La folie des salaires et bonus à Wall Street

La rémunération des grands patrons a fortement progressé l'an dernier alors que beaucoup d'employés n'ont pas perçu de bonus.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Cent trente-cinq milliards de dollars en salaires et bonus. C'est le montant record reversé l'an passé par 25 des plus importantes firmes financières de Wall Street. Cela représente une hausse de 5,7 % par rapport à 2009, selon le baromètre annuel réalisé par le « Wall Street Journal ». Ces établissements ont ainsi consacré 32,1 % de leur chiffre d'affaires - qui a progressé de 1 %, à 417 milliards de dollars - pour leurs employés, dont la rémunération moyenne a atteint 141.000 dollars (+ 3 %). Le reste de la hausse a été provoqué par la progression des effectifs, qui se rapprochent désormais du million.

Face aux critiques pourtant, les pratiques salariales ont changé. La part des rémunérations différées a ainsi atteint 50 % en 2010, contre 33 % l'année précédente. De nombreuses banques ont par ailleurs relevé la compensation de base de leurs employés et diminué la partie variable. Officiellement pour encourager les performances à long terme. Mais aussi pour ne pas s'attirer les foudres des autorités, toujours promptes à remettre en cause ces bonus qui incitent à la prise de risque. Chez Goldman Sachs par exemple, le salaire annuel d'un manager a grimpé de 300.000 à 500.000 dollars. La grande banque d'affaires s'est montrée moins généreuse sur les primes de fin d'année. Au total, elle n'a reversé « que » 15,4 milliards de dollars à ses salariés, contre 16,2 milliards en 2009. Mais ce repli reste bien moins marqué que celui de ses revenus. Et Goldman s'est distinguée en triplant le salaire de son PDG, Llyod Blankfein, et en lui allouant un bonus de 12,6 millions de dollars. Si Bank of America a fini l'année dans le rouge, avec une perte de 3,6 milliards de dollars, son PDG, Brian Moynihan a quant à lui obtenu une augmentation de 67 % de sa rémunération (10 millions de dollars, bonus inclus). « Les grands noms sont payés plus, ce qui signifie que les autres le sont moins », note le professeur Brown de l'université de Denver dans le « Wall Street Journal ».

Critère primordial

Car les firmes redoutent de perdre leurs meilleurs éléments si elles ne leur offrent pas des niveaux de rémunération suffisants. Selon un sondage mené par eFinancialCareers.com, 37 % des professionnels de la finance font en effet de leur rémunération le critère primordial dans leur choix de carrière. À l'opposé, nombreux sont ceux qui n'ont pas reçu de bonus cette année, le « club des zéros » comme l'appelait récemment le « New York Times ». « Des employés du back-office, des traders intermédiaires, des banquiers, des courtiers, » énumérait le quotidien.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 07/02/2011 à 21:17
Signaler
Il doit y avoir une erreur car je n'ai encore reçu aucun bonus. Pourtant, avec mes impôts j'ai participé activement à la croissance des banques. De plus je n'ai pas écouté Cantona et j'ai laissé toutes mes économies dans les coffres de ma banque.... ...

le 08/02/2011 à 0:13
Signaler
Vos impôts ne servent pas à la croissance des banques mais à fournir des recettes à l'Etat pour le bon fonctionnement de la Fance....le 1er budget de l'Etat est l'éducation nationale alors faites des gosses,vous récupèrerez une partie importante de v...

à écrit le 05/02/2011 à 19:38
Signaler
ça continue, et encore et encore, ce n'est que le début ..c'est toujours le même film qui passe (Inside Job)....quelque chose vient de tomber (les bonus) sur les lames de ton plancher (spéculation à la baisse)...personne devant.... (allons-y, quand ...

à écrit le 04/02/2011 à 23:05
Signaler
Ces gens ont abondamment bénéficié des aides des états et des banques centrales, sans lesquelles ils auraient fait faillite : 1450 milliards (oui, milliards) d'achats de crédit immobiliers pourris par la banque centrale US, 850 milliards de rachats d...

à écrit le 04/02/2011 à 17:57
Signaler
le bal continue pour les financiers qui nous gouvernent ! et que les plus pauvres, les plus humbles "crèvent" - personne ne peut, ne veut rien changer ! même Obama est impuissant , coincé dans des conflits d'intérêts, une vrai Mafia a pris le pouvoir...

à écrit le 04/02/2011 à 13:46
Signaler
Oui mais bon, de tel excès ne peuvent etre qu'américain. Ils subiront petit à petit leur idéal libertaire. Leurs aptitudes à etre totalement inculte et ne pas assumer leur pouvoir de citoyen feront d'eux toujours et un peu plus, de véritable vache à ...

le 04/02/2011 à 14:38
Signaler
Oui mais..... les économies des pays étant interdépendantes, nous ne serons pas à l'abri des retombées négatives de la prochaine tourmente financière que cette folie ne manquera pas de provoquer. En effet, la spéculation est repartie de plus belle, e...

à écrit le 04/02/2011 à 13:43
Signaler
10 millions de dollars pour Brian Moynihan .... et non pas 10 milliards!!

le 04/02/2011 à 14:16
Signaler
LOL

à écrit le 04/02/2011 à 12:47
Signaler
La vrai révolution serait que tout salarié passe indépendant et ne travaille plus pour l'entreprise mais pour soi-même ! En clair au lieu de 'leurrer' les salariés en leur disant qu'ils travaillent avant tout pour l'entreprise (qui ne leur appartient...

le 06/02/2011 à 23:43
Signaler
Tu as raison, le top, c'est d'etre artisan à son compte et mettre son argent dans une banques coopérative. Après les chercheurs, par exemple , dans le biomédical ne pourront pas etre à leur compte et l'entreprise ne pourra pas financer les projet de ...

à écrit le 04/02/2011 à 12:05
Signaler
Wall Street ou le vrai pouvoir

à écrit le 04/02/2011 à 11:22
Signaler
s'il fallait donner une preuve que la finance tient le monde, nous l'avons. Elle affiche un cynisme et une cupidité sans pareils. Dire que les hommes politiques ne sont que des tartuffes est un euphémisme. Ils peuvent s'agiter en tout sens, rien ne c...

le 04/02/2011 à 17:59
Signaler
ok ! sauf lorsque conflits d'intérêts obligent ils en tirent parti pour leur bénéfice personnel ou le financement de leurs partis politiques....

à écrit le 04/02/2011 à 10:59
Signaler
La "spéculation" a, fort heureusement pour nous, toujoyurs existé; quant-aux bonus, ils sanctionnent l'activité de salariés dans le cadre de leur contrat de travail. Notre société, dans son souci esthético-égalitaire, met au pilori des spéculateurs d...

le 04/02/2011 à 12:13
Signaler
Il y a peut être une différence entre le commerce qui a fait évoluer le monde et la spéculation financière! qui relève autant du casino que de l'écononomie mais c'est vrai que dans la vie il y a également le jeu!

le 04/02/2011 à 12:25
Signaler
Le problème, c'est que les revenus des financiers augmentent toujours, que les résultats de leurs entreprises soient en hausse ou en baisse (cf. Bank of America), ce qui est fondamentalement anormal. En outre, nos hommes politiques leur ont montré qu...

le 04/02/2011 à 14:52
Signaler
Les bonus ? pourquoi pas ! mais dans des proportions décentes. Ceux de ce petit monde de la finance ont dépassé depuis longtemps cette décence. Les rémunérations de ces patrons de grandes banques devraient entraîner de la part des clients une grève ...

à écrit le 04/02/2011 à 10:07
Signaler
La spéculation repart, l'immobilier repart, les rémunérations repartent, les paradis fiscaux sont toujours là! le G 20 et son président pérorent. Pour certains la crise est finie pour d'autres la crise est là. l'histoire est un éternel recommencemen...

à écrit le 04/02/2011 à 9:03
Signaler
La peur de perdre ses meilleurs éléments justifie-t-elle les pratiques immorales de la finance apatride ? La logique voudrait que les meilleurs méchants aillent se regrouper dans leurs paradis... fiscaux.

à écrit le 04/02/2011 à 8:07
Signaler
Comment s'étonner après avoir lu ça que les gens n'enragent pas.Malgré les beaux discours des uns et des autres pour mettre fin à de telles pratiques rien ne change, à désespérer de l'espèce humaine!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.