Frédéric Oudéa toujours perplexe sur la séparation banque de détail / activités de marché

 |   |  634  mots
Frédéric Oudéa, Pdg de Société Générale. Copyright Reuters
Frédéric Oudéa, Pdg de Société Générale. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le PDG de Société Générale reste peu convaincu de l'utilité d'une séparation des activités de banque de détail et de marché, que François Hollande souhaiterait mettre en œuvre s'il était élu. Frédéric Oudéa pointe aussi du doigt les difficultés concrètes qu'une telle mesure représenterait.

Lors de la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre, Frédéric Oudéa, PDG de Société Générale et président de la Fédération bancaire française, s'est attardé sur la question de la séparation des activités de banques de détail des activités de marché. Un projet que souhaite mener à bien François Hollande s'il est élu président : "Je séparerai les activités des banques qui sont utiles à l'investissement et à l'emploi, de leurs opérations spéculatives", est-il écrit dans son programme.

Pas de Glass Steagall-Act

Interrogé sur ce sujet, Frédéric Oudéa a d'abord précisé : "Je ne spécule pas sur le résultat de l'élection. Je pense personnellement que quel que soit le résultat, la réalité va s'imposer". Avant d'affirmer : "Je constate que personne ne propose de revenir à un Glass-Steagall Act". Au lendemain de la crise de 1929, celui-ci a en effet instauré aux Etats-Unis le principe de séparation des métiers de banque de dépôt et d'investissement en 1933. Allègrement contournée à partir des années 1970, elle a finalement été abrogée en 1999.
Après la crise de 2008, les Etats-Unis récidivent et adoptent le "Dodd-Frank Wall Street Reform Act" en juillet 2010, auquel est intégrée la "Volcker Rule", qui prévoit une limitation des activités de trading pour compte propre. Depuis, elle a été largement amendée, et soumise à tellement de décrets d'application que nombreux sont ceux qui l'estiment inefficace et trop complexe à mettre en oeuvre.
C'est pourtant ce schéma qui se rapprocherait le plus de ce que les banques françaises accepteraient d'appliquer. "Les banques françaises sont prêtes à ce qu'une réglementation européenne s'inspire de la règle Volcker. L'enjeu est de continuer à avoir une banque de détail solide mais aussi des activités de banque de financement et d'investissement performantes car, paradoxalement, la nouvelle réglementation bâloise va imposer le développement du financement des économies européennes par le marché", expliquait Frédéric Oudéa au Figaro le 3 avril.

L'obstacle de l'organisation mutualiste

Ce dernier a ensuite cité l'exemple de la règle Vickers au Royaume-Uni, selon lui une bonne idée sur le fond mais complexe à mettre en ?uvre en France : "le schéma britannique consiste à filialiser les activités de banque de détail et à laisser les activités de marché dans la maison mère. Or cela pose concrètement la question de l'organisation du secteur bancaire français. Une grande partie des établissements sont mutualistes et ce sont les caisses régionales qui portent les activités de banques de détail. Alors qu'est-ce que cela veut dire en pratique ?".
Par ailleurs, François Pérol, président du directoire de BPCE, invoquait l'inefficacité d'une séparation stricte des activités dans le but de réduire les risques (lire La Tribune du 13 avril) : "Ce n'est pas parce que vous aurez séparé, cloisonné les activités, que vous éviterez le risque de faillite. D'ailleurs, les banques britanniques Northern Rock et Bradford & Bingley, qui ont fait faillite pendant la crise de 2008, étaient uniquement des banques de détail. Quant à Lehman Brothers, elle était exclusivement une banque de financement et d'investissement."
Le PDG de Société Générale s'est finalement interrogé sur la nécessité de réformer plus avant le secteur bancaire, compte tenu de la réforme Bâle 3 en cours, elle-même chargée de renforcer les fonds propres des banques, leurs liquidités et leur supervision : "au niveau européen - car cette initiative n'a de sens qu'au niveau européen - faut-il aller au-delà de Bâle 3 ? Je n'en suis pas convaincu".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2012 à 15:23 :
Ca ne doit pas être bien difficile de créer "ex nihilo" une société had hoc pour jouer sur les marchés. Le problème c'est de trouver l'argent pour jouer et là il faut faire passer l'argent de l'épargnant de la banque de dépôt dans la société had hoc. Et si c'est impossible comment faire? Malin ce Frédéric Oudéa.
a écrit le 04/05/2012 à 1:58 :
L'argument est dans le texte: Northern Rock etait une banque de détail uniquement, et a fait faillite, lehman Brithers était une banque d'investissement uniquement, et a fait faillite.
BNP Paribas, par contre, est a la fois une banque de détail en France, en Belgique, en Italie, mais aussi une banque d'investissement globale, et n'a pas fait faillite.
Bref, une belle idée d'Hollande... Mais les faits sont têtus.
Réponse de le 07/05/2012 à 16:12 :
bnp a eu la gentille aide de l'état et ces con-tribuable ; ceci explique peut-etre cela
a écrit le 03/05/2012 à 20:07 :
Quelle partie des forts bénéfices de la spéculation a-t-il redistribué aux petits épargnants qui, malgré leur volonté ,lui ont fourni des liquidités ?Ceux-ci comme moi meme ,avons bien ensuite apporté du blé pour lui évité la faillite .
Réponse de le 03/05/2012 à 22:24 :
Il faut rappeler que la Société Générale est une banque risquée, elle fait la une des faits divers régulièrement depuis le milieu des années 90. Le plus prudent c'est de s'en tenir le plus éloigné possible. Les solutions ne manquent pas.
Réponse de le 04/05/2012 à 9:22 :
@ Moutarde: La participation aux bénéfices d'une entreprise suppose d'en être actionnaire; être client, d'une banque en l'espèce, n'offre aucun droit sur les profits dudit établissement. Par ailleurs, l'épargne que vous auriez pu apporter à votre banque n'est pas un apport en fonds propres et ne participe donc pas à l'amélioration de la solvabilité. Dire que les épargants ont évité la faillite des banques est un mythe absolument faux. L'action de la BCE aura par contre des répercussions bien plus importantes (sur l'épargne entre autres)
a écrit le 03/05/2012 à 19:38 :
Ah bon ? Ça le laisse perplexe ? Comme je suis étonné ! Franchement, qui s'attendait à ce qu'il applaudisse des 2 mains ?!?
a écrit le 03/05/2012 à 19:01 :
"Je ne spécule pas..." Faut le faire, non..??
a écrit le 03/05/2012 à 18:23 :
Forcément, comment il va se faire de gros bonus et renflouer ses paumes, s'il ne peut plus compter sur l'argent des clients ?
a écrit le 03/05/2012 à 16:30 :
Il a parfaitement raison. Les entreprises sont devenues en partie leur propres banques et n'utilisent ces instruments anciens que pour des applications techniques. Les banquiers de leur côté sont devenus des investisseurs/participants et les clients particuliers sans garanties doivent se passer de crédit sauf à payer un intérêt de 15 % ! Alors que la BNP est devenue la première banque du monde et que le Crédit Agricole ou la Société Générale pointent à portée de regard, le paradigme des banques a beaucoup changé. Il faudra noter avec insistance que les dispositions américaines ont eté prises dans l'esprit d'une facilité monétaire qui n'existe plus. Elle était liée au rôle que l'Occident, pour faire court, avait confié à ce pays. Ce n'est plus le cas depuis 2004, même si certains ne l'ont pas encore intégré. Il faudra donc se poser la question non pas du devenir des banques mais de la part à réclamer pour chacun face au crédit. L'Etat en effet crée de la monnaie pour notre compte, il l'adosse à des investissements qui semblent les plus pertinents, mais...... cette posture lui autorise-t-elle de supprimer tout crédit aux autres ? Quelle serait cette science lui permettant une telle certitude ? Et si elle s'avère réelle, quelle est la nature des entreprises ainsi créées ? .... Sinon celle d'entreprises d'Etat ! C'est pourquoi j'ai proposé une solution que je nomme la "françaction" : Une base de richesse investie, distribuée à chacun des nationaux permettant l'accès ordinaire au crédit et l'avantage des dividendes obtenus, même faibles. Le principe de mise en place serait celui des LBO privés selon un axe gagnant/gagnant. Oudéa devra pousser sa réflexion, passant de son nombril à l'intérêt des français.
Réponse de le 06/05/2012 à 12:48 :
Il y a une faille dans ce que vous dites .. c'est la BCE qui imprime de la monnaie de singe et non l'Etat .. de plus elle prête cette monnaie aux banques qui la reprêtent aux Etats en faisant leurs gras dessus .. et de ce fait, la BCE n'adosse aucunement son émission de monnaie à des investissements .. mais à des plan d'austérité. C'est un sophisme que de vouloir nous faire croire le contraire tout en essayant de fourguer un speudo produit financier « protecteur » aux français . La seule vraie protection c'est séparer STRISTEMENT (conseils d?administration différents, enseignes différentes ..) banques de dépôts (notre argent) des banques d'affaires dit d'investissements (leurs casino) et de permettre aux BANQUES Nationales (et non plus la BCE) d'émettre non pas de la monnaie mais du Crédit Productif Public orienter vers des investissements d'infrastructures pour le développement des populations et de leur environnement. (adossé à un ministère du Plan). Le système monétaire est en totale faillite mettons le effectivement en banqueroute organisée !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :