Le recul du crédit à la consommation se poursuit en Europe

 |   |  966  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Les encours du crédit à la consommation en Europe ont diminué de -2,9% entre fin 2010 et fin 2011, selon le panorama du Crédit conso de Sofinco. Toutes les régions européennes sont touchées : Europe du Sud recule de -4,9% ; L' Europe de l'Est de -3,2% ; L'Europe du Nord de -1,5%.

Le Panorama du Crédit Conso de Sofinco, (groupe Crédit Agricole) confirme la tendance : pour la deuxième année consécutive, le marché européen du crédit à la consommation s'est replié en 2011. L'étude annuelle de Sofinco publiée le 28 mars montre en effet que dans les 27 pays de l'Union européenne,  les encours ont baissé de -2,9% en 2011 par rapport à 2010.

Toutes les régions subissent cette évolution  : Europe du Sud : -4,9% ; Europe de l'Est : -3,2% ; Europe du Nord : -1,5%. Quelques pays sont même touchées par une plus forte diminution des encours comme l'Espagne à -14% ou l'Irlande à -12%. Globalement, 20 pays sur 27 sont concernés par la baisse.  La plus faible étant Chypre avec -0,7% et la plus forte la Lituanie avec -26%.

En revanche, sept pays sur 27 ont connu une progression comme le Luxembourg avec +11,5%, la Suède à +7,6%, la Slovaquie 5,2%, Malte 4,7%, la Belgique 2,5%, la Finlande 2,1%. parmi les cinq premiers marchés en terme d'encours l'Allemagne est la seule à augmenter (modestement) de +0,7%.

Une situation contrastée selon les régions.
L'Union européenne représente près du quart du marché mondial du crédit à la consommation. Son encours global s'élève à 1 071 milliards d'euros mais sa répartition est inégale selon les zones. L'Europe du Nord compte 56% des encours totaux alors qu'elle comprend 41% de la population de l'UE. L'Europe du Sud (y compris la France) a 37% des encours totaux alors qu'elle compte 39% de la population. Enfin, l'Europe de l'Est regroupe 7% des encours totaux pour 20% de la population.

Cinq pays que sont le Royaume-Uni, l' Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne,  totalisent plus de 75% des encours totaux. A eux cinq, ces pays représentant  63% de la population de l'Union européenne.

De 200 euros par habitant en Lituanie à 3 815 euros en Grande-Bretagne
Fin 2011, l'encours moyen par habitant observé dans l'Union européenne s'élevait à 2 125 euros, en baisse de 3,5% par rapport à 2010 (encours moyen à 2 200 euros). Cette baisse s'observe dans la quasi-totalité des pays européens. Les disparités sont fortes au sein de l'Union européenne, le niveau d'encours par tête allant de 200 euros en Lituanie à près de 3 815 euros au Royaume-Uni. La part des crédits à la consommation dans l'endettement total des ménages est de 16% dans l'Union européenne.

Les Britanniques restent les champions européens du recours au crédit conso
Bon indicateur de la pénétration du crédit au regard de la consommation, le ratio des encours de crédits à la conso rapportés à la consommation totale annuelle des ménages montre que la situation est très différente selon les pays. En moyenne, les encours à fin 2011 représentaient 14,6% de la consommation annuelle totale des ménages dans l'UE, contre 15,5% en 2010. Aux deux extrêmes, on trouve le Royaume-Uni avec un ratio de 21,1% et la Slovaquie à 6,5%. La France se situe quant à elle à 13,1%, donc en dessous de la moyenne.

Le ratio crédit sur consommation baisse plus dans les nouveaux pays de l'Union
L'Irlande est le marché où le ratio a le plus reculé : 20,7% de la consommation des ménages en 2011, contre 24,6% en 2010 et 28,4% en 2009. Mais selon l'éude de Sofinco "la baisse du ratio des encours de crédits à la consommation rapportés à la consommation annuelle totale des ménages est plus marquée dans les nouveaux pays membres de l'UE" et surtout en Pologne, Roumanie, Bulgarie, et dans les pays baltes.
D'une manière générale, le taux de pénétration du crédit à la consommation chuté entre 2009 et 2011sur les cinq premiers marchés européens : Le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, l'Espagne et l'Italie. Avec un recul plus marqué au Royaume-Uni et en Espagne passés respectivement de 25,3% en 2009 à 21,1% en 2011 pour le premier et de 17,1% en 2009 à 12,4% en 2011 pour le second.
particulier au Royaume-Uni et en Espagne.

 

L'encours de crédit conso rapportés à la consommation des ménages en 2011 s'élevait à 14,6% en moyenne dans l'Union européenne

 

En France, le recul des nouveaux crédits conso s'accélère en 2012
Selon le bilan mensuel de l'Association française des sociétés financières (ASF), le recul de la production de nouveaux crédits à la consommation par les établissements de crédit spécialisés s'accentue en février  : -9,4% par rapport à février 2011. Il s'agit de la plus forte contraction depuis  juin 2011 qui avait marqué le début de la nouvelle phase de baisse d'activité. Le recul est de -8,2% en moyenne sur les trois derniers mois.

Tous les secteurs sont touchés par cette baisse à une seule exception : les financements de biens d'équipement du foyer (électroménager, équipement multimédia, meubles...) qui enregistrent une progression de +2,5% par rapport à février 2011 et de +1,7% en moyenne sur les trois derniers mois.

En revanche, les prêts personnels se contractent de -14,6% par rapport à février 2011 (plus fort recul depuis octobre 2009) et de -11,5% en moyenne sur les trois derniers mois. Les financements de voitures particulières neuves (par crédit classique et location avec option d'achat) sont aussi en diminution de -13% par rapport à février 2011 et de -11,3% en moyenne sur les trois derniers mois. Et les nouvelles utilisations de crédit renouvelable ne cessent de diminuer. Selon les statisitiques de l'ASF, elles baissent de -6,6% par rapport à
février 2011 et de -7,4% en moyenne sur les trois derniers mois.

Les statistiques de l'ASF ne recouvernt pas la totalité du marché dans la mesure où cette association regroupe les établissements de crédit spécialisés, soit 333 entreprises qui représentent 20% du total des crédits à l'économie du secteur privé. Toutefois, les adhérents de l'ASF représentent environ 60% du total des opérations de crédit à la consommation (financements affectés, prêts personnels, location avec option d'achat, etc) et la quasi-totalité des opérations de crédits renouvelables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2012 à 15:59 :
Pourquoi ce comportement relativement cohérent ne se retrouve t-il pas au niveau de l'organisation de la "Cité" et de la vie publique? Les français attendent-ils un comportement différent des élites?
a écrit le 29/03/2012 à 9:21 :
Bonne nouvelle ces diminutions des encours comme l'Espagne à -14% ou l'Irlande à -12% les plus endettés s'endettant moins obéissant au mot d'ordre libéral et surtout de bon sens le crédit étant le boulet dès lors que son remboursement rend impossible toute consommation ultérieure. Dire qu'il faut des crises pour devenir responsables!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :