de 21 milliards de dollars et doit obtenir pour cela le soutien de 75% de ses actionnaires lors d'un vote prévu le 7 juin.
Mais l'issue du vote est loin d'être acquise car certains investisseurs estiment que Prudential propose un prix trop élevé pour le rachat d'AIA et ils s'interrogent sur le potentiel de synergies avec ses propres activités en Asie.
Le Times rapporte ce jeudi que des actionnaires détenant jusqu'à 15% du capital de l'assureur britannique envisagent d'écrire au président de celui-ci pour manifester leur opposition au projet de rachat d'AIA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :