ING prévoit de supprimer 2.700 postes

 |   |  272  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
ING a annoncé ce jeudi des réductions d'effectifs et un bénéfice inférieur aux attentes au titre du troisième trimestre, la détérioration des conditions de marché et la crise grecque contraignant la banque à passer des charges.

Le groupe néerlandais de services financiers a dégagé, lors du trimestre juillet-septembre, un bénéfice imposable courant de 1,063 milliard d'euros, alors que les analystes attendaient en moyenne 1,249 milliard. Le bénéfice net est ressorti à 1,69 milliard, contre 1,62 milliard attendu.

ING a passé une charge avant impôts de 467 millions d'euros sur les créances souveraines grecques qu'elle détient et précise avoir déprécié ces titres de dette pour les ramener à leur valeur de marché.

"Toutes les obligations d'Etat grecques sont maintenant dépréciées à leur valeur marchande du 30 septembre 2011, ce qui représente une décote d'environ 60%", a précisé ING dans un communiqué.

ING supprimera 2.700 postes aux Pays-Bas dont 2.000 emplois à temps plein, soit 10,5% de ses opérations dans la banque de détail aux Pays-Bas et 700 postes de sous-traitance.

Ces réductions de postes s'inscrivent dans une tendance observée dans d'autres banques néerlandaises. Avant ING, ABN Amro a annoncé une réduction de 9% de ses effectifs, soit 2.350 postes, tandis que Rabobank prévoit de supprimer 1.200 emplois à son siège social.

D'autres banques européennes en ont fait autant. BNP Paribas, qui a engagé en septembre un plan de réduction de son bilan, a aussi fait savoir qu'elle envisageait de réduire ses effectifs. Des annonces en ce sens sont prévues pour la mi-novembre.

"Alors que les bénéfices sont sous pression, nous devons redoubler d'efforts pour réduire les dépenses dans l'ensemble du groupe afin de nous adapter à un environnement plus difficile et maintenir notre compétitivité", a déclaré le directeur général d'ING, Jan Hommen.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2011 à 18:28 :
IL y a beaucoup trop de banquiers et de financiers dans le monde actuel. Pourtant l'économie ne s'est jamais portée aussi mal, il n'y a jamais eu autant de crises et d'instabilité financière. Il faut virer un bon paquet de gens dans ces banques, diminuer leurs rémunérations. Ils sont bien trop nombreux et inefficaces; dégraissons le mammouth bancaire.
a écrit le 03/11/2011 à 17:14 :
ING a passé un simple ordre de virement de 2 700 salariés sur le compte de l'assurance Chômage!


a écrit le 03/11/2011 à 13:21 :
Et oui,il n'y a plus d'avenir dans les banques,encore des chômeurs en plus
Réponse de le 03/11/2011 à 15:41 :
Après avoir déclanché la crise par leurs pratiques, affaibli l'économie mondiale amenant les Etats à emprunter plus maintenant il va falloir payer le coût social.
Réponse de le 03/11/2011 à 16:24 :
Dites donc! vous venez de faire un commentaire ironique sur le futur chomage des employés de banque à cause des banques en ligne et vous vous permettez ce genre de réflexion sur ces mêmes banques en ligne? Que de cohérence? Abstenez vous de donner des leçons si vous ne les avez pas apprises vous même.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :