Le nouveau patron de BNP Paribas forme son équipe

 |   |  256  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Jean-Laurent Bonnafé, qui vient de succéder à Baudouin Prot au poste de directeur général de la banque, élargit la composition de la direction générale déléguée et celle du comité exécutif.

Jean-Laurent Bonnafé, le nouvel homme fort de BNP Paribas, n'a pas tardé à composer ses troupes. Le nouveau directeur général de la banque, qui a succédé à Baudouin Prot jeudi, a commencé par élargir la direction générale déléguée. Qui ne compte plus deux mais trois membres. Georges Chodron de Courcel est ainsi rejoint par le directeur financier de BNP Paribas, Phillipe Bordenave, qui voit sa fonction élargie à la stratégie et au développement du groupe, et par François Villeroy de Galhau. Jusqu'alors responsable de la banque de détail en France, ce dernier voit sa fonction étendue à l'Italie, à la Belgique et au Luxembourg.

Un comité exécutif qui s'européanise et se féminise

Le comité exécutif de BNP Paribas est lui aussi élargi, passant de onze à dix-huit membres, afin de refléter "l'européanisation" de la banque. Stefaan Decraene, responsable de la banque de détail à l'international, fait ainsi son entrée au sein du "comex", tout comme Eric Raynaud, en charge de la région Asie-Pacifique. A noter aussi que le comité exécutif se féminise, avec l'arrivée de Marie-Claire Capobianco, qui devient responsable de la banque de détail en France.

Passage de témoin entre Pébereau et Prot

Autant de nominations qui surviennent au lendemain du passage de flambeau entre Michel Pébereau et Baudouin Prot. Le premier a laissé son fauteuil de président de BNP Paribas au second, et pris celui de président d'honneur de la banque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2011 à 23:35 :
Réussir à se faire flasher avec 5 milliiards d'emprunts grecs (pertes min 2.5 miards) 25 millards de bonds sur l'italie (pertes à minima 500 mios), pas de gestion de la liquidité qui entraine des fermetures couteuses d'activités.
Ils croyaient que leur petit biz d' emprunts à la BCE pour investir sur des placements "garantis", cela aller durer toujours . Ils n'ont rien vus, rien compris , rien anticipé. Ca des banquiers , ne nous faites pas rire
a écrit le 03/12/2011 à 11:00 :
Je n'ai à priori rien à l'encontre ni en faveur de BNP Paribas. J'y ai un compte, mais ce n'est pas ma banque principale. Ayant travaillé dans le monde anglo-saxon toute ma carriére, en France et à l'étranger, je tiens à vous faire part de mon expérience sur l'archaïsme du systéme de management des grandes sociétés françaises en général, et de la BNP en particuliers où j'ai divers échos de part des amis qui travaillent dans cette société.
Les carriéres en France sont encore trop déterminées par le dîplôme et non par la performance des individus comme cela se passe dans le monde anglo-saxon. Les décisions sont souvent obscures, dans le sens où l'on ne sait pas bien qui a pris la décision et pourquoi. Les responsabilités ne sont pas claires, car il y a souvent interférences de personnes aux titres et responsabilités mal définies. On n'ose pas les contre-dire car ils ont des titres ronflant. Des postes sont créés sans que cela paraîsse justifiès... Mais il faut bien caser des gens des ministères! Des échos que je reçois, BNP est tout à fait dans ce schéma... Cet enflement de structure à t-il réellement été expliqué au personnel? Je suis sûr que ce que je dis, je dois passer pour un urluberlu dans le contexte français... Et pourtant, ce genre de modification de la Gouvernance dans des sociétés anglo-saxonnes aurait fait l'objet de beaucoup de campagnes d'explications...
Réponse de le 03/12/2011 à 14:38 :
Faut-il, Monsieur JLB, se parer nécessairement d?une expérience Outre Atlantique
pour pouvoir juger sainement du management d?une Banque ?
N?y a-t-il pas un curieux raisonnement que de critiquer le système de management d?une banque française qui a su se hisser au rang qu?elle a atteint en moins de vingt ans ?
L?archaïsme que vous évoquez ne serait-il pas le ferment de cette heureuse évolution ?
Je ne sais si de passer pour un urluberlu doit être réservé au seul contexte français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :