Espagne : Banco Popular affirme qu'elle n'aura pas besoin de l'aide européenne

 |  | 300 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La quatrième banque espagnole estime que son plan d'entreprise lui permettra de remplir comme prévu les exigences du gouvernement et d'assainir ses portefeuilles sans aide publique. Banco Popular estime que seulement 30% des banques en Espagne ont besoin d'aide et qu'elle n'en fait pas partie.

La quatrième banque espagnole par la capitalisation boursière, Banco Popular, a indiqué lundi 11 juin qu'elle n'aurait pas besoin de recourir au plan d'aide européen au secteur financier espagnol annoncé samedi.  Le plan 2012-2013 de la banque "permettra de remplir, dans les deux ans prévus par la loi en vigueur et sans aide publique, les importantes exigences" de la réforme voulue par le gouvernement pour assainir le secteur de ses actifs à risques, a affirmé son président Angel Ron, lors d'une assemblée d'actionnaires.  Il a souligné l'importance de différencier "les entités non viables de celles qui le sont", se disant d'accord avec le chiffre officiel de 30% du secteur qui a besoin d'aide.

Des provisions déjà prévues

Banco Popular avait annoncé fin mai négocier la vente d'un "pourcentage majoritaire" de son activité de banque en ligne afin de couvrir en partie les nouvelles provisions exigées par le gouvernement.  Le groupe a également déjà prévu de provisionner 2,318 milliards d'euros supplémentaires en 2012, pour remplir les nouvelles conditions requises par le gouvernement.


Sur ce total, 619 millions correspondent à Banco Pastor, une petite banque sur laquelle Popular a lancé une OPA en octobre.  Le groupe a réalisé 60% de l'effort d'assainissement extraordinaire exigé du secteur financier lors d'une précédente réforme bancaire lancée en février. Banco Popular avait alors estimé qu'il lui faudrait 2,6 milliards d'euros de provisions, et un matelas de capital de 850 millions.

Un bénéfice net en chute de 46%

Au premier trimestre, le groupe a dégagé un bénéfice net de 100,2 millions d'euros, en chute de 46%, plombé par les provisions.
Les banque s espagnoles accumulaient dans leurs bilans pour 184 milliards d'euros d'actifs immobiliers problématiques fin 2011, ce qui représente 60% de leur portefeuille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :