Prêt d'Union, archétype des nouvelles cibles du capital-risque

 |   |  524  mots
Prêt d'Union met en relation, via Internet, des ménages-emprunteurs et des épargnants-prêteurs. Copyright Reuters
Prêt d'Union met en relation, via Internet, des ménages-emprunteurs et des épargnants-prêteurs. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La plate-forme Internet de crédit entre particuliers annonce ce jeudi une deuxième levée de fonds, de 3,3 millions d'euros, auprès de ses actionnaires historiques, rejoints pour l'occasion par AG2R La Mondiale et Weber Investissements.

Le capital-risque français va mal. Faute de lever suffisamment d'argent, il a investi 822 millions d'euros seulement en 2011, selon l'indicateur Chausson Finance, soit une chute de 21%. Le choix des capital-risqueurs se porte de plus en plus sur des start-up qui s'en sont pas à leur première levée de fonds, histoire, précisément, de limiter les risques. Pour cette même raison, le « venture » français alloue désormais plus d'un quart de ses investissements aux sociétés Internet, ce secteur ayant aujourd'hui fait la preuve de sa capacité à dégager une forte rentabilité.

Une deuxième levée de fonds, de 3,3 millions d'euros

Prêt d'Union, qui annonce ce jeudi une levée de fonds de 3,3 millions d'euros, correspond exactement à ce nouveau profil plébiscité par le capital-risque. Il s'agit du deuxième tour de table de ce spécialiste du crédit entre particuliers, qui avait bouclé une première levée de fonds de 3,8 millions d'euros en octobre. Et Prêt d'Union opère dans l'Internet : il s'agit d'une plate-forme qui met en relation des ménages à la recherche de financements - pour l'acquisition d'une voiture, par exemple - et des épargnants-prêteurs en quête de placements rémunérateurs.

2,5 millions d'euros de crédits octroyés depuis novembre

De fait, sur un horizon de cinq ans, Prêt d'Union offre aux épargnants-prêteurs un rendement allant jusqu'à 6,5% par an, contre 1% à 2% seulement pour des produits d'épargne classiques. Résultat, six mois à peine après ses débuts, la plate-forme Internet compte quelque 200 épargnants-prêteurs, tous investisseurs avertis. Les ménages-emprunteurs, eux, sont au nombre de 300 environ, attirés par des taux d'intérêt inférieurs d'un point, en moyenne, à ceux pratiqués par les spécialistes du crédit à la consommation comme Cofinoga et Sofinco.

« En mai, nous avons dépassé le million d'euros de crédits octroyés, ce qui porte le total à 2,5 millions d'euros depuis notre lancement en novembre, un montant supérieur à notre objectif. La demande a été beaucoup plus forte que prévu, tant de la part des épargnants-prêteurs que de la part des emprunteurs », se félicite Charles Egly, l'un des co-fondateurs de Prêt d'Union.

Weber Investissements et AG2R La Mondiale entrent au capital

Le succès donnant des ailes, Prêt d'Union entend accélérer son développement, via des investissements informatiques et le recrutement de nouveaux collaborateurs. D'où cette deuxième levée de fonds, de 3,3 millions d'euros. Les actionnaires historiques - Crédit Mutuel Arkéa et Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel, patron de Free - n'ont pas hésité à remettre au pot, à hauteur de 1,1 million d'euros environ.

Le solde a été apporté par deux nouveaux entrants : AG2R La Mondiale et Weber Investissements, la holding de Didier Le Ménestrel et de Christian Gueugnier, co-fondateurs de la société de gestion Financière de l'Echiquier. Une validation supplémentaire de la pertinence du modèle économique de Prêt d'Union, qui tire ses revenus des frais de dossier des emprunteurs. La société entend parvenir au point mort au second semestre 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :